Christophe Cousin et le Tour du Monde

le 31/08/2014

Ecrivain voyageur, Christophe Cousin, a réalisé un tour du monde avant de s'immerger dans les communautés utopiques de la planète. Il accompagne aussi l'itinérance des nomades et des migrants. Découverte…


Quel est votre parcours ?


"un tour du monde à vélo de deux ans et demi et 30000 kilomètres…"


J'ai d'abord répondu aux sirènes de la réussite sociale. J'étais cadre dans une start-up avant de démissionner pour mon premier grand voyage : un tour du monde à vélo de deux ans et demi et 30000 kilomètres. (Le bonheur au bout du guidon - Arthaud 2005) avant de m'immerger dans les communautés utopiques de la planète (Sur la route des Utopies - Arthaud 2007). Depuis, j'accompagne l'itinérance des nomades et des migrants pour Nomades Land sur Canal+.

Qu'est-ce qu'un écrivain - voyageur précisément ?


"de nos jours, d'un simple clic…on croit faire le tour de la planète…"

Quelqu'un qui écrit et qui voyage. Indissociablement. De telle sorte que si vous tentez de le couper en deux, vous n'obtiendrez pas d'un côté un écrivain, de l'autre un voyageur ; et peu importe de savoir lequel des deux en premier conduit à l'autre. De nos jours, d'un simple clic sur Google earth on croit faire le tour de la planète, l'écrivain -voyageur donne à voir un univers qu'il a " réanchanté " par son vécu, ses découvertes, sa poésie. Son monde n'est pas binaire.


Quels sont vos terrains de jeux favoris ?

"je crois que j'aime les déserts plus que tout…"


Les pages blanches et les déserts sont des terrains libérés des contraintes. Les rencontres apparaissent comme des points d'interrogation qui disparaissent avec les premiers verres de thé à la menthe. Les haltes ne sont que des virgules sur les pages du temps dont on voudrait ralentir le l'arrivée du prochain chapitre. Je crois que j'aime les déserts plus que tout. On apprend à s'y dessécher sans blêmir. Ils sont bien souvent plus qu'une invitation au chant des dunes.

Je conserve un souvenir merveilleux de mon premier désert, c'était du côté d'El Borma à la frontière avec la Tunisie, le Tchad et la Lybie. C'est là aussi que j'y ai croisé mon premier nomade et son vaisseau du désert. Nous avions tous les deux soif et faim, nous nous sommes partagés notre dernier butin : quelques dattes et de douces gorgées d'eau.

Nous nous sommes salués sous la protection de Dieu. Je crois bien que n'y l'un ni l'autre ne nous sommes retournés. Dans le désert, on apprend à ne pas être triste au moment des adieux. On apprend aussi à faire confiance à sa bonne étoile. D'une manière générale, j'aime l'inconnu. Le jeu de la vie n'est beau à mes yeux que si l'on n'en connaît pas tout à fait ses règles.

Considérez-vous le voyage comme un art de vivre et pourquoi ?

"je ne crois pas vraiment au voyage comme source de plaisir…"


Au sens littéral du terme si l'on considère que voyager, c'est vivre : oui. Au contact de la nature selon les préceptes de Thoreau - en décidant de s'y consacrer pleinement et sans concession. Au contact des autres dans la tradition de ceux qui favorisent le dialogue des cultures. Je ne crois pas vraiment au voyage comme source de plaisir. Le congé sabbatique n'est qu'un leurre : au premier jour, le décompte s'engage. Je ne crois pas non plus au voyage devenu produit de consommation. On s'y aménage des espaces-temps dans lesquels on s'accorde de l'exotisme climatisé en marge du monde. Non, le voyage est un chemin. Le voyage est une quête. Une source d'apprentissage sur la voie de la vérité.


Comment abordez-vous les destinations ?

"une lecture, une rencontre peuvent susciter l'attirance ou la fuite…"


Bien souvent, ce n'est pas moi qui les aborde mais elles qui m'abordent. Une lecture, une rencontre peuvent susciter l'attirance ou la fuite. Ensuite arrive les cartes et les atlas. Ce sont eux qui finissent de me décider à partir. Une courbe de niveau, une rivière, un désert, une communauté, une diaspora. Il existe des cartes de différentes natures ; et qui disent beaucoup, qui invitent à voir sans montrer.

POUR EN SAVOIR PLUS


Consulter le site web : www.christophe-cousin.com

(Photos extraites du site de C.Cousin).

À lire aussi