Minorque, la discrète

le 28/02/2022

Au large de la Méditerranée, cette petite île d’une beauté sauvage et authentique, moins festive qu’Ibiza, est une oasis de bonheur tranquille, curieusement bien préservée, qui lui vaut d’être classée réserve de biosphère par l’Unesco depuis 1993. Découverte…



Par Martine Delaloye

A quelques encablures de Marseille et à équidistance de Barcelone et de Valence, « Minorque La Mineure » est une petite île de 48 km de long sur 19 km de large. Ses 200 km de côtes bordés d’eaux turquoise et les températures douces toute l’année en font un paradis balnéaire été comme hiver, où la tramontane peut cependant souffler fort.

Minorque, le paradis secret des Baléares…



Un peu méconnue, plus rurale, aux paysages variés, elle recèle en son cœur des trésors : des petites criques abritant des pépites de plages plus ou moins faciles d’accès,
des villages authentiques où règne un bien-vivre simple, deux villes qui rivalisent de beauté et des sites archéologiques inouis.


Le Cami de Cavalls, fait le tour de l’île

Le Cami de Cavalls, un sentier de randonnée qui fait le tour de l’île se parcourt à pied, à cheval ou en VTT. Tout au long, défilent des paysages à couper le souffle, des forêts touffues et des prairies tranquilles où paissent les vaches laitières. Au nord, les côtes abruptes, déchirées, composent un paysage sauvage, spectaculaire à la terre rouge, parfois accessible à pied ou en voiture. Au sud, la plaine creusée de profonds ravins abrite une multitude de criques accueillantes, havre des pêcheurs et bonheur des amateurs de plage.



Le Monte Toro

Au centre, le Monte Toro, le point le plus haut de l’île à 358 m, offre une vue panoramique incroyable sur la campagne, le village de Mercadal en plein centre, la baie de Fornells, Cap Cavalliera et son phare. Une représentation du Christ Rédempteur figure au sommet ainsi que le Sanctuaire de la Vierge d’El Toro, patronne de Minorque, construit au XVIIe siècle. Aujourd’hui il appartient à l’ordre des franciscains de la Miséricorde et accueille des religieuses cloitrées. Une boutique de souvenirs et un bar-restaurant bienvenu sur ces hauteurs complètent la visite de cet endroit très charmant.



Un univers balnéaire paradisiaque

Les plages paradisiaques ne manquent pas. Certaines de sable blanc, d’autres de rocaille, parfois à une heure de marche par des sentiers côtiers. Les plages de carte postale au sable blanc, baignées par des eaux translucides, enchâssées dans la végétation ou dans une crique discrète sont les plus prisées, comme Cala Macarella. D’autres comme Cala Mitjana, la plus célèbre donc très fréquentée ou encore Cala Turqueta, dite la plus belle ou Cala Galdana, grande plage familiale, sont très fréquentées en été. Il est toujours possible de trouver une petite crique sauvage et discrète où jouer les robinsons.



Fornells, un petit village de pêcheurs typique

On se sent tout de suite bien dans ce village de Fornells, un village de pêcheurs authentique niché dans une baie magnifique, où la vie s’écoule au rythme tranquille de ses terrasses de café où les habitants palabrent en savourant une pomada, où les petites boutiques d’alimentation sans prétention sont fréquentées par les locaux. Ici, se trouvent les meilleurs restaurants où déguster la Caldereta de Langoasta, la soupe de langouste. Du haut de la tour ou sur le phare de Cavalleria à l’embouchure de la baie, la vue est splendide. On peut aussi faire un tour sur la jetée pour le coup d’œil.

Ciutadella et Mao, les belles rivales, chacune à une extrémité de l’île…




Entre ces deux villes règne une solide rivalité à savoir qui est la plus belle, la plus agréable, la plus prisée. Une situation qui perdure depuis que les Anglais, ayant pris possession de l’île en 1708, ont délesté Ciutadella de son statut de capitale au profit de Mao dont ils appréciaient le port naturel de belle dimension (le plus grand d’Europe) capable d’accueillir la flotte britannique. Chacun appréciera…



Ciutadella, la ville patrimoine. Belles demeures, palais, églises et édifices historiques



Ciutadella est superbe. On se laisse charmer en empruntant le labyrinthe de ses ruelles médiévales pavées, bordées bâtisses cossues où se nichent des boutiques-hôtels et de charmants commerces où les minorquines, ces sandales typiques de Minorque, à semelle de gomme, se déclinent au gré de la plus grande fantaisie. De belles demeures bourgeoises, des palais, des églises, des couvents et de nombreux édifices historiques ocrés - la couleur de la pierre calcaire locale - lui valent d’être classée Monument Historique. Le marché aux légumes et le marché aux poissons aux belles arcades ornées de damiers sont fréquentés autant par les locaux que par les touristes pour leur ambiance colorée et animée.


Les places, les lieux de vie

Des terrasses animées ont pris possession des places ensoleillées. Au cœur de la ville, la place des Born et son obélisque rappelant la résistance de la ville lors du siège turc de 1558 est le point de départ classique des visites. Juste à côté, la Place de l’Esplanade où se situe l’hôtel de ville, est le centre du pouvoir et le site des fêtes officielles. La Place des Pins, la Place des Palmiers invitent à une pause où se délecter de Pomada, la boisson locale, un mixte de gin et citron frais. Sur la Place du Bé où trône la statue d’un mouton portant un drapeau, les cavaliers sur les chevaux noirs minorquins, s’adonnent à une tradition équestre le jour du mouton, le dimanche avant les grandes fêtes de la Saint-Jean.



La cathédrale Santa Maria domine Ciutadella

Monumentale, c’est l’édifice gothique le plus important de Minorque. La cathédrale de Santa Maria construite à l’emplacement d’une mosquée par le roi Alphonse III, dans un style gothique catalan, domine la ville. Les habitants l’appellent « Ma douce », c’est dire l’importance qu’elle occupe dans leur cœur. C’est l’autre épicentre de la ville historique.



Mao,( Mahon), la capitale bâtie autour d’un des plus grands ports naturels du monde

Si les Anglais ont choisi Mao comme capitale au grand dam de Ciutadella c’est bien grâce à la présence de cet immense grand port naturel de 6 km. Aujourd’hui, c’est encore le quartier où la vie bat son plein. Le soir quand le port s’illumine, que les petits bars et restaurants s’éclairent, la ville prend une allure de fête. C’est le moment d’aller flâner tout au long des berges, au moment où les minorquins sortent en famille, entre amis, et de s’arrêter à une terrasse pour boire un verre, acheter de l’artisanat local de belle qualité souvent. Les terrasses des restaurants sont prises d’assaut et c’est un vrai plaisir de déguster les spécialités locales au bord de l’eau en palabrant joyeusement. Les produits de la mer, langoustes, homards, calamars, moules, crevettes, turbots ou saint-pierres sont au menu avec toutes les spécialités de l’île.

La capitale, ville de 28000 habitants se laisse visiter au gré de ses demeures bourgeoises et de ses bâtiments historiques disséminés autour des places. Sur la plaza d’Espana, l’église gothique de Santa Maria où se déroule le festival international d’orgue abrite un orgue remarquable du XIXe siècle à 4 claviers. A côté, se dresse l’hôtel de ville, un bâtiment renaissance surmonté d’une horloge, cadeau du gouverneur britannique de l’île, Richard Kane. L’église Del Carmen néoclassique, bâtie au XVIIIe siècle, renferme un magnifique cloître baroque.



Le marché de poissons, le cœur battant de la ville

En plein cœur de Mao, le marché aux poissons est une institution, où se fournir en produits de la mer frais bien sûr, mais aussi un espace convivial avec son enfilade de petits restaurants face aux étals où savourer les spécialités.



Le Musée de Minorque dans un couvent baroque

Installé dans un ancien couvent de Franciscains, il mérite autant une visite pour la beauté de cette bâtisse de la fin du XVIIe siècle que pour aller à la rencontre de l’histoire de Minorque, de la préhistoire et la culture talayotique jusqu’au XXe siècle.



L’Isla del rey, l’île du Roi, le nouveau rendez-vous du monde de l’art…


Mao est aussi le point de départ des excursions en bateau vers quatre petites îles, Isla Pinto, La Plana, el Lazareto et Isla del Rey, l’île du Roi. L’île du Roi, baptisée ainsi en hommage au roi Alphonse III, n’est qu’à quelques minutes en bateau, au milieu du port. Un hôpital construit lors de l’occupation anglaise en 1711 et occupé tour à tour par les Anglais, Français et Espagnols, lui vaut d’être nommée aussi « l’île de l’Hôpital ». Le bâtiment a passé vaillamment les époques et gardé sa fonction hospitalière jusqu’en 1964, date à laquelle l’hôpital a été transféré à Mao. La « Fondation Hôpital de l’île du Roi » travaille à la sauvegarde de l’île, la restauration des édifices historiques et la création d’un musée dédiée à l’histoire de l’île.



La célèbre galerie Hauser & Wirth, a investi ces lieux historiques et bucoliques


L’installation en juillet 2021 de la galerie Hauser & Wirth, la galerie suisse qui a pignon sur rue à New York, Hong Kong, Londres, Zurich, Somerset, Gstaad et St Moritz, dans une annexe de l’hôpital, réhabilitée par le célèbre designer argentin Luis Laplace, est un véritable évènement dans le monde de l’Art contemporain. Les œuvres du peintre américain, Mark Bradford, l’un des plus grands artistes contemporains ont trouvé un cadre à sa mesure dans 8 salles gigantesques, ainsi qu’une de ses installations, « Masses and Movements » où des mappemondes de différentes tailles allant vers l’infini, laissent à penser qu’elles puissent s’entrechoquer. Les œuvres d’Eduardo Chillida, de Miro, Franz West peuplent le jardin paysagé de Piet Oudolf.

L’araignée de Louis Bourgeois accueille le visiteur à l’entrée. On peut s’étonner du choix de cette îlot-confetti, perdu dans le port, de la part d’une si prestigieuse galerie. Pourtant le lieu est tout à fait privilégié dans son écrin de verdure marqué par l’histoire qui draine des visiteurs venus de partout. Un défi à la culture relevé comme à leur habitude par le couple Iwan et Manuela Wirth !



A Minorque, la plus rurale des îles Baléares, l’agrotourisme est en plein essor…


Contrairement à ses voisines des Baléares, Minorque a longtemps gardé son caractère rural, ce qui en fait une des îles les plus authentiques. Il y règne un microclimat marqué par l’absence de hauts reliefs, une pluviométrie relativement abondante en automne et au printemps et des températures de 5 à 10° en hiver et 30° en été qui constituent les éléments favorables au développement des plantes fourragères et l’élevage des vaches laitières.



Rendez-vous à la Ferme de Binillubet

Une petite route sinueuse traverse la garrigue jusqu’à un ensemble de corps de bâtiments bien proprets blanchis à la chaux, la Ferme de Binillubet. En toile de fond, le Monte Toro se dresse sur sa colline. Au pied se dessine le patchwork des champs délimités par des kilomètres de murets de pierres soigneusement entretenus depuis des millénaires. L’île n’en compte pas moins de 11 000 km. Nous sommes à quelques kilomètres seulement de Mercadal, au centre de l’île. Dans l’étable, les nombreuses vaches se nourrissent de foin ou s’étrillent le poil avec délectation sur la brosse électrique tournante. Dans un parc, les chevaux noirs minorquins s’en donnent à cœur joie. Dans la fromagerie, on assiste à la fabrication du Queso Mahon- Menorca, bénéficiant d’une AOP, dont la préparation au lait cru de vache remonte à la préhistoire. Une cinquantaine de fermes de Minorque le fabriquent et il est exporté dans le monde entier.



L’agrotourisme est devenu le nouvel atout de ces belles fermes qui accueillent les visiteurs en chambre d’hôtes ou pour des dégustations de leurs produits, fromages, miel, sobrasada, saucisse de porc au paprika, ensaimada, le gâteau traditionnel, souvent rapporté dans les bagages des touristes, les pastissets, biscuits délicieux et bien sûr le fameux Queso Mahon-Menorca AOP reconnaissable à sa croute orangée et sa forme carrée.



Randonnée au cœur de paysages exceptionnels dans le parc naturel de s’Albufera d’es Grau

Au Nord-Est de Minorque, le Parc Naturel de S’Albufera, l’ilot Illa d’en Colom et le magnifique Cap de Favaritx, qui s’étend sur 5 000 ha, constitue le cœur de la Réserve de la Biosphère de l’île. S’Albufera d’es Grau est une vaste étendue de lagune côtière régulièrement submergée par la mer. Elle bénéficie d’un écosystème particulier où poussent les plantes halophiles, qui supportent un haut niveau de salinité - joncs, salicornes, tamaris, pistachiers lentisques - où vit une faune - martes, lapins, hérissons et tortues méditerranéennes.



C’est aussi le paradis de nombreux oiseaux qui y trouvent refuge, surtout l’hiver, canards, hérons, foulques, cormorans et aussi des rapaces, milans, aigles bottés. Trois itinéraires permettent la visite du parc par de petits sentiers serpentant entre de petits lacs et les passerelles aménagées évitant les zones trop humides. Un belvédère offre une vue magnifique sur ce paysage aquatique. On peut prolonger la randonnée, en longeant la plage jusqu’au village de pêcheurs d’Es Grau, un îlot de maisons blanches. Au nord de Mao, c’est un peu le refuge de ses habitants en été.



L’héritage talayotique, un patrimoine archéologique exceptionnel

L’île conserve un impressionnant ensemble de sites talayotiques remontant à l’âge de bronze. On ne compte pas moins de 1500 sites archéologiques. Les constructions monumentales - les Taulas, tables monumentales, les talaiots, grandes tours de guet et les navetas, nécropoles de pierre - que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, ont entre 2 000 et 4 000 ans et ont passé les millénaires dans un état de conservation surprenant. A 4 km env de Ciutadella se trouve la Naveta d’Es Tudons, le monument préhistorique le plus emblématique de Minorque et sans doute, le plus vieux monument d’Europe. C’est une ancienne tombe funéraire collective. On lui a donné le nom de naveta car il ressemble à un bateau à l’envers. C’est aussi, une véritable prouesse technologique constituée de pierres entassées les unes sur les autres, sans utilisation de mortier, sur 14 m de long et 6 m de large.

Notre carnet d’adresses :




Hôtel Lago Resort Menorca



Cet hôtel contemporain, situé dans la marina de Cala’n Bosch, n’est qu’à 10 mn du centre historique de Ciutadella et des belles plages du sud de l’île. Les chambres avec terrasse, sont vastes, dotées d’un confort élégant et donnent sur la marina. Tous les éléments d’un bien-être balnéaire sont réunis : Spa, piscine extérieure, transats et jardin. A seulement une centaine de mètres se trouve la plage de Cala en Bosch. La plage de Son Xoriguer est à environ 700 mètres et le phare d’Artrutx, joli but de visite est à 1,2 km. Les plus fortunés, choisirons le Lake Houses 4 étoiles, qui jouxte l’établissement, pour ses prestations luxueuses et ses décors élégants.



Cafe Balear, une institution familiale incontournable à Ciutadella


Ce restaurant situé dans le port de Ciutadella est sans aucun doute une référence. On se bouscule aussi bien en terrasse au bord de l’eau où déambule une foule sympathique d’autochtones ou de touristes appréciant la superbe jetée illuminée le soir, que dans les salles intérieures dont un charmant jardin intérieur. La maison dispose d’un bateau qui rapporte une pêche fraîche chaque jour. Les produits locaux sont privilégiés et le raffinement de la cuisine est indéniable. On ne saurait vous recommander le meilleur ragoût de homard de l’île, tous les poissons comme le turbo mais aussi tous les produits de la mer. L’accueil est jeune, dynamique et sympathique. Site web : www.cafebalear.com


Restaurant Ses Voltes à Ciutadella


Cette ancienne pension ouverte dans les années 1970 par Juana et Paco est une affaire de famille. Le « Can Carrasco », bâtisse typique, s’élève sur 3 niveaux. Le rez de chaussée est le rendez-vous des locaux qui ne s’y trompent pas et prennent leur petit déjeuner au comptoir ou s’attablent dans une des grandes salles. Le must, c’est la belle terrasse au dernier étage, aérée avec vue sur une rue très fréquentée de Ciutadella. L’accueil est sympatique et la cuisine est juste, délicieuse et les produits frais et de qualité. Les poissons, les poulpes, calamars sont à l’honneur. Mais ne pas hésiter à choisir les salades croquantes de fraîcheur. Les inconditionnels de pizza ou de burger y trouvent leur compte également. Site web : www.sesvoltesmenorca.com


Restaurant Jardi de Ses Bruixes à Mao



Dans le centre historique de Mao, ce restaurant au cœur d’un boutique hôtel au charme infini est une oasis de bien-être. Une terrasse dans une chapelle de verdure aménagée comme un salon du XVIIIe siècle où pend un lustre de cristal accueille quelques tables simples et tout à la fois élégantes où est servie une cuisine raffinée et délicieuse. L’hôtel de 16 chambres, réparties sur deux bâtiments, se présente comme une maison de famille originale et raffinée tenue par Anja et Nando, un couple suédois. Une belle adresse. Site web : www.jardidesesbruixesboutiquehotel.com



Y aller :

Vol de 2 h Paris Orly / Mahon avec Transavia. Site web : www.transavia.com


Pour en savoir plus :


Consulter les sites web : www.spain.info.fr et www.menorca.es


(Photos : Martine Delaloye).

À lire aussi