La Haute-Provence, terre de soleil, de beauté, de saveurs et de senteurs

le 19/07/2021

Entre la Durance, le Luberon et le Verdon s’étend cette région aux paysages inoubliables que l’on nous envie, où chantent les cigales dans la garrigue odorante, une terre porteuse de richesses gastronomiques et œnologiques qui enchantent, et aussi terre d’inspiration de Giono. Découverte…



Par Martine Delaloye



La Haute-Provence, c’est autre chose que loin, c’est ailleurs...


Disait Giono de cette terre qu’il aimait par-dessus tout. Sur les rives du Verdon jusqu’au plateau de Valensole où la lavande trace ses vagues mauves, où les amandiers fleurissent au printemps, où la truffe noire se ramasse dès le mois de novembre bien que ce sont celles de janvier et février qui soient les meilleures, où les oliviers et la vigne se gorgent de soleil, la Haute-Provence fait don de ses richesses toute l’année. C’est en juin et juillet que la Haute-Provence se couvre de mauve, mais pour plus de bien-être, il est recommandé d’éviter les flux de l’été.



La Haute-Provence, territoire d’excellence...


Ici, la terre est généreuse et engendre des produits de grande qualité attestée par de nombreux labels AOP, AOC, IGP : la lavande et le lavandin, le miel, les amandes, le vin, l’huile d’olive, le fromage de chèvre, la truffe noire, le diamant noir ou le safran, l’or rouge. L’AOP de Pierrevert portée par le projet InterregAMPELO est un programme de coopération transfrontalière européenne permettant la valorisation des territoires alpins entre la France et l’Italie par l’oenotourisme. La maison de la biodiversité de la Thomassine, le domaine des Grandes Marges ou La Ferme de la Pierrine ont la également une démarche de qualité et de préservation de la nature et de la biodiversité.

 

Des villages perchés pittoresques...


A flanc de coteau se sont accrochés des villages pittoresques, Gréoux les bains, aux portes du Luberon et non loin des Gorges du Verdon, ravissante station thermale réputée depuis l’Antiquité pour le traitement des rhumatismes et des voies respiratoires, dominée par le château dit des Templiers. Valensole - la vallée du soleil entouré de champs de lavande et de blé, un village médiéval à flanc de colline où dans les ruelles qui grimpent jusqu’à l’église Sainte-Blaise coulent de jolies fontaines et lavoirs du temps jadis, Manosque, petite ville nichée entre cinq collines plantées d’oliviers, où le soleil brille 300 jours par an, la cité où Giono a vécu, où ses romans ont pris vie entre fiction et réalité, où Angelo, le héros du « Hussard sur le toit, s’enfuit par la ruelle de l’enfer…



En route pour le plateau de Valensole en 2CV, dite la deudeuche...


Un jeune couple Adrienne et Damien ont eu l’idée d’organiser des balades en « deudeuche » C’est ainsi que la star des années 50, la « deux chevaux » fait un retour vintage. Sans ambition de rivaliser avec les bolides ultra-technologiques actuels, elle reprend du service sur les routes provençales où elle se penche courtoisement dans les virages et « crapote » gentiment dans les montées. Ça sent un peu l’essence et ça fait du bruit, mais c’est le prix à payer pour une équipée originale.

De chaque côté de la route ondulent les champs de blé blonds prêts à être moissonnés et les étendues de lavande mauve, avec en fond de tableau les contreforts du Luberon, le Mont Ventoux, Les villages aux terrasses et marchés animés défilent. Le paysage est tout simplement enchanteur. Il est possible de louer ces voitures pour une demi-journée ou plusieurs jours pour une «chevauchée » romantique. Site web : www.ohmydeuche.fr


Le lac d’Esparron-de-Verdon en bateau électrique...


Dans ce décor de roche sauvage exceptionnel, le lac d’Esparron a trouvé une place de choix dominé par le village d’Esparron-de-Verdon, d’où la vue sur ses eaux calmes est magnifique. On peut randonner tranquillement sur le sentier du garde-canal jusqu’au village, en longeant l’ancien canal du Verdon construit il y a 150 ans et découvrir l’histoire de l’eau en Provence. Des équipements aménagés autour du lac permettent la pratique de nombreuses activités nautiques, pédalo, aviron, voile, canoë-Kayak. De petits bateaux électriques, faciles à piloter, sans permis se louent pour une balade ou mieux un pique-nique à bord en naviguant en douceur jusqu’aux basses gorges du Verdon, en accostant au gré de ses envies sur tous les sites. On peut partir du stand plage de Saint-Julien. Les bateaux d’Alize electronic sont silencieux, non polluants et respectent l’écosystème du lac aux eaux potables, sa faune et sa flore. A réserver au tél. 04 92 75 44 69. www.location-bateau-verdon.fr



Balade provençale dans les jardins et vergers de la Maison de la Biodiversité de la Thomassine...


Dans les collines de Manosque, La Thomassine est avant tout un conservatoire créé par le Parc naturel régional du Luberon, un lieu de mémoire paysanne qui s’étend sur 4 hectares où arbres fruitiers, plantes et fleurs adaptés au territoire sont préservés. La balade commence devant l’ancienne bastide provençale rénovée, d’où descendent des larges escaliers de pierre jusqu’aux jardins en terrasse. On déambule tranquillement de jardins en potagers jusqu’aux vergers. Dans cette rocaille provençale curieusement poussent beaucoup d’arbres et de plantes bien ancrés dans leur terroir.



Figuiers, oliviers, pommiers dont on apprend qu’il en existe 70 variétés prospèrent ici. La cerise Griotte de Provence, l’abricot rosé de Provence ou la pêche sanguine de Manosque, ces anciennes variétés qui disparaitraient au profit des standards de goût actuels, sans le concours de l’homme sont précieusement conservées. Dans le jardin des roses, fleurissent toutes sortes de roses adaptées à cette terre. Dans le potager pousse une grande diversité de légumes oubliés, de tomates, d’artichauts, de céleris… Ici, l’extraordinaire diversité des plantes cultivées et domestiquées par l’homme est valorisée. Cette jolie flânerie bucolique à travers 8 jardins, commentée par un amoureux de ce jardin d’éden est à parcourir de préférence en famille. Les enfants sont très sensibilisés à la préservation de la nature et à la qualité de l’alimentation. De nombreux stages sont également proposés. Site web : www.parcduluberon.fr


Le Domaine des Grandes Marges, une ferme biologique...


Sur le plateau de Valensole, le domaine des Grandes Marges offre une magnifique palette de couleurs, le ton rosé de la sauge sclarée, le jaune solaire épicé de l’immortelle et plus tard des tournesols, et le mauve flamboyant de la lavande et du lavandin, avec en fond de décor, les contreforts du Luberon, le Mont Ventoux, le Sainte-Victoire au loin. Au cœur de ce terroir, entre Manosque et Valensole, la famille Jaubert perpétue avec passion depuis quatre générations un savoir-faire ancestral. Françoise et son fils Alex produisent olives, amandes, lavandin et lavande.



C’est avec amour et respect de cette terre, que Françoise conte l’histoire familiale de la ferme. Autrefois, le plateau de Valensole à 550 m d’altitude était couvert d’amandiers qui, trop fragiles au gel, ont été arrachés. Le père de Françoise fut un des premiers à en replanter sur ces terres. Les amandes de Provence sont très prisées pour leur qualité gustative. La crème d’amande et le sirop d’amande sont un véritable nectar d’arômes naturels à acheter sur place.

Elle nous apprend la différence entre le lavandin à l’odeur camphrée, dont la tige comprend plusieurs branches et est donc très productif et la lavande aux nombreuses vertus, cicatrisante, désinfectante, calmante. Elle soulage les maux de tête et apaise les vertiges. Elle parle des différentes huiles d’olive comme de grands crus dont goûte les saveurs subtiles. Quatre huiles d’olive bio sont produites à choisir selon les goûts, subtil, intense, à l’ancienne ou encore citronné, une huile très typée réservée pour les salades, les poissons.

 

Aujourd’hui, les oliviers recouvrent 20 ha, les amandiers 10 ha. La lavande et le lavandin sont exploités sur la propriété en agriculture biologique mais aussi en agriculture de conservation. Les brebis pâturent sur le verger et fertilisent la terre naturellement. Le sol doit être nourri et demande un grand travail de paillage pour apporter les oligo-éléments, protéger des insectes et permettre l’irrigation. Le cœur du kaolin, très bonne argile est aussi utilisée. Des nouvelles espèces greffées ne demandant pas d’eau ont été créées. Lors d’une balade guidée, à réserver à l’office de tourisme de Valensole, vous découvrirez la belle histoire de ce savoir-faire ancestral tout en profitant d’une nature privilégiée.

A la boutique, on trouve tous les produits Bio produits sur la ferme, pour faire provision d’huiles essentielles de lavande, de lavandin, d’immortelle, savon, miel de lavande, huile d’olive vierge extra… La terrasse est un joli lieu où apprécier les saveurs artisanales. Site web : www.lesgrandesmarges.com



Balade avec les chèvres à la Ferme de la Pierrine à Valensole...


Christine, la maîtresse des lieux après de longues années dans l’administration se consacre depuis une vingtaine d’années à cette micro-ferme et aux trois ateliers qu’elle a créé, les porcs, les chèvres et les poules pondeuses et aux deux gites pouvant recevoir 2 personnes chacun. Cette ferme, c’est un peu l’arche de Noé. Quatre chiens gambadent autour de vous, trois sont adoptés, le quatrième, Ragnar, est un Chien des Pyrénées, capable de faire fuir le loup présent dans la région. Deux truies assurant la reproduction cohabitent avec un verrat vieillissant. Le troupeau de 14 chèvres de races différentes fournit le lait qui sert à la fabrication des fromages, de la confiture de lait et aussi au savon au lait de chèvre élaboré par un maître savonnier de Forcalquier.



Cette femme directe et enthousiaste vous parle aussi bien de l’histoire des chèvres au cours des siècles que de leur caractère individuel. Chacune répond au prénom qu’elle reconnaît Thrud, Bonnie, Milka, lili- et s’affirme dans le troupeau selon sa personnalité. Amalthée est la patronne, l’alpha suit. La hiérarchie s’instaure naturellement. Il y a aussi, le souffre-douleur, Milka, qui a du mal à se faire respecter dans le troupeau. Christine organise également des balades à travers la forêt et les champs de lavande, avec les chèvres, un bon moment de marche tranquille en profitant de cette compagnie animale réconfortante suivies d’une dégustation. La promenade se termine par la dégustation des produits de la ferme, amandes caramélisées et de l’huile d’olive. Des ruches fournissent le miel avec lequel elle fabrique un pain d’épices d’une légèreté incomparable, un vrai délice ainsi qu’un fromage de chèvre savoureux. Des produits qui sont vendus sur le marché deux fois par semaine. Balade sur réservation : de mars à novembre, tél. 06 78 96 43 69. Cette ferme est une belle découverte humaine et une bonne adresse pour s’approvisionner en très bons produits. Site web : www.fermelapierrine.fr


Domaine de Saint-Jean-Lez-Durance...


Le long de la mythique Durance, sur des terrasses caillouteuses nichées entre le Luberon et la Durance, le vignoble du Château Saint-Jean-Lez-Durance s’étend sur un terroir exceptionnel entre 450 et 550 m d’altitude sur 33 ha de vignes en appellation AOP Pierrevert et IGP Haute-Provence. Le Château Saint-Jean-Lez-Durance est une propriété de la famille d’Herbes depuis 1754. Jean-Guillaume d’Herbes se plaît à présenter son vignoble « Profitant du Profitant du climat méditerranéen pour son soleil et du climat alpin pour sa fraîcheur, nos vins sont aromatiques, concentrés et se rapprochent de certains grands vins de la vallée du Rhône septentrionale. Le microclimat, la diversité des sols et l’orientation du vignoble sont optimaux.

L’ensoleillement de près de 320 jours par an, ainsi que les variations extrêmes entre le jour et la nuit (dues à l’altitude) sont très favorables à la maturité du raisin ». Pour la petite histoire, Jean-Guillaume et Constance, son épouse, choisissent le nom de leurs cuvées en s’inspirant du patrimoine historique provençal. Une des cuvées la plus ancienne se nomme « Que la joie demeure ». Le domaine est exploité en Bio depuis 2013. Site web : www.chateau-saint-jean.fr


Notre carnet d’adresses :



Le restaurant de Pierre Grein à Manosque



Pierre Grein, manosquin a fait ses armes dans des établissements réputés de la Côte-d’Azur. Chef talentueux et homme discret, il s’est senti un peu frustré de recevoir sa première étoile Michelin alors que le monde de restauration s’arrêtait de tourner. Aujourd’hui, il peut enfin recevoir ces clients et leur concocter une cuisine méditerranéenne et gastronomique où les produits de saison sont sublimés pour le plus grand plaisir des sens.



Une cuisine inventive, soignée, et technique à en juger par la brioche qui se révèle dans son halo azoté, ou encore la fraise dans sa coque laquée à fendre au couteau pour mieux en apprécier la texture aussi légère que savoureuse. Une belle réussite.



On apprécie aussi le homard de l’atlantique pour sa présentation, sa cuisson parfaite et les saveurs provençales de la sauce qui l’accompagne. Le cadre est élégant, sans ostentation. Le service est convivial. Une très bonne table à recommander. Nous attendons la deuxième étoile. Site web : www.restaurantpierregrein.fr


L’hôtel Spa La Villa Borghèse**** à Gréoux-les-Bains


Dans le joli village de Gréoux-les-Bains, la Villa Borghèse est l’hôtel de charme où résider en toute tranquillité dans un écrin de verdure provençal avec piscine chauffée, idéalement situé aux portes du Luberon et des gorges du Verdon. Bain bouillonnant aux algues et aux huiles essentielles, soins à l’argile, pierres chaudes, réflexologie plantaire ou séances de relaxation Jacobson offrent de bons moments de bien-être au Spa. A la Table de Pauline, le restaurant de l’hôtel récompensé par une toque « au Gault et Millau » et le titre de « Maître Restaurateur », officient Franck Pujol, chef de cuisine et Sébastien Giustetto, Maître d’hôtel. Site web : www.hotel-villaborghese.com



A faire aussi :



Balade littéraire en forêt


Si vous êtes randonneur et féru de littérature, Arnaud Poupounot organise des randonnées au cours desquelles, il vous lira au gré de son humeur ou de la vôtre des extraits des ouvrages de Giono, vous livrant à votre propre réflexion sur les écrits de cet écrivain inspiré par le monde paysan provençal et sa réflexion sur la condition de l’homme dans ce monde et ses questionnements de portée universelle. Vaste programme ! Un conseil, portez de bonnes chaussures de marche. A visiter également, le Centre Jean Giono à Manosque. tél : 06 83 28 73 54



Le safran, l’or rouge de la Provence

A Vinon sur Verdon, la boutique « Safran & Arômes du Verdon » est une entreprise familiale issue d’un savoir-faire du terroir et privilégiant l’économie locale. Elle regroupe deux entreprises complémentaires d’un jeune couple qui a réuni judicieusement ses compétences. Des apéritifs élaborés à base des plantes récoltées sur les parcelles agricoles et le safran, très justement appelé l’or rouge. Harmony Guis, technicienne et commerciale agricole exploite le safran. Celui-ci demande un gros travail de récolte de la fleur durant les 4 à 7 semaines de floraison.

La cueillette se fait de bon matin, pour éviter les insectes très attirés par l’odeur florale, chaque fleur est comptée et le silence règne sur le champ. Seul le pistil est conservé, séché lentement et naturellement sur des claies. A la couleur, l’odeur et au toucher on sait s’il est sec. IL est pesé et il ne reste alors qu’un cinquième du poids initial, ce qui explique son prix élevé. Tous les produits proviennent d’exploitations situées dans le Parc régional du Verdon, à environ une quarantaine de kilomètres alentour. Contact : wwwsafran-provence.eu, tél 06 86 71 65 04



Le temple de la gourmandise, la Maison Durandeu à Gréoux-les-Bains

Cette maison fondée en 1851 par Auguste Bayle est une véritable institution familiale, où se sont succèdés plusieurs membres de la famille avant qu’André Durandeu en reprenne les rênes qu’il cède à son fils Yvan en 1997. Il suffit d’entendre Yvan parler de son savoir-faire pour comprendre toute la passion qui l’anime. Soucieux de la transmission, il a confié dernièrement la partie « pâtisserie-chololaterie-calissonnerie » à sa fille Cloé, âgée de 21 ans. Aujourd’hui la maison réunit pâtisserie, confiserie, chocolaterie, glacerie et calissonnerie ainsi qu’une petite restauration.

Autant dire que l’on peut se régaler de toutes les spécialités provençales à emporter ou à déguster sur place : les croquants au nougat ou au miel, les navettes, mendiants, pains d’épices, panettones et surtout les délicieux calissons Car il n’y a pas que le calisson d’Aix en Provence. Il suffit de goûter ceux concoctés ici à base de 40% d’amandes méditerranéennes pour en être persuadé. Tout est élaboré dans un atelier bien équipé et super clean. La très bonne adresse des bec-sucrés. Contact : 06 85 83 34 12.


Pour en savoir plus :


Consulter le site web: www.durance-luberon-verdon.com

(Photos : Martine Delaloye et Office de Tourisme).


À lire aussi