Sercq, une île hors du temps

le 09/09/2014

A Sercq, perle des îles anglo-normandes, il n'y a pas de voitures, seuls des vélos et calèches empruntent ses chemins bordés de murets en pierre et de fleurs sauvages.

Découverte…






Facilement accessible depuis Guernesey, Sercq, vit un peu hors du temps. D'une superficie de cinq kilomètres carrés, située à une trentaine de kilomètres à l'ouest des côtes du Cotentin son littoral est fait de falaises haute d'une petite centaine de mètres et seulement trois ou quatre petites plages sont accessibles par des escaliers escarpés.


Une nature préservée…






On ne peut pas manquer les deux petits ports, sur la côte Est. C'est par l'un d'eux que l'on accède à Sercq : Port-Maseline, utilisé pour les bateaux d'assez grand gabarit, et Port-Creux, le plus typique s'asséchant à marée basse et surtout utilisé par les pêcheurs locaux.
Il est relié par un tunnel à la route menant au bourg. Deux solutions s'offrent alors au visiteur, soit on choisi de gravir à pied la côte ou pour soulager sa peine, on emprunte le tracteur local et sa remorque pour atteindre le centre de l'île.

A peine arrivé, il semble que le temps s'est arrêté il y a bien longtemps. Le spectacle est unique dans la rue. On croise des calèches, des bicyclettes et quelques tracteurs…

Le bourg et sa rue principale (non bitumée) abritent, un bureau de poste (où l'on peut se procurer les timbres propres à l'île), l'église anglicane Saint Peter, quelques restaurants, des hôtels, une petite supérette, des boutiques, la maison du médecin, le centre d'incendie, une prison qui figure parmi les plus petites au monde...







Pas de doute, le charme opère de suite… cette île brille par ses petites baies, falaises et criques... On ressent la douceur de vivre.


Une société longtemps féodale…


Sercq rattachée au bailliage de Guernesey est une île dépendante de la Couronne britannique. D'abord pacifiée par des légions romaines, elle fut utilisée au XIIIe siècle comme repaire par le pirate français Eustache le Moine, après avoir servi le roi Jean d'Angleterre.
La plupart des structures politiques de l'île datent de l'époque féodale. En 1565, la reine Elisabeth I d'Angleterre demanda à Helier de Carteret, un seigneur noble de l'île voisine de Jersey, de s'installer à Sercq et de la peupler afin de protéger l'île des pirates et des Français. En échange, Sercq obtient le statut de fief directement responsable devant la couronne.






De Carteret divise alors Sercq en 40 parcelles (ou tenements) qu'il distribue à autant de propriétaires, les tenants. On accorde alors à ces derniers une voix transmissible de génération en génération, au Parlement de l'île.
Durant la Seconde Guerre mondiale, l'île fut occupée par les Allemands. A l'issue du conflit Sercq, contrairement aux autres fiefs des bailliages de Jersey et de Guernesey, le seigneur y conserve intacts ses droits. Les seigneurs perpétuent la tradition de la foi, dans les mains du duc de Normandie (la Reine) ou de son représentant.
Pour la petite histoire, en 1990 un physicien nucléaire français tente sans succès une invasion de Sercq, armé… d'un fusil.

En 1993, des milliardaires anglais, les frères Barclay, propriétaires du quotidien Daily Telegraph ainsi que de l'hôtel Ritz rachètent Brecqhou (une petite île très proche) et édifient un château néo-gothique. Ils ne cachent qu'ils souhaiteraient s'approprier Sercq… ce qui est loin de faire l'unanimité.

Depuis le 4 octobre 2006, le pouvoir du seigneur a été transmis à un Parlement entièrement élu. La majorité des habitants et des Chef Plaids se sont prononcés en faveur d'un Parlement composé de 28 députés tous élus au suffrage universel.
Le Parlement a ainsi mis fin à 450 ans de tradition féodale.





Rappelons que Sercq compte environ 600 habitants... et deux policiers bénévoles élus par le Parlement pour deux ans. Bien que les Sercquais possèdent le passeport britannique, ils déterminent eux-mêmes leur politique intérieure.


Incontournables : la Coupée, la Seigneurie…


Sercq souvent surnommée la paisible, la sereine et la verdoyante se compose de deux parties distinctes communément appelées la petite et la grande Sercq. Elles sont reliées par "la Coupée", un isthme étroit qui ne fait que 3 mètres de large bordé des deux côtés par une pente vertigineuse de 80 mètres. Un site immortalisé par une toile de William Turner et qui fut fréquenté notamment par Victor Hugo lors de son exil à Guernesey.

Avant 1900, il n'existait aucune barrière de sécurité et les enfants traversaient le passage à quatre pattes pour éviter de tomber.
La totalité de l'isthme est, aujourd'hui, couvert par un étroit chemin bétonné, construit en 1945 par des prisonniers de guerre allemands.






De cet endroit, on admire un littoral exceptionnel.
En repassant par le bourg, ne manquez pas une visite de la Seigneurie, dont le corps principal date de 1675 (demeure du Seigneur et de sa famille). On reste en admiration devant son jardin -entouré de murs le protégeant des tempêtes- et sa splendide roseraie.

Pour le plaisir, déplacez-vous au rythme tranquille d'une calèche. Une demi-douzaine d'entre elles, toutes attelées, attendent les visiteurs. Un guide local montre les perles cachées.
Il est aussi recommandé de marcher pour atteindre les promontoires, d'où l'on "savoure" l'intérieur rural pittoresque et les superbes vues de la côte. Tout autour des falaises à pic, tourbillonnent des centaines de mouettes.







Par bateau (et sur réservation), on à la possibilité d'approcher des grottes, de vraies cathédrales de roche, accessibles seulement lorsque la marée le permet.

La plupart des visiteurs sont séduits par les activités traditionnelles, telles que la pêche, l'agriculture et l'artisanat. Sercq par beau temps se révèle un enchantement ! Une invitation à la découverte d'une nature préservée.


Pratique :

Accès par bateau :

depuis Saint-Malo, Barneville-Carteret, Jersey et Guernesey durant la saison touristique.

Papiers :

Carte d'identité obligatoire.

Monnaie :

 les monnaies courantes sont les livres sterling, jersiaises et guernesiaises. L'euro est accepté dans certains magasins ou restaurants.

Principales manifestations :

 en avril, La Quinzaine des fleurs sauvages, Course de moutons en août et Fête paroissiale.

A lire :

 Guide du Petit Futé, Iles Anglo-Normandes.


POUR EN SAVOIR PLUS


Renseignements :


Office de tourisme de Sercq, tél + 44 (0) 1481 83 23 45.

(Brochures envoyées sur simple demande).

Site web : www.sark.info

(Photos : D.Krauskopf).

À lire aussi