Suisse : les Pépites de Villars-sur-Ollon

le 31/01/2019

Des pistes à n’en plus finir filant sur les hauts sommets enneigés, des expériences uniques à 3000 m, des tables insolites ou gastronomiques, des bars, des lounges où se rencontrer autour d’un vin chaud. A ski ou pas, les secrets d’une station suisse au charme à tomber… mais pas dans la neige. Découverte…




Par Martine Delaloye

Villars-sur-Ollon, le charme à l’état pur d’une station-village…


Jamais le mot de cocooning n’aura trouvé plus de justesse que dans ce havre ouaté de neige immaculée où les vieux chalets de bois sculptés, noircis par le temps, semés à flanc de montagne évoquent la slow life. Même les constructions récentes en bois et en pierre s’intègrent intimement à la douceur du paysage où l’authentique n’est pas un vain mot.



En arrière-plan, les sommets alpins acérés de plus de 4000 m se découpent sur le ciel bleu acier. Au sommet, pas étonnant que l’on se prenne pour le maître du monde, ivre de liberté et d’air pur, prêt à dévaler les 125 km de pistes connectées des 4 domaines de Villars-Gryon-Ollon-Les Diablerets. De 1300 m à Villars jusqu’au Glacier 3000, skieurs, snowboarders, freeriders et autres spécialistes des sports de glisse sillonnent ce domaine paradisiaque telle une armée polychrome casquée.



Au Glacier 3000, la Suisse voit grand…


Entre speed et slow life, l’évasion atteint les sommets au Glacier 3000 et au Peak Walk, une passerelle de 107 m de long suspendue dans le vide où l’adrénaline se la joue avec le grandiose d’un panorama à 360° sur les 24 sommets de plus de 4000 m d’altitude.

On y accède en téléphérique en 15 mn seulement. Là-haut, la vue glisse sur un panorama féérique de poudreuse scintillante sous le soleil. Il faut bien se couvrir, le vent peut souffler fort. Les sensations sont exacerbées, enivrantes. L’appétit s’ouvre, autant de dévaler la montagne que de croquer aux spécialités vaudoises aussi diverses que riches. Le restaurant Botta conçu par le célèbre architecte éponyme offre un moment privilégié de dégustation avec vue.



C’est aussi le point de départ de l’Alpine Coaster - luges sur rails – des excursions en traîneau à chiens, des snowbus -sorte de grosse chenille – jusqu’à la quille du Diable, du fun park et de 28 km de pistes préparées, dont l’exigeante Combe d’Audon où les pros de la glisse s’éclatent avec bonheur.




Les plaisirs hors-pistes de Villars…


La station helvète a plus d’un tour dans son sac pour combler skieurs et non-skieurs.



Glisser sur la neige en traîneau à chiens dans la neige immaculée du plateau de Cergnement sur le domaine de Gryon. Un beau moment d’émotion lorsque les 12 chiens s’élancent avec fougue sur la piste, ivres de courir dans la neige, l’oreille toujours aux aguets des ordres du müsher, dans une parfaite entente et complicité. Les plus rapides et plus fins devant, les plus costauds, les hüskies derrière. Le traîneau file sur le plateau, entre les épicéas et sapins, penche dans les virages pour le fun, peine dans les montées. C’est magnifique et grisant.

A l’arrivée, les chiens attachés le long d’une ligne, ont un code à respecter. S’ils passent la ligne, vous pouvez les approcher, ils sont en demande de caresse. S’ils restent derrière, ils souhaitent être tranquilles. Leçon valable pour les humains : ne pénètre pas sur mon domaine si je ne le souhaite pas. Bertrand Pidoux, fier de son équipage, vous parlera de ses chiens qu’il ne dresse pas, mais qu’il éduque avec toute la passion et l’amour qu’il leurs porte.



Tout nouveau, les plaisirs de l’eau aux bains de Villars...


Un nouvel espace Welness complète la piscine où faire des longueurs réparatrices après les efforts des bonnes descentes à ski. Le lieu, de dimension intimiste est enchanteur. Entre le sauna bio panoramique où se relaxer en contemplant la magie de montagnes environnantes, le bassin extérieur à bulles équipé de banquettes massantes, le sauna de bois dans la pure tradition finlandaise, le bain à vapeur, le hammam oriental, l’esprit s’évade, les muscles se détendent. Un moment divin. Site web : www.bains-de-villars.ch



Se promener dans la station-village dans la rue principale bordée de boutiques typiques, la laiterie-fromagerie où trouver les spécialités locales – fondue moitié-moitié, raclette, appenzell, crème double, la tomme vaudoise - la pâtisserie Heiz et ses délicieux gâteaux « Vermicelle », montagne de purée de marron et de chantilly sur une meringue ultra légère, ou s’équiper très chic chez Ausoni, le Franck-et-Fils local, après un tour à la Coop ou à la Migros, les deux temples de l’alimentation, exclusivement suisses, où s’approvisionner en chocolats au lait de montagne, röstis sous vide, saucisses de veau à griller et petits souvenirs à la croix blanche, kitchs mais charmants.


Restos d’altitude atypiques ou grande table étoilée régalent le skieur…





L’Etable, le resto d’altitude incontournable

Sur le domaine de Villars-Gryon, à 1462 m d’altitude, elle ne désemplit pas cette ancienne ferme, tant son décor de bois clair réchauffé par un poêle rustique, son ambiance fairplay du sportif, sa cuisine du terroir revisitée ne peut qu’attirer le skieur affamé et gourmet. Les randonneurs ne désespèrent pas pour autant, car une petite heure en raquettes suffit pour y accéder, avec en plus la chance d’apercevoir quelques animaux sauvages. Et à l’arrivée, que des spécialités élaborées avec des produits frais locaux. Absolument sublime, la cassolette de champignons sur petit nid de rösti. Le jambonneau rôti au miel des Alpes ou les lasagnes d’écrevisses et d’asperges se laissent manger sans faim aussi. Sans oublier les incontournables fondues moitié-moitié - moitié gruyère, moitié vacherin – ou les croûtes au fromage. Et pour le bonheur de cohabiter avec la nature, les animaux de la ferme qui se donnent en spectacle derrière une grande baie vitrée. A moins, que ce soit le contraire ! Site web : www.etable-gryon.ch



Le Refuge de Solalex, la bonne adresse du soir

Seulement accessible en hiver à pieds - il vous faudra un peu plus d’une heure en montée depuis Villars- ou en skidoo, sorte de motoneige à plusieurs, c’est l’adresse secrète à ne pas confier à n’importe qui. Réservée bons vivants aimants la bonne chair. De grandes tablées dans un corps de ferme, au cœur de la forêt avec le ciel et ses étoiles pour témoins. Un peu loin de tout pour le frisson, mais tant que ça, pour la sécurité !



Le cadre est rustique, typiquement montagnard, l’ambiance bonne humeur -Martin et son équipe y veille – et la cuisine de terroir à la hauteur. Les spécialités, la raclette au feu de bois ou encore le vacherin Mont d’Or au four. Sur réservation seulement. Ouvert du 15 décembre à début avril en hiver et de début mai à mi-novembre pour la saison d’été. On peut aussi y dormir dans l’unique chambre ou dans le dortoir. Site web : www.refuge-solalex.ch

A L’Auberge du Col de Soud, les meilleurs röstis

Idéalement situé, au départ d’une piste de luge, et à l’arrêt d’un charmant petit train à crémaillère, déversant son lot de skieurs ou randonneurs grimpant de Villars en 7mn, c’est le rendez-vous incontournable à la pause déjeuner. Fidèles à leur passé d’agriculteurs, Karin et Christoph, les propriétaires, ne se fournissent qu’auprès de producteurs locaux. Le pain, les œufs, la viande, les courges et pommes de terre, les fromages, les vins, ont la saveur du terroir. Leur auberge bourrée de charme est aussi à leur image, simple et chaleureuse et la cuisine généreuse.



La spécialité de la maison, c’est le rösti. A déguster absolument Le rösti à la fourme rôtie et chiffonnade de lard, croustillant à point, entouré d’une salade croquante… Copieux et parfait. Une autre spécialité « la courge spaghetti royale à la petite sauce à la crème, lard, œuf au plat et salade verte » est non seulement originale mais crémeuse à souhait. Difficile ensuite de résister aux délicieux desserts à la meringue maison. Site web : www.restaurant-auberge-col-de-soud.com



Restaurant gastronomique, Le jardin des Alpes, une étoile au sommet

Dîner au jardin des Alpes, la table gastronomique de l’Hôtel Chalet Royalp 5* est une expérience gustative de haut vol. Le Chef Grégory Halgand, breton d’origine, a suivi la piste aux étoiles. Au Relais Bernard Loiseau 3* Michelin, chez Patrick Jeffroy, à Carentec 2* Michelin, sous-chef chez Jean-Luc Rabanel à Arles 2**, complété par un passage dans les palaces parisiens, le George V et la Tour d’Argent. Autant dire qu’il fut à bonne école. Aujourd’hui il réjouit les papilles au Jardin des Alpes, concoctant une cuisine savante, étonnante, sublimant les produits du terroir suisse qui prennent alors leurs lettres de noblesse.



Pour ne citer que le Cône autour de l’anguille fumée, pomme verte et caviar osciètre, la Transparence d’Appenzeller Alpin bitter, dont l’aspect de bulle d’eau à craquer sous la dent surprend avec délicatesse. Ou encore, l’escargot en persillade et le Vacherin, bœuf séché valaisan aux allures de bouchées à croquer. Le plus remarquable, le pigeon de la Maison Miéral divinement rosé, fondant dans la bouche. Le tout accompagné de vins régionaux tous plus enchanteurs les uns que les autres, dont l’Yvorne Grand Cru du Domaine de la Pierre Latine. Le repas se finit en apothéose avec les desserts exquis de la chef pâtissière, qui n’est autre que la femme de Grégory Halgand.

Loin d’être guindée, l’ambiance de l’élégante salle de restaurant laisse la place à la dégustation joyeuse. Il faut dire que le Chef Grégory Halgand est particulièrement sympathique. Une très bonne table, honorée d’une * au Michelin et 16 au Gault & Millau. Site web : www.RoyaAlp.ch

Notre carnet d’adresses :




Eurotel Victoria 4 *

Cet hôtel au charme traditionnel est situé en plein cœur de la station, à deux pas de la rue commerçante. Depuis une vingtaine d’années, la famille Dietrich gère l’établissement avec un sens de l’accueil suisse et le respect d’une clientèle qui a ses habitudes, qui aime être choyée avec bonne humeur et discrétion. Au total 165 chambres, à l’ameublement un peu désuet mais très confortable, avec une vue magnifique sur les montagnes. Dès l’entrée, le bar où se retrouvent visiteurs et locaux donne le ton d’une ambiance simple et chaleureuse. Les 2 restaurants font le plein autant pour la cuisine locale sans faille que pour la qualité du service. La piscine de belles dimensions permet de vraiment nager, le sauna de se détendre. Les salles de séminaire tiennent leurs promesses. Une bonne adresse où se sentir bien. Site web : www.eurotel-vitoria.ch



Restaurant Peppino

Le nom du restaurant a les accents des saveurs italiennes. Mais il ne faudrait pas s’y tromper. Si les savoureuses pizzas cuites au four traditionnel rassasient le skieur pressé, la cuisine du Chef Joël Quentin émoustille les fins palets. A la carte des plats à la réalisation parfaite avec un plus, les fleurs et les herbes de montagne qu’il cueille avec son équipe dans les alpages. Le foie gras au torchon parfumé au sureau et chutney aux pommes, la menthe qui vient corser le sorbet et le chocolat et à recommander, le carré de la Ferme de Chaunet, à l’alliaire des bois et compotée de panais. Rosé à point, un régal.

Situé au sein de l’hôtel Eurotel Victoria, dans un décor campagnard et ambiance très chaleureuse, c’est un must qui attire autant la clientèle de l’hôtel que les connaisseurs venus des alentours. Mieux vaut réserver. Site web : www.eurotel-victoria.ch

Pour en savoir plus :


Consulter les sites web : www.region-du-leman.ch et www.villars-diablerets.ch


Y aller : TGV Lyria de Paris Gare de Lyon via Lausanne jusqu’à Aigle, puis liaison jusqu’à Villars par Bus TPC. Sites web : www.tgv-lyria.com et www.ccf.ch

(Photos : Martine Delaloye).





À lire aussi