Nicolas Mauclert et les grands espaces

le 19/12/2017

Nicolas Mauclert est un sportif, un amoureux de la nature et des grands espaces. Pour vivre ses passions, il voyage notamment dans les pays Scandinaves et en montagne. Découverte…


Quel est votre parcours ?

« un voyage en Suède qui m’a donné l’envie de repartir… »

Je n’ai jamais trop voyagé étant jeune ou étudiant. J’ai commencé assez tard par un voyage en Suède qui m’a donné l’envie de repartir. L’année suivante, je repartais à Stockholm, et poussai jusqu’à la Laponie, ce qui m’a donné l’amour de cette région. Avant ça, j’adorais la neige et le froid, même si je suis allé assez peu « à la neige » dans ma vie avant d’être « âgé ». Quand j’ai commencé à devenir indépendant financièrement je suis allé chaque hiver "à la neige". Au niveau sportif, j’ai pratiqué pendant 20 ans le karaté, et je courais pour me maintenir en forme quand j’étais plus léger au niveau des entraînements, ou pour ne pas grossir. Ce n’était pas une passion à la base, plutôt une contrainte, mais depuis mes 15 ans environ je fais du sport, de manière plus ou moins intense en fonction des périodes.

Etes-vous avant tout un amoureux de la nature ?

« ne rien entendre, marcher sans trop savoir où aller… »

Oui, j’adore être seul, et même ne pas trop savoir où je suis. Ne rien entendre, marcher sans trop savoir où aller, souvent chercher à aller en hauteur pour voir les paysages. J’adore les paysages, la nature brute. Je suis souvent émerveillé par des choses toutes simples : un animal croisé, un coucher de soleil, un ciel rose… Imaginez en Laponie quand j’ai vu des aurores boréales ? J’essaie aussi de garder cette vision presque enfantine dans ma façon d’être au quotidien, toujours essayer de voir avec des yeux d’enfants.

Quel est votre vision du voyage ?

« les séjours type roadtrip… »

Voyager lentement (dans la mesure du possible avec les contraintes de temps), mais surtout me poser et découvrir l’endroit où je suis. Les séjours type roadtrip où on passe plus de temps dans des transports (voiture) qu’autre chose ne sont pas pour moi. Je ne suis jamais autant heureux que quand je passe du temps dans un train, pour faire Stockholm Kiruna, en me réveillant après de nombreuses heures dans des paysages enneigés. Courir est également une bonne façon de découvrir un endroit. Il m’arrive régulièrement de partir quelques jours et j’essaie de prendre 1h ou 2h après les obligations (familiales, pro) ou tôt le matin pour aller courir et découvrir l’endroit où je suis. Ou juste se donner l’excuse d’une course pour voyager : je rêve de participer au Marathon du Groenland, mais c’est une excuse pour m’y rendre !

Pourquoi cette attirance pour les pays Scandinaves ?


« j’adore le froid, la neige… »

J’adore le froid, la neige et les paysages blanc. J’adore aussi le mode de vie à la Scandinave, le « lagom », ce mélange de quiétude, de réflexion, sans trop de stress. Cela me correspond. Les paysages forgent les caractères, et mon caractère correspond à ces pays, aux gens, je pense. Il n’y a pas exubérance, les couleurs sont le rouge, le vert, le blanc. Ce n’est pas multicolore, il faut mériter ce qu’on voit. C’est difficile à exprimer…

Courir, c’est votre moteur...


« un besoin, une envie… »

Maintenant oui. C’est devenu un besoin, une envie. Je me fixe des objectifs, j’essaye de progresser pour moi, n’étant pas un grand compétiteur. J’aime bien courir seul, même si de temps en temps j’adore me rendre sur un trail, sentir l’ambiance, ça donne un coup de boost. Je dis que je ne suis pas un compétiteur car ça ne m’amuse pas spécialement de me retrouver avec 1000 autres personnes, dans des embouteillages. J’aime être seul, ou avec des potes, sans objectif de chrono. En compétition, forcément tu regardes ton temps, celui des autres, c’est une pression qui se rapproche de celle de nos vies de tous les jours. Donc, je cours principalement pour moi, même si on se prend au jeu à cause / ou grâce aux réseaux sociaux, des courses.


Vous êtes aussi blogueur…

« je lance de nouveaux projets… »

Blogueur depuis mon premier séjour en Laponie. Le blog a beaucoup évolué, changé de nom et d’orientation. Régulièrement je lance de nouveaux projets, j’ai besoin de cette motivation. J’aime bien partager mes ressentis, les endroits que j’aime, donner des conseils. Travaillant dans le web, cela me permet aussi d’apprendre de nouvelles choses ; les réseaux sociaux sont également devenu hypers importants pour tout ce qu’on fait. On est considéré comme des « influenceurs », et je me prends au jeu, essayant là aussi de progresser.

Vous testez aussi les tenues de trail...


« on apprend à sentir de petites différences… »

J’ai commencé à tester mes vêtements d’hiver et donner des conseils sur le blog pour aller dans les pays froid. Les tests de produits trail et running sont une suite logique, surtout qu’on me propose maintenant de m’envoyer régulièrement des vêtements ce qui est plutôt agréable. Au départ c’est compliqué, car une paire de chaussure est une paire de chaussure. Mais au final on apprend vraiment à sentir de petites différences. Même chose sur les vêtements qui ont chacun leurs spécificités, qualités et ressentis. Je suis une sorte de runner geek ! Et j’aime bien donner mon avis, conseiller, en fonction de ce que mes visiteurs me demandent, essayer de réfléchir à la meilleure tenue pour eux (pour un voyage en Laponie, pour aller courir dans un endroit particulier).

Voyager est-ce pour vous un art de vivre ?


« on peut voyager à 2h de chez soi… »

C’est une chance, car tout le monde n’en a pas les moyens, ou la culture. Après, qu’est-ce que le voyage ? Pendant un moment, je voyais le voyage comme le fait d’aller loin. Mais finalement, on peut voyager à 2h de chez soi, vivre l’aventure. Je dirais plutôt que pour moi le voyage rime avec aventures et découvertes, peu importe l’endroit. Du moment qu’il y a des montagnes et de la neige. Ou pour d’autres du soleil.

Comment voyez-vous le voyage de demain ?


« voyager » avec un casque…"

Avec un casque de réalité virtuelle ? Je suis un geek, comme je l’ai dit, et j’adorerais « voyager » avec un casque, pouvoir découvrir une ville avant d’y aller, pouvoir voler au-dessus d’une ville. Mais en réalité, le voyage de demain, peut-être qu’il nous permettra de voyager plus vite, mais est-ce bien ? J’aime prendre le temps de voyager. C’est ce qui nous permet de nous sentir loin. Alors je dirais qu’un retour en arrière pour moi est une solution. Même si c’est aussi bien de pouvoir aller loin et rapidement, ça permet d’ouvrir ses horizons. Mais finalement, est-ce que le voyage ce n’est pas à l’intérieur de chacun, chacun a son idée, ses envies ?

Quel sont vos projets ?


« un séjour dans les Alpes… »

Courir plus vite. J’ai un peu honte à chaque course, ou quand je vais courir avec des potes qui font des ultras d’être le dernier. J’ai l’impression que tous mes amis vont plus vite et plus loin, et c’est très frustrant. Donc en 2018 j’essaie de progresser de ce côté-là. Je n’ai pas encore d’objectif sportif, donc ça va me permettre de bien travailler ça. Ensuite, on verra en fonction des opportunités. Niveau voyages, 2018 sera calme, à part un séjour dans les Alpes prévu cet hiver, sûrement quelques week-ends... J’aimerais aussi développer « l’aventure » de proximité, montrer qu’on peut explorer, s’amuser, près de chez soi.

Pour en savoir plus :

Consulter le site web : www.carnets-nordiques.com

(Photos : Nicolas Mauclert).


À lire aussi