Pierre Brouwers et ses reportages au long cours

le 31/08/2014

Pierre Brouwers a deux passions : les voyages et le cinéma. Pas étonnant que ce globe-trotter sillonne le monde caméra sur l'épaule pour réaliser des reportages pour de nombreuses chaînes de télévision. Découverte…


Quel est votre parcours ?

"deux passions : le voyage et le cinéma…"


Très jeune, j'ai eu envie de voyager pour m'évader. Dès l'âge de 16 ans, j'ai décidé de faire du cinéma. J'ai toujours fait en sorte d'allier ces deux passions : le voyage et le cinéma.

Des études de journalisme axées sur les médias m'ont permis très vite de travailler dans le domaine du reportage au long cours. Comme je n'avais pas les moyens de me lancer directement dans le cinéma, j'ai commencé par faire beaucoup de photos, puis des diaporamas, avec en parallèle du film Super 8, puis 8, puis 16, puis 35 mm. Puis est arrivée la vidéo, qui a été pour moi un moyen idéal de véhiculer mes reportages. J'ai créé les Vidéo Guides Hachette en 1987, et mes films ont commencé à être diffusés systématiquement en télévision dans les années 1990. Mon parcours plus détaillé se trouve sur le site www.PBrouwers.com.

Comment choisissez-vous vos destinations ?

"en fonction des opportunités qui se présentent…"


Je choisis de traiter une destination en fonction des manques dans la collection DECOUVRIR LE MONDE / DVD GUIDES, en fonction des opportunités qui se présentent de se faire aider par des organismes comme les compagnies aériennes, et surtout, bien entendu, en fonction de mes intérêts personnels. Mon but est de découvrir un maximum de pays, de cultures et de peuples, dans le but de faire partager ces découvertes à un public le plus large possible.


Comment concevez-vous vos reportages ?

"brosser le portrait complet d'un pays…"


En ce qui concerne la collection DECOUVRIR LE MONDE / DVD GUIDES, l'objectif est de brosser le portrait complet d'un pays ou d'une destination en 52 minutes. C'est dire la gageure, car il n'est pas possible, bien entendu, d'être complet. Il s'agit en réalité de traiter un maximum de sujets, d'ordre géographique, culturel, humain, dont la somme doit donner le reflet fidèle de la destination. L'important est d'être équilibré et d'aller à l'essentiel. Ne pas oublier l'économie par exemple, qui détermine en partie le mode de vie, mais sans aller trop loin dans le sujet. Chacun des sujets traités dans un film pourrait lui-même faire l'objet d'un film spécifique.

A qui s'adressent vos sujets ?

"les gens en mal d'évasion…"


Mon public est très vaste. La majeure partie de l'audience est celle des personnes qui s'intéressent à une destination parce qu'elles ont envie de s'y rendre, ou parce qu'elles éprouvent le besoin de s'informer sur le sujet. Une autre frange importante du public concerne les gens en mal d'évasion. A ce titre, le slogan "Voyagez dans votre fauteuil" souvent utilisé par nos distributeurs DVD est tout à fait approprié. Il y a aussi ceux qui sont allés sur une destination et qui souhaitent en quelque sorte prolonger leur voyage.

Il y a également le public strictement culturel ou scolaire. Rien de plus efficace pour un professeur de géographie, par exemple, que de montrer un film DECOUVRIR LE MONDE.


Considérez-vous le voyage comme un art de vivre et pourquoi ?

"Voyager incite à la curiosité…"


En ce qui me concerne, oui bien sûr. Je voyage énormément depuis une quarantaine d'années, et je me souviens parfaitement des impressions glanées lors de mes premiers voyages. Elles ne sont pas très différentes aujourd'hui, sauf que j'ai davantage de points de référence. Voyager incite à la curiosité. Il faut voyager avec les yeux - et le cœur - bien ouverts. Voyager multiplie les expériences dans tous les domaines, et excite constamment les sens. En fait, le voyage est un antidote à la routine. Un antidote aussi au racisme et un important atout pour la paix. Si tous les dirigeants politiques du monde avaient voyagé dans leur jeunesse, on éviterait beaucoup de malentendus et de tensions…

Pourquoi avoir fondé le site web www.decouvrir-le-monde.com ?

"le site web permet de toucher les gens là où ils se trouvent…"

Pour avoir une vitrine, d'abord. Pouvoir montrer le début de chaque film à un public est un atout extrêmement important. Cela permet au public de se faire une idée sur l'opportunité de visionner tel film à la télé, ou d'acheter un DVD. Le site web permet de toucher les gens là où ils se trouvent, et notamment tous ceux qui sont éloignés des grands centres urbains, c'est-à-dire des magasins spécialisés qui ont les DVD à disposition.

Un jour ou l'autre, la transmission des films au public sera sans doute complètement dématérialisée. Le site Internet permettra alors, grâce par exemple à la VOD, de faire visionner les films sans passer par l'acte d'achat d'un DVD et en échappant aux contraintes de la programmation TV.

Comment percevez-vous le voyage demain et son évolution ?

"les jeunes d'aujourd'hui ont la chance colossale…"


Le voyage va devenir de plus en plus facile. Les jeunes d'aujourd'hui ont la chance colossale d'avoir à leur disposition les compagnies low cost, les possibilités d'obtenir des tarifs extrêmement avantageux en train, etc. Tout cela n'existait pas il y a encore peu de temps. Donc, je pense que les gens vont voyager de plus en plus, et c'est très bien comme cela. Encore faut-il qu'ils voyagent intelligemment, et qu'ils aient un minimum d'intérêt pour la destination dans laquelle ils se rendent.

Rien de plus aberrant par exemple de se retrouver sur la plage d'un centre de vacances en République Dominicaine sans faire la moindre démarche pour connaître le pays et ses habitants. C'est là le danger : il devient tellement banal de voyager que le fait de se retrouver à Cuba, aux Baléares, ou en Martinique n'a pratiquement plus d'importance pour certains. Or se faire bronzer sur une plage cubaine, israélienne ou chypriote du Nord devrait forcément donner à réfléchir.

Vous éditez des vidéos de vos reportages, quel est le but de cette diffusion ?

"la sanction ultime d'un film, ce doit être le public…"


Le cinéma est un mass média. Le but ultime, lorsqu'on réalise un film, est qu'il soit vu par le public le plus large possible. C'est du moins ma conception. Je ne comprendrais pas un cinéaste qui ferait un film puis le laisserait dormir dans un tiroir, même en-dehors de toute préoccupation économique.

La sanction ultime d'un film, ce doit être le public. Si ce que vous faites est bon, le public suit, donc achète les DVD. Sinon il s'en désintéresse. La télévision fausse la perception des films, car les programmes sont aux mains de quelques décisionnaires, qui ne reflètent pas toujours les sentiments du public. La distribution des DVD est donc pour moi très importante.

Quelles "thématiques" sont demandées le plus souvent par les chaînes de TV ?


Je fonctionne avec des chaînes qui s'intéressent à la découverte au sens large. Plutôt géographique et à connotation voyage pour Voyage, bien entendu, la découverte plutôt urbaine pour NRJ 12, et la découverte au sens le plus large pour France 5. Certaines chaînes comme Arte ont une approche plus "société". D'autres comme Planète, parfois plus "technique", avec tout ce qui se rapporte à l'aviation.

Quels sont vos projets ?


"je travaille aussi sur un film traçant l'histoire de l'aviation dans les Caraïbes…"


Il y a les projets "standards", bien entendu, qui permettent d'alimenter la collection DECOUVRIR LE MONDE / DVD GUIDES : je travaille actuellement sur la Pologne, Oman, le Liban, l'Egypte, la Colombie. Il y a par ailleurs les projets hors normes, comme une série de films que j'essaie d'initier : TAXI DRIVERS (titre provisoire). Il s'agit de découvrir une ville à travers le regard des chauffeurs de taxi, tout en montrant la façon dont ils fonctionnent. Je viens de terminer le pilote de cette série, qui concerne New York.

Je travaille aussi sur un film traçant l'histoire de l'aviation dans les Caraïbes, un autre sur la Terre Sainte avec comme limites géographiques la Palestine historique. En-dehors de ces projets de films, je travaille sur un livre de photos et un autre qui sera plutôt autobiographique. Ceci pour les projets. Tout le reste, ce ne sont encore que des idées, et il y en a beaucoup…


POUR EN SAVOIR PLUS


Consulter le site web : www.decouvrir-le-monde.com

(Crédit photos : Pierre Brouwers).























À lire aussi