La Ferme du Vent, un havre de paix avec vue !

le 12/09/2019

Dans la baie de Cancale, Olivier Roellinger, sa femme Jane et leur fils Hugo proposent une retraite dédiée au bien-être. Une expérience pour se ressourcer et déconnecter. Découverte…



Olivier Roellinger, cuisinier de renom reconverti dans les épices, qui a fait de Cancale son bastion en y ouvrant plusieurs établissements sous le nom des Maisons de Bricourt à fait revivre des « kleds » à la Ferme du Vent.

Un spectacle naturel exceptionnel…



Les pieds dans l’estuaire face au Mont-Saint-Michel « La Ferme du Vent est un lieu qui a rendez-vous avec la Lune. "Vous pouvez sentir le battement du cosmos en regardant le jeu de la mer. Alors, goûtez le vent et redevenez un trait d’union entre la terre et la voûte céleste » voilà le message d’accueil, posé sur la table et signé « Famille Roellinger et son équipage ». Le ton est donné.



A l’origine sur le site, il y avait un champ flanqué de trois vieilles bâtisses agricoles. A force de ténacité, la famille parvient à acheter les parcelles de ce terrain qui descend en pente douce vers l’estran. Ici, on profite d’un spectacle naturel exceptionnel, celui du mouvement conduit par les marées les plus importantes d’Europe. À lui seul, le paysage mouvant est une invitation à la contemplation.

Un lieu pour se retrouver, se ressourcer…


Ce refuge imaginé par Jane, Olivier et Hugo Roellinger est le fruit d’une longue aventure familiale et une histoire d’amour avec la baie du Mont-Saint-Michel. Sept années seront nécessaires pour acheter la parcelle puis transformer les bâtisses agricoles et édifier quelques gîtes.



Avec leur fils Hugo qui a quitté la marine marchande pour rejoindre les activités familiales ils ont décidé d’en faire un lieu zen avec la complicité de l’architecte dinardais Christophe Bachmann, le décorateur Dominique Tosiani et de pas moins d' une soixantaine d’artisans. Les Roellinger ont donné naissance à cinq « kleds » « abrité du vent », en breton , répartis en deux bâtisses où chaque matin le lever de soleil vient réveiller les logis.

Cet endroit original est conçu pour se retrouver à deux, sans personne sur son dos ni le souci des repas. Lors d'un séjour, on profite des embruns et de belles balades sur l'estran le plus grand au monde. On oublie le côté lieu public que peut avoir un hôtel. A la Ferme du Vent, tout est différent, on vit une parenthèse dans un réel havre de paix.


Renouer avec l'authenticité…


Granit, chaux, planches de bois naturelles ou blanchies habillent les murs des « kleds » le tout avec beaucoup de celtitude. L'architecture et le décor sobres s'inspirent de l'habitat des pêcheurs du secteur. Sur décision des propriétaires, pas de Wifi, pas d'ordinateur portable pour éviter les mauvaises ondes. Des cuisines ont été prévues dans les « Kleds », pour réchauffer les plats choisis le matin même à la carte de Château Richeux, qu'un maître d'hôtel vient peaufiner à domicile.



Hugo Roellinger, en participant à l’aventure de la Ferme du Vent avec ses parents, s’est aussi lancé dans la cuisine après avoir fait ses classes chez Michel Bras, Michel Guérard, aux États-Unis et au Canada ; avant de rejoindre comme les cuisines de l'emblématique Château Richeux, le restaurant gastronomique des Roellinger.

A travers la Ferme du Vent, Hugo a souhaité renouer avec l'authenticité. Pendant qu'il dessine et fait fabriquer la vaisselle en grès, sa mère se charge de la décoration, bat la campagne et les brocanteurs en quête de meubles et objets paysans, de portes de lits clos bretons. Côté détente, on trouve un Spa ou plutôt une grange inondée. « On a pensé au chanvre et au lin que l'on frottait autrefois autour de grands bassins lavoirs », raconte Olivier Roellinger.



Le parcours aquatique de la grange inondée est taillé dans des blocs de granit, avec vue sur la mer pour vivre au rythme des marées. Olivier Roellinger s’est inspiré de ses voyages, et des bains publics sous influence arabe visités à Séville, dans les pays scandinaves et au Japon. Au terme de sauna, on a préféré celui d’abri à bois à chaleur sèche. Au hammam, celui de la grotte de Merlin. Pas de doute, on est immergé dans le pays de Brocéliande. Les blocs de granit qui composent le décor ont été dénichés en forêt et posés là tels quels.

La réussite est au rendez-vous et place au luxe discret et épuré !

Pour en savoir plus :


La Ferme du Vent, Langavant, 35350 Saint-Méloir-des-Ondes, tél. + 33 (0)2 99 89 64 76. Site web : www.maisons-de-bricourt.com

Reportage réalisé avec le concours du Comité Départemental de Tourisme de Haute Bretagnewww.bretagne35.com

À lire aussi