Accueil Reportages Destination en vue Sultanat d’Oman, le pays des trésors de Sindbad
Destination en vueReportages

Sultanat d’Oman, le pays des trésors de Sindbad

Posé sur la péninsule arabique le Sultanat d’Oman se distingue par ses villages et forteresses de montagne, ses arbres à encens, palmeraies, oasis et campements nomades dans le désert. Découverte…

Au pays de Sindbad le marin il y a 1 700 km de plages sauvages et préservées, des mosquées et hôtels mais pas de gratte-ciel. Le Sultanat d’Oman propose à la fois un voyage authentique et le dépaysement à la frontière orientale du monde arabe où l’hospitalité n’est pas un vain mot. Le Sultanat d’Oman avait comme principale ressource le pétrole, aujourd’hui le pays s’ouvre au tourisme et se dote d’infrastructures d’accueil et d’hébergement de standing. L’Islam ne fait plus barrière au tourisme, sa population est plutôt accueillante et chaleureuse mais veille à conserver ses traditions qui en font toute son originalité. Oman demeure une destination hors des sentiers battus. Pour une première découverte la formule circuit accompagné d’une semaine, complété d’un court séjour balnéaire avec plongée sous-marine permet de voir l’essentiel des sites incontournables. Pour approfondir sa vision du pays, il est conseillé d’opter pour un circuit “aventure” de deux semaines permettant de sillonner le pays dans son ensemble, du Musandam au Dhofar. Oman est également un paradis pour les marcheurs et les treks (réservés aux initiés), avis aux amateurs. Un séjour débute par la capitale Mascate, qui abrite le palais du Sultan édifié dans les années 70. Bien que moderne, il garde quelques traces de l’architecture omanaise. En trente ans, la prospérité économique a transformé Mascate du rang de “village” en une agglomération dynamique qui s’étire sur plus de 60 km de côtes !

Mascate entre tradition et modernité…

Mascate déclarée “Capitale touristique du monde arabe en 2012” possède un réseau de voies rapides. Cependant, elle conserve une dimension humaine et traditionnelle… une cité tout de blanc vêtue qui s’étend entre mer et montagnes. Parmi les sites phares à visiter, il y a la grande mosquée du sultan Qaboos accessible le matin. Exceptionnelle ! Les visites se font en anglais, et parfois en français (sur demande). Il est toutefois nécessaire d’être couvert et les femmes doivent porter des manches longues et se couvrir les cheveux. On compte deux salles de prières, celle des hommes d’un côté, et celle des femmes, plus petite et moins fastueuse. L’iman se tient dans la salle des hommes, des écrans permettent aux femmes de suivre la cérémonie. Cette mosquée respire la beauté, par sa grandeur, ses matériaux, et la recherche esthétique. Un site à ne pas manquer.

La mémoire de Mascate bat à Muttrah, le quartier du souk et du port moderne, où l’on peut admirer l’imposant yacht du Sultan. Le front de mer a conservé un cachet quelque peu “oriental” avec ses petits immeubles blancs, ses minarets et son petit port de pêche. Véritable caverne d’Ali Baba, son souk donne une image d’authenticité, il est paré d’un superbe plafond en bois. Dans ce dédale de ruelles, elles sont nombreuses les échoppes vendant des khanjars (poignards en argent à lame recourbée), bijoux, encens, services à café traditionnels, chapeaux traditionnels (kimah), châles, écharpes pashmina et tissus variés. On y entend parler arabe, ourdou et swahili. Si on apprécie la foule, il faut se rendre au souk plutôt le mercredi soir ainsi que le jeudi et le vendredi car il s’agit des journées de repos des omanais. Outre son cadre naturel, la ville ne manque pas d’intérêts culturels, avec le vieux Mascate dominé par les forts Mirami et Jalah, vestiges de son passé de comptoirs portugais, montant la garde du palais royal, ses musées… Depuis l’été 2011, un bel opéra accueille les plus grands artistes internationaux, un lieu unique en son genre dans cette région de la péninsule arabique. Quand vient le temps de quitter Mascate, le visiteur est agréablement surpris. Certains axes sont entièrement éclairés, et bordés de fleurs, ou d’arbres. C’est étonnant d’observer cela dans un pays aussi désertique. Le Sultanat d’Oman offre des paysages splendides. On y accède bien souvent par un réseau routier très bien entretenu. En effet, des kilomètres de pistes sont remplacés par des routes au fils des années.

Nizwa, les forteresses et Bahla…

Il est très facile d’accéder à Nizwa, l’ancienne capitale omanaise lovée dans une vaste oasis, à la rencontre des pistes caravanières du Nord et du Sud. Nizwa a toujours contrôlé les voies commerciales. La principale curiosité, c’est son fort construit au XVIIème siècle par l’imam Sultan bin Saif al-arabi, qui chassa les portugais en 1650. Le fort de Nizwa se distingue par une très vaste tour qui domine le souk. L’ascension de la tour est ponctuée de trappes, d’orifices par lesquels on déversait de l’huile bouillante et autres pièges destinés à empêcher la venue des ennemis. Restauré en 1998, depuis son chemin de ronde, la vue s’étend sur la région et les palmeraies, avec au premier plan, la coupole de la mosquée. A ne pas manquer le marché aux dromadaires le vendredi matin, où les habitants des environs viennent se procurer des animaux, du fourrage, mais aussi des légumes, des dattes et des ustensiles de cuisine.

Quelques kilomètres plus loin, on s’arrête au fort de Jabrin datant du XVIIème siècle, restauré entre 1978 à 1984 (situé à 5 km de Bahla). Son intérieur s’apparente à un véritable chef-d’œuvre de l’architecture omanaise. Il servait de résidence secondaire à l’imam Bil’arab bin Sultan. Plus de 300 personnes vivaient alors dans son enceinte. Non loin, rendez-vous à l’oasis de Bahla qui joua un rôle important dans l’histoire du pays. On y admire les vestiges d’un fort en terre classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987. Cet immense fort remarquablement préservé nous rappelle que la ville de Bahla, réputée pour ses poteries, fut jadis entourée par une muraille de plus de 12 km. Il est particulièrement agréable de se promener dans les ruelles du vieux village qui jouxte le fort. Au cours de son périple, on remarque la façon traditionnelle dont les Omanais s’habillent. Beaucoup portent la traditionnelle dishdasha blanche, un khanjar (poignards en argent à lame recourbée) fixé à une ceinture joliment travaillée, et coiffés d’un kumma (chapeau brodé), alors que les omanaises portent une abaya noire et dans certaines régions la burqa.

Wadi Bani Khalid et le désert de Wahiba Sands….

Une belle route permet d’accéder au Wadi Bani Khalid, un bassin naturel situé dans une vallée étroite à 600 mètres d’altitude. Ce site réputé permet de se baigner, dans une eau turquoise et chaude, avec pour décor un magnifique paysage de désert montagneux : un endroit rêvé pour pique-niquer !

Il se trouve dans le massif du Hajjar, l’une des régions les plus grandioses du Sultanat d’Oman avec ses hauts plateaux, ses cultures en terrasse et ses “wadi” jalonnés de villages pittoresques que l’on découvre à pied ou en 4×4. On distingue le Hajjar occidental, à l’ouest de Mascate, et le Hajjar oriental, à l’est. Le plus haut sommet, le Jabal Shams, dans le Hajar occidental, s’élève à 3 075 mètres. Le massif du Hajjar abrite de petites oasis, des grottes, des gouffres, des villages et des plantations (maïs, abricotiers, amandiers) irriguées par un système de canaux appelés les falajs. On ne manquerait pour rien au monde, une excursion en 4×4 sur les hautes dunes de sables du Wahiba Sands, qui culminent jusqu’à 200 mètres ! Ce désert couvre un territoire de 200 km du nord au sud et 80 km d’Est en Ouest, habité par 3 000 bédouins, 1 500 dromadaires et 15 000 chèvres.

Ce désert abrite plusieurs camps pour passer la nuit, dont le luxueux Desert Night Camp pour vivre l’expérience du désert, observer une myriade d’étoiles dans un ciel pur, assister au lever et au coucher du soleil en haut d’une dune et déguster des grillades autour d’un feu de camp. Puis, on gagnera Sur, cité bâtie à fleur d’océan. La vieille ville de Sur semble ne pas avoir changé depuis plusieurs siècles. Elle est à ce titre l’une des plus pittoresques du sultanat. Mais Sur doit également sa réputation à son chantier naval. On y fabrique encore des boutres traditionnels. Il est possible de visiter le chantier naval qui se situe face à la vieille ville.

On y voit des ouvriers s’affairant sur la fabrication de ses embarcations traditionnelles qui exigent un savoir-faire particulier et de nombreux mois de travail. En rentrant vers Mascate, en longeant la mer d’Oman, on passe par le Wadi Tiwi (l’une des plus belles oasis omanaises), Wadi shab, une très belle vallée encaissée. Quelques dizaines de kilomètres avant d’arriver à Wadi shab, sur la droite, se trouve une large fosse d’eau qui communique avec la mer par des failles souterraines. Voilà donc un pays fabuleux bébéficiant d’une splendide nature, riche d’une culture d’échanges, d’une grande histoire, de traditions et de légendes… le Sultanat d’Oman enchante le voyageur par ses montagnes, wadis, oueds, palmeraies luxuriantes et villages pittoresques. On vous y attend !

Pratique

Formalités : Un passeport valide de plus de six mois après la date de retour. Le visa obligatoire est délivré à l’arrivée à l’aéroport (payant). Décalage horaire : Lorsqu’il est midi en France, il est 14 h en été, 15 h en hiver. Monnaie : Le rial omanais (OMR), divisé en 1 000 baizas. On peut changer dans les banques et les hôtels. Langues : Si vous êtes anglophone, pas de problème, tout est écrit en arabe et en anglais. L’arabe est la langue nationale. Hors des villes, l’anglais est peu parlé. Vous entendrez également parler l’urdu (par les Pakistanais), l’hindi (par les Indiens) et le swahili (par les Omanais ayant vécu à Zanzibar). Climat : Le climat est de type désertique. Il fait plus ou moins chaud toute l’année, mais il existe des différences entre la côte Nord, l’intérieur du pays et la région du Dhofar. La meilleure période pour visiter Oman s’étale d’octobre à avril. Les mois d’hiver, de novembre à février, sont les plus agréables, les températures se situent entre 25 et 30 °C. Religion : Musulmane, principalement de confession ibadite (75 %), une branche de l’islam minoritaire et tolérante distincte du sunnisme et du chiisme, originaire de Mésopotamie. On trouve également des minorités sunnite, chiite et hindou. Au volant en famille : Certaines personnes optent pour un autotour en famille, ce qui est envisageable sans souci. Un excellent réseau routier relie les principales villes. La signalisation utilise des caractères arabes et latins. Le 4 x 4 n’est indispensable que pour les excursions dans le désert et les pistes de montagne. Un permis français suffit. Le camping sauvage est autorisé. Evitez toutefois de vous aventurer seul dans le désert.

Notre Carnet d’adresses :

A Mascate :

Hôtel Shangri La Al Bandar

Dédié aux couples, le Shangri La Al Bandar, entre montagne désertique et mer d’Arabie, fait partie de l’ensemble des trois hôtels du resort Shangri La Barr Al Jissah Resort and Spa ouvert depuis 2006. Situé en bord de mer à 15 km au sud-est de la capitale Mascate, cet établissement haut de gamme présente une large palette d’activités, un magnifique Spa et de nombreux restaurants. Lové dans un cadre naturel remarquable, on l’apprécie aussi pour son architecture originale et son luxe. L’hôtel composé de 198 chambres présentent des oeuvres d’art et des images créées par les artistes locaux et reflètent donc l’atmosphère du Sultanat d’Oman, c’est à dire charme et tradition typique. Chaque chambre spacieuse bénéficie d’une vue agréable sur les eaux turquoises du golfe d’Oman. On s’y sent cocooné !

Hôtel Shangri La Al Husn

Exclusivement situé sur la baie de Barr Al Jissah, jouxtant avec les montagnes du Hajjar et le golfe d’Oman, l’hôtel Shangri-La Al Husn est un véritable palace digne d’un palais des 1001 nuits… Ce havre de paix se situe qu’à une quinzaine de minutes du quartier des affaires de Ruwi, Muttrah, et de la vieille ville de Mascate. A travers 180 chambres, il offre des prestations exclusives que l’on trouve seulement dans un hôtel haut de gamme et de luxe. Les chambres et suites sont vastes, très chaleureuses et élégantes. Le décor reflète parfaitement l’ambiance des Palais Royaux. Parmi les restaurants, on compte deux adresses dédiées spécialement aux gourmets. Le Sultanah, une salle élégante à la décoration contemporaine et qui évoque l’intérieur d’un paquebot de luxe. Ce un restaurant unique propose une très belle carte et des plats gastronomiques très fins et goûteux. Si vous appréciez la cuisine traditionnelle marocaine, rendez-vous au Shahrazad, un authentique restaurant marocain au cadre raffiné. Si vous êtes à la plage, profitez du Bait Al Bahr pour déguster des fruits de mer omanais tout en profitant d’un magnifique coucher de soleil. A noter que chaque après-midi, les hôtes sont invités à prendre un High Tea dans la plus pure tradition anglaise avec sandwiches et scones notamment et… à la tombée de la nuit, on se retrouve dans le patio pour siroter un verre. Site web : www.shangri-la.com

Dans le désert :

Desert Night camp

Que diriez-vous de profiter d’une véritable oasis en plein désert. Au Desert Night Camp après avoir apprécié le coucher de soleil dans le désert Wahiba Sands, on se retrouve sous une myriade d’étoiles. Ici, place à un hébergement de charme fait de tentes de luxe climatisées à la décoration bédouine traditionnelle, aux soirées grillades, à des balade en dromadaires. On profite d’un service personnalisé. On dîne confortablement à l’air conditionné ou de façon plus romantique à l’extérieur. La cuisine est à la fois locale, très variée et internationale autour d’un barbecue. Les activités proposées sont nombreuses : quad, balades sur un chameau, safaris, découverte des villages, etc. Ce “camp” l’un des plus luxueux du pays dispose d’une salle à manger, d’un bar, mais également d’une salle de loisir et d’un espace bibliothèque. Situées à 3 h de route au sud-est de la capitale, les hautes dunes du Wahiba Sands culminent jusqu’à 200 mètres et ce désert couvre un territoire de 200 km du nord au sud et 80 km d’Est en Ouest. Site web : www.omanhotels.com

A Nizwa :

Hôtel Golden Tulip Nizwa

Aux portes de la ville de Nizwa, fameuse pour sa mosquée et son remarquable fort, le Golden Tulip Nizwa est un établissement d’un bon rapport qualité prix idéalement situé pour partir à la découverte des trésors de la région. Présence d’une belle piscine et d’un vaste jardin en patio. Site web : www.goldentulipnizwa.com

A Sur :

Sur Plaza Hotel

Idéal pour une soirée étape, le Sur Plaza offre des chambres confortables réparties autour d’un vaste atrium. Présence de bars, d’un restaurant et d’une piscine. Site web : www.omanhotels.com

Pour en savoir plus :

Consulter le site web : www.omantourisme.com

(Photos : NP, hôtels et D.Krauskopf).

À lire aussi

ReportagesVille phare

Chicago, toujours un temps d’avance !

Bercée par les brises venues du lac Michigan, Chicago, troisième ville des...

Destination en vueReportages

Châtel et Champéry, deux voisines de bonne compagnie

Ces deux stations-villages de charme, l’une côté français, l’autre côté suisse sont...

ReportagesVille phare

Toronto, la belle mégapole du lac Ontario

Souvent considérée comme « la plus américaine des villes canadiennes », Toronto,...

ReportagesVille phare

Ottawa, capitale fédérale et capitale des arts

À cheval sur la frontière entre le Québec et l’Ontario, la capitale...