Accueil Hôtellerie Adresses de charme et d'exception Grand Hôtel Villa Serbelloni – Italie, palace authentique et romantique
Adresses de charme et d'exceptionHôtellerieNon classé

Grand Hôtel Villa Serbelloni – Italie, palace authentique et romantique

Séjourner au Grand Hôtel Villa Serbelloni, c’est s’inviter à un voyage suranné à Bellagio, savourer la quiétude des majestueuses rives du lac de Côme et les plaisirs de la table. Découverte…

Encerclé par les montagnes, sauvage et hors du temps, le magique lac de Côme fait partie de ces lieux envoûtants que l’on n’oublie pas. Totalement protégé par les beaux-arts italiens, le village de Bellagio a su conserver son authenticité et son charme d’antan, avec ses ruelles piétonnes, ses réverbères à l’ancienne, sa douceur de vivre et ses jardins séculaires. Sa situation unique, au pied du massif alpin, offre une vue de toute beauté sur des montagnes aux crêtes enneigées qui se jettent à pic dans le lac de Côme. Situé sur les rives du lac et au coeur du village de Bellagio, la Villa Serbelloni est un ancien palais du siècle dernier transformé en hôtel de luxe offrant à ses hôtes l’exemple parfait de l’hospitalité italienne, élégante et raffinée.

Un esprit de famille… une histoire passionnante…

Gianfranco Bucher et son épouse Dusia, les propriétaires veillent aux destinées de la Villa Serbelloni. Ils vous reçoivent un peu comme à la maison. Le Grand hôtel Villa Serbelloni à la façade ocre, semble sortie tout droit d’un film de Visconti. Gianfranco Bucher considère ses clients comme ses invités personnels. Jaloux de son indépendance, il refuse d’ailleurs d’adhérer aux labels internationaux qui distinguent les établissements de luxe, tel Leading Hotels of the World. Elégance et bon goût assortis d’une touche discrète de prestige font toujours partie de la tradition. L’origine de l’établissement remonte à 1488. Marchesino Stanga, héritier d’une noble famille de Crémone, fait édifier le palais qui, après plusieurs réfections deviendra l’actuelle Villa Serbelloni. Lorsqu’au milieu du XVIIIe siècle, le dernier héritier de Stanga meurt sans enfants, il lègue la Villa à son meilleur ami, le Duc Alessandro Serbelloni. Cette aristocrate plante le parc de nouvelles espèces et acquiert de nombreuses oeuvres d’art qui prennent place dans les salons. Dès 1873, date où cette ancienne maison particulière fut transformée en hôtel de luxe, le Grand Hotel Villa Serbelloni accueille la fine fleur de l’aristocratie européenne.

Franz Liszt y compose plusieurs oeuvres dont “Trois sonnets de Pétrarque”. Le comte Frizoni achète la demeure et demande à l’architecte Rodolphe Vantini d’ajouter balustrades, colonnades, cheminées et balcons pour répondre aux caprices de son épouse, qui, perpétuellement insatisfaite, contraint finalement son mari à revendre la demeure. En 1872, le Grand Hôtel Bellagio, car c’est ainsi qu’il se nomme alors, reçoit ses premiers hôtes. Le succès arrive aussitôt. Le Grand Hôtel devient le lieu de vacances de nombreux princes russes. Le prince Gagarine y occupera au mois de janvier 1901 pas moins 14 pièces avec sa suite. En 1918, le petit-fils de Franz Joseph Bucher, un des pionniers de l’hôtellerie de luxe du Vieux Continent tombe sous le charme de ce lieu magique combinant luxe, calme et raffinement. Douze ans plus tard, en 1930, le Grand Hôtel Bellagio devient le Grand Hôtel Serbelloni. En 1950 Arthur Bucher est relayé par son fils Rudy.

C’est l’époque bénie de la Dolce Vita où les clients séjournaient à l’hôtel pendant des périodes pouvant aller jusqu’à trente jours. L’établissement connaît son heure de gloire et reçoit la Reine Victoria, la Reine de Suède, les Rothschild, Franklin Roosevelt, Clark Gable… John Kennedy vient y goûter l’anonymat et la tranquillité. Romy Schneider y séjourne lorsqu’elle tourne dans la région avec Philippe Noiret “Une femme à sa fenêtre”. C’est aujourd’hui Gianfranco, fils de Rudy, qui dirige l’hôtel. Accessible seulement par le lac jusqu’en 1922, aujourd’hui encore, une route tortueuse et étroite mène depuis à Bellagio. C’est cet isolement qu’apprécia, dans les années 1980, le pool anti-mafia du juge italien Giovanni Falcone, qui avait fait de la Villa Serbelloni le cadre favori de ses réunions. L’hôtel plaît aussi aux acteurs américains en quête d’anonymat.

Loin du bruit …

On apprécie le cachet intact de ses salles aux plafonds décorés de fresques, ses 95 chambres et suites. Toutes avec vue sur le lac ou le parc, chambres spacieuses ainsi que son Salone Reale avec ses magnifiques lustres en verre de Murano et ses grands miroirs aux riches dorures. Mêlant style baroque et théâtralité des salons, le décor légendaire a gardé la magie du tourisme de la Belle Epoque. On ne peut manquer le monumental escalier éclairé par un gigantesque lustre de Murano domine le hall d’entrée. Partout meubles et objets, tapis persans, tapisseries françaises, fresques murales, trompe l’oeil et gravures du siècle dernier racontent les années traversées par cette demeure où le temps semble suspendu. On y dort dans des draps de lin et des duvets de grand-mère. Le cocooning est un maître mot dans cette demeure de charme.

L”hôtel propose deux espaces différents consacrés au sport et à l’esthétique. Le centre fitness (850 m2 dans un élégant pavillon du parc de l’hôtel) dispose d’une salle de gym, d’un sauna, d’un hammam, d’une salle de squash, de salles d’Ondapress et de massages. Une salle de sport est entièrement consacrée aux machines Technogym pour le cardio fitness destiné à entretenir l’efficacité cardio-circulatoire. Une autre salle de sport est, quant à elle, exclusivement destinée à la méthode Pilates, la gymnastique douce qui tonifie les muscles et favorise l’agilité et la légèreté du corps, la préférée des danseurs professionnels. A disposition également deux terrains de tennis, deux piscines (dont une couverte).

Ettore Bocchia émoustille les papilles…

On trouve avec le Chef Ettore Bocchia, d’excellents produits frais des recettes créatives ou traditionnelles et méditerranéennes. Ce chef étoilé depuis 2005 au Michelin compose une gastronomie tantôt traditionnelle italienne et souvent la cuisine moléculaire. Le Grand Hôtel Villa Serbelloni abrite deux restaurants où le Chef officie depuis plus de douze ans. Si la cuisine moléculaire occupe une place à part à la Villa Serbelloni, c’est grâce au fruit de la rencontre entre un physicien et de grands chefs italiens. Davide Cassi, professeur en Sciences de la matière à l’Université de Parme et le Chef Ettore Bocchia allié à la persévérance du propriétaire de l’hôtel Gianfranco Bucher sont à l’origine de cette empreinte culinaire. C’est au restaurant Le Mistral que l’on déguste harmonieusement la cuisine moléculaire, la cuisine fine italienne et nouvelle cuisine moléculaire. Dans un souci constant de perfection, le Chef consacre une partie de son temps à la sélection de ses matières premières, à leur culture et à leur récolte dans son propre potager. Le Mistral permet de dîner en terrasse au bord de la piscine ou dans une salle accueillante et raffinée, décorée de lambris d’inspiration navale.

La carte s’inspire de la cuisine gourmande italienne réinterprétés par Ettore Bocchia avec légèreté et inventivité : un choix heureux qui permet aux convives de redécouvrir des saveurs d’antan travaillées de manière totalement nouvelle. Un menu dégustation s’impose presque. Cette expérience originale permet de découvrir des goûts et des associations insolites mais toujours délicieux et étonnement équilibrés.

Ses must…

Parmi les plats les plus connus figurent les filets de turbot cuits dans un mélange de sucres fondus (aucune matière grasse et la conservation de tout le moelleux naturel du poisson) et la glace refroidie à l’azote liquide (une crème qui ne glace pas les papilles et permet d’apprécier toute la saveur de la glace, de la première à la dernière cuillérée). Rien n’est laissé au hasard, pas étonnant quand on sait que les légumes et les plantes aromatiques dont il se sert sont cultivées à deux pas de Bellagio dans un potager de 20 hectares. Pour les produits plus exigeants et nécessitant un très fort ensoleillement, comme les tomates, les aubergines ou les citrons, le Chef a choisi la terre de Sicile et le savoir-faire de ses agriculteurs. Il faut aussi compter avec le restaurant Terrazza Serbelloni dont la grande terrasse domine l’un des plus beaux panoramas du lac de Côme embrasse aussi les jardins fleuris et montagnes enneigées. La carte propose plutôt des plats aux accents internationaux mais offre également un menu du jour incontournable prisé des fins connaisseurs du restaurant et qu’Ettore Bocchia concocte en fonction des meilleurs produits du marché. Chaque soir la Terrazza Serbelloni s’anime de musique live qui accentue l’atmosphère romantique de ce restaurant dédié à la haute gastronomie. Le Grand Hôtel Villa Serbelloni présente donc tout le cachet d’un hôtel historique, classé depuis des années parmi les meilleurs établissements au monde. Ici, par beau temps, toute photographie a des airs de carte postale.

Aux alentours…

De nombreux sites d’exception sont à découvrir aux alentours… à pied ou par bateau : Les jardins de la Villa Melzi (Bellagio) avec sa Villa du XIXème au jardin tracé à l’anglaise avec ses palmiers légendaires, ses rhododendrons et son petit kiosque bleu sur le lac. La Villa Serbelloni (Fondation Rockfeller) et son jardin botanique escarpé, le village de Bellagio où se mêlent ruelles pittoresques et maisons colorées. On apprécie son atmosphère très conviviale avec ses bars et ses petits restaurants sous les arcades.

Parmi les visites incontournables, à quelques minutes en bateau de l’hôtel la Villa Balbianello à Lenno. Un bijou ! Une villa construite au XVIIème siècle sur les vestiges d’un vieux monastère, qui appartenait au Cardinal Visconti. Passages secrets, cuisine dans l’église, collection unique de porcelaines chinoises de l’époque Tang sont au rendez-vous. Quatorze jardiniers travaillent tous les jours pour entretenir ce jardin dans le plus pur style de l’époque. Cette villa à l’accès privé sert d’écrin aux collections du Comte Monzino, aventurier qui a fait rentrer l’Italie dans l’histoire en mettant le drapeau transalpin sur le Groenland et l’Everest. Elle servit également de décor au tournage de “Romance sur le Lac”, “Star Wars II” et plus récemment au James Bond “Casino Royale”, avec Daniel Craig et Eva Green. Et puis la Villa Carlotta (Tremezzo) datant du XVIIIème siècle. Elle présente un jardin composé de plus de 165 différentes variétés de rhododendrons et d’une orangeraie. Son musée renferme d’intéressantes sculptures néo-classiques. Stendhal et Liszt musardaient régulièrement au sein de cette demeure et de son parc.

POUR EN SAVOIR PLUS

Grand Hôtel Villa Serbelloni* – Via Roma 1 22021 Bellagio CO, Italie, tél. 00 39 031 950216. Site web : www.villaserbelloni.it

*Hôtel (ouvert d’avril à mi-novembre) – Photos : Grand Hôtel Villa Serbelloni.

 

À lire aussi

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

StoneHaven, la renaissance d’un manoir au coeur des Laurentides

A Sainte-Agathe-des-Monts, au coeur des Laurentides et surplombant le lac des Sables,...

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

St. Regis Hotel, moderne et élégant au coeur de Vancouver

Niché au coeur de Vancouver, juste à côté du célèbre restaurant Gotham,...

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

Lightwater Cove, une adresse presque secrète !

Sur l’île de Saltspring, près de Vancouver au Canada, ressourcez-vous à Lightwater...

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

Wickaninnish Inn, au plus près de l’océan Pacifique !

En Colombie-Britannique à l’ouest de l’île de Vancouver,  près du village de...