La féérie de Noël dans la Saxe allemande

le 23/12/2022

De Dresde à Wernigerode, dans cette région de l’Est de l’Allemagne, Noël est fêté dans la tradition. Marchés baignés de lumières, vins chauds, artisanat local, joie festive invitent à partager ce moment enchanté. Découverte…



Par Martine Delaloye

Et pourquoi pas aussi sortir des sentiers battus et grimper au sommet des montagnes du Harz en train à vapeur, rêver dans un château de conte de fée, visiter un musée extraordinaire, découvrir le village des casse-noisettes, ou fabriquer en compagnie d’un chef pâtissier un stollen, le Christstollen, le traditionnel gâteau de Noël allemand, connu dans le monde entier.


Dresde, baroque et romantique à souhait à la période de Noël


Commencer un périple de Noël à Dresde, c’est s’offrir le bonheur de découvrir une ville d’une grande beauté à travers ses monuments et ses lieux de culture mais aussi se fondre dans l’ambiance festive et chaleureuse de ses marchés de Noël disséminés dans les quartiers. Quasiment entièrement reconstruite à l’identique après la guerre, Dresde est l’une des plus belles villes d’Allemagne. Il faut commencer par flâner dans la vieille ville, joyau de monuments baroques et de rues piétonnes animées et en découvrir les plus beaux édifices qui pour l’occasion se parent de la magie des lumières de Noël.



Le Dresdner Striezelmarkt, le plus vieux marché de Noël d’Allemagne fête son 588e anniversaire


Le Prince-Electeur Frédéric II donne pour la première fois en 1434 l’autorisation d’un marché, pour la veille de Noël seulement, sur l’Altmarkt. Peu à peu s’instaure cette tradition du marché de Noël. Au XVIIIe siècle, les travailleurs des monts métallifères y viennent de plus en plus nombreux vendre leurs jouets en bois et les stands se multiplient. Ce marché « Striezelmarkt » qui tient son origine du nom d’un petit gâteau nommé « Strutzel » ou « Striezel », l’ancêtre du Christstollen connu dans le monde entier, fête cette année son 588e anniversaire. Il accueille chaque année 3 millions de visiteurs.



Vin chaud, pain d’épices, décorations festives et illuminations… Tout ce qu’on aime à Noël


Les petits chalets aux toits rouges se blottissent sur les places autour de la pyramide animée, du sapin illuminé, de la grande roue… Les étals foisonnent de pains d’épice et chocolats colorés, de réalisations en dentelles délicates, de jouets en bois de fabrication artisanale. Les stands de bière ou de vin chaud sont pris d’assaut par une foule joyeuse. Ici, le vin blanc chaud est une spécialité, plus doux et aussi savoureux que le vin rouge chaud. Mais on peut avoir les deux bien sûr. A boire dans les jolis bocks bleus représentant les plus beaux monuments de la ville. L’ambiance est à la fête, au bon moment passé entre amis, en famille



Fidèle à la tradition qui rend hommage au travail des artisans des Monts-Métallifères, la pyramide animée comme un manège, aux figurines d’anges peintes à la main, l’ancêtre de notre sapin traditionnel, symbolise tout à la fois la forêt et les mines. Elle est la plus haute pyramide animée en bois du monde avec ses 14,61m ! Le Marché de Noël traditionnel Frauenkirche se tient aux abords de la Frauenkirche. Sa Pyramide de 8 m de haut rivalise avec cette superbe église.

 

Le Marché médiéval sur la Stallhof


Il faut aussi faire un détour par le Marché médiéval qui se situe sur la place Stallhof, l’une des plus anciennes places, derrière le fameux mur Fürstenzug, ce fameux tabIeau réalisé en porcelaine de Meissen de 102 m de long, représentant la Procession des Princes. Il y règne une tout autre ambiance.Les coins d’ombre restituent l’ambiance moyenâgeuse, plus intimiste, plus mystérieuse, plus étrange et invite à un art de vivre plus rustique. Aubergistes en costumes d’époque servent des boissons aux herbes, aux fruits, forgerons dans leur atelier font mine de taper sur l’enclume, la diseuse de bonne aventure se livre à ses prédictions à l’abri de sa tente de velours rouge. On se regroupe autour de grandes tables de bois sur des bancs et la fête bat son plein ici aussi.



Les nombreux et merveilleux édifices de la ville embellissent la fête


Le Zwinger, le monument le plus célèbre de la capitale saxonne. Magnifique ensemble baroque de pavillons et de galeries autour d’un vaste jardin (actuellement en travaux), ornés de fontaines, le Zwinger, commandé en 1709 par Auguste II, dit « le Fort », abrite trois musées dont la galerie de peinture des Maîtres Anciens, où figurent les œuvres de Rubens, Botticelli, Dürer, Véronèse et la fameuse Sixtinische Madonna de Raphaël. La Porzellansammulung, contient une impressionnante collection de porcelaine de Meissen.



La Rüstkammer


La Rüstkammer, connue aussi sous le nom de l’Armurerie héberge une précieuse collection d’armes de parade et de costumes parmi les plus précieux au monde. Des costumes authentiques dans un état de parfaite conservation, dont celui de Louis XIV. Dans une salle monumentale de 57 m de long et 13 m de large, armes de tournoi et d’apparat, épées et sabres de la fin du XVe au XVIIe siècles, propriété des ducs et électeurs saxons, environ 13 000 pièces de belle facture, ont trouvé leur cadre idéal.



Il ne faut pas manquer la chambre turque s’ouvrant sur une magnifique tente à trois mâts aux lumières mystérieuses. On y trouve les cadeaux diplomatiques, le butin acquis dans les diverses batailles contre les ottomans, les objets achetés. On peut y voir aussi le plus gros diamant vert de 41 carats, une pierre naturellement colorée, provenant probablement de l’Inde

La Frauenkirche, l’église Notre-Dame, symbole du protestantisme


Au cœur de la vieille ville, sur une des places les plus animées, où se donner rendez-vous à côté de la statue de Martin Luther, l’oeuvre de George Bähr, achevée en 1743 ne manque d’en imposer par son architecture baroque. Célèbre pour son immense dôme surmonté d’un grand lanternon, elle s’élève à 96 m de hauteur au-dessus de la ville. Reconstruite à l’identique à partir de 1990, elle n’est achevée qu’en 2005 pour la somme de quelques 125 millions d’euros.


Le Semperoper, l’un des opéras les plus célèbres d’Allemagne, un bijou architectural


Wagner y créa son opéra « Rienzi, le dernier des Tribuns, » ainsi que le « Vaisseau fantôme et Tannhäuser ». Du nom de l’architecte qui le construisit au XIXe siècle, Gottfried Semper, le semperoper est l’un des opéras les plus réputés au monde. Pourtant son existence a été mise à rude épreuve au fil du temps. Terminé dans un style renaissance en 1841, il brûle en 1869. Plus tard, il frôle la disparition sous les bombardements de la seconde guerre mondiale. Il ne reste alors que les murs extérieurs. Comme pour tous les monuments de Dresde, il est reconstruit à l’identique.



Pour autant, le sort s’acharne encore, et en 2002, l’Elbe monte de 8 m dans l’édifice, inondant les cages d’escalier et les caves. En 2004, l’opéra est une nouvelle fois sauvé. Aujourd’hui, ce magnifique édifice est aux normes du jour, moins de sièges pour plus de confort, climatisation derrière chaque siège, technologies de pointe assurant une qualité de son et de lumière exceptionnelle, écran multimédias…


La Kreuzkirche, le Cortège des Princes, la terrasse de Brühl


A voir aussi au passage, la Kreuzkirche, l’église de la Sainte-Croix, où il est conseillé de grimper jusqu’en haut du clocher pour la vue sur la ville. Ne pas manquer non plus le Cortège des Princes, une grande fresque murale des dirigeants saxons, célébrant le 800e anniversaire de la dynastie Wettin, la famille dirigeante de Saxe, tout comme la terrasse de Brühl, appelée par Goethe, « le balcon de l’Europe » située à proximité de la Frauenkirche et du Zwinger, construite sur les anciennes fortifications de la ville et qui offre une vue imprenable sur l’Elbe.



Le Dresdner Christstollen, la star des Marchés de Noël connu dans le monde entier


Appelé aussi Weihnachtsstollen, ce gâteau traditionnel allemand a une origine très ancienne, soit au début du XIVe siècle. Au fil du temps, de nombreux ingrédients sont venus l’enrichir et il rentre dans sa composition des écorces d’orange et de citron confits, des raisins macérés dans le rhum, des amandes douces et amères, des graines de pavot. Parfumé à la cardamome ou à la cannelle, largement arrosé à la brosse de beurre fondu et saupoudré de sucre glace, il accompagne merveilleusement le thé ou le café. Il se consomme principalement à la période de l’Avent et de Noël et peut se conserver jusqu’à 3 mois.



Chaque pain est façonné à la main, ce qui le rend unique. A savoir, le Christstolen bénéficie d’une marque déposée et pour recevoir le « Sceau Stollen », le gâteau doit répondre à des critères de fabrication et de composition très strictes. En Allemagne, une centaine de boulangeries le fabriquent.



Le pain d’épice à la saxonne, l’autre vedette de Noël


Le pain d’épices à la saxonne produit dès 1558 dans la petite ville de Pulsnitz, à proximité de Dresde, aussi appelée la ville du pain d’épice, est constitué d’une pâte mûrie pendant des mois, enrichie à la cannelle, la cardamome, le fenouil ou la muscade. Il figure en bonne place sur tous les étals des Marchés de Noël.



Fabriquer son Christstollen avec un chef pâtissier à la boulangerie Wippler


Une expérience unique à la boulangerie Wippler à Pillnitz, apprendre avec le chef pâtissier Andréas Wippler à faire son propre Christstollen. A quelques kilomètres du centre de Dresde, la boulangerie Wippler est une affaire de famille. Depuis plus de 100 ans, la tradition se passe de père en fils. Aujourd’hui, c’est la 4ème génération qui est aux commandes. Fidèle à la philosophie de la maison, Andréas Wippler, l’arrière-petit-fils de Max Wippler fait de la fabrication du Christstollen, tout un art.



Il raconte avec passion l’histoire de sa famille. Max Wippler qui ouvre en 1910 sa première boulangerie sur Schumannstrasse, puis à Hosterwitz à Dresde. Andréas affiche une bonhommie bienveillante, imprégnée d’une longue expérience et d’un savoir-faire acquis au cours des années. Il met un point d’honneur à utiliser des produits de grande qualité, la meilleure farine, les raisins secs en provenance de Grèce, d’Afrique du Sud… Près de 70 employés travaillent dans ses ateliers et fabriquent de nombreux gâteaux revendus dans 5 points de vente. Et son Christstollen moelleux à souhait, équilibré et savoureux est une merveille à s’offrir et à offrir. Une recommandation, l’entamer en le coupant par le milieu, puis ressouder les deux parties pour en conserver le plus longtemps la fraîcheur.  Site web : www.baeckerei-wippler.de



Seiffen, le village des décorations en bois


Quittons Dresde. A 1 h 30 en voiture, le village de Seiffen dans la région des Monts-Métallifères, est un grand magasin de jouets à ciel ouvert. Autour de la petite église, se sont rassemblées une multitude de boutiques de jouets en bois de fabrication artisanale issue d’une longue tradition. En effet, lorsque l’industrie minière a décliné, les mineurs se sont tournés vers le travail du bois, sculptant, tournant, peignant des anges, des mineurs, des fumeurs…



Atelier de fabrication

On peut même assister et participer à l’élaboration de ces pièces de bois façonnées sur des tours et peintes à la main. Le casse-noisettes, ce hussard à moustache et barbichette se décline sous toutes ses couleurs et tailles, réinterprété avec humour, quand il prend des allures d’Angela Merkle ou d’autres personnages célèbres. On y trouve aussi des arcs de lumière venant décorer les fenêtres et de charmants objets de décoration de Noël. Dans ce décor de carte postale, cet univers exclusif de jouets, on retrouve son âme d’enfant et la joie qui accompagne ce moment unique de l’année où on peut croire à tout, même au Père Noël !

Notre carnet d’adresses :


Hôtel Pullman Newa **** à Dresde

Bien situé sur la très commerçante Prager Strasse, à proximité de la gare et du marché de noël, il offre un confort contemporain efficace et élégant. Grande baie vitrée donnant sur la ville illuminée, belles matières, bois, verre et couleurs douces assurent un bien-être très actuel. Site web : www.all.accor.com




Restaurant Coselpalais à Dresde


Dans ce beau palais baroque du centre de Dresde, jouxtant la Frauenkirche, dont les ornements de la façade constituent un des plus beaux exemples du baroque saxon, s’est installé un hôtel-restaurant de renom. Construit en 1765, il était la demeure de Friedrich August von Cosel, fils d’Auguste le Fort et de sa maîtresse, la comtesse Cosel. Celle-ci eut la très mauvaise idée de lui extorquer une promesse de mariage, ce qui lui valut d’être détenue durant 40 années dans une forteresse. Détruit par les bombardements de 1945, il ne subsistait que les façades des ailes de la cour, il fut restauré en 1973. Aujourd’hui, on y vient autant pour le décor magnifique que pour y apprécier les spécialités locales. On peut aussi y acheter quelques jolis souvenirs à la boutique. Site web : www.coselpalais-dresden.de

Y aller :


Vols Paris / Dresde : www.lufthansa.com

Pour en savoir plus :


Consulter les sites web : www.germany.travel.fr - www.visit-dresden.travel et www.visitsaxony.com

(Photos : Martine Delaloye).

À lire aussi