Accueil Hôtellerie Adresses de charme et d'exception Hôtel Belles Rives – Juan les Pins, palace Art déco sur la Riviera
Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

Hôtel Belles Rives – Juan les Pins, palace Art déco sur la Riviera

Ils sont de plus en plus rares, les petits palaces tenus par des familles et pourtant séjourner dans ce genre d’établissement est un vrai régal. L’Hôtel Belles Rives à Juan-les-Pins témoigne d’une belle histoire. Découverte…

Si vous cherchez un endroit les pieds dans l’eau et ayant une forte personnalité, le Belles-Rives répondra à vos attentes. Nombre de personnalités de la littérature, du cinéma, de la politique ont fréquenté et viennent toujours dans cet hôtel dirigé avec talent par Marianne Estène-Chauvin. La propriétaire n’hésitera pas à vous faire entrer avec passion dans la légende de l’établissement qui fut si cher à Francis Scott et Zelda Fitzgerald. Saviez-vous que c’est ici que l’on assista à la naissance du ski nautique ? alors au Belles Rives on perpétue la tradition.

Une belle histoire…

Tout débute en 1925 avec le mythique couple Fitzgerald. L’écrivain américain et son épouse séjournent chez des amis près d’Antibes. Séduits par la région, ils cherchent une maison à louer. Ils sont conquis par une belle demeure en bord de mer à Juan-les-pins baptisée Saint-Louis. Celle-ci reçoit des hôtes célèbres à l’abri des regards comme Rudolf Valentino et Ernest Hemingway mais l’endroit devient très vite “tendance”, toute la jet-set de l’époque s’y retrouve. Quelques années plus tard, la maison deviendra l’Hôtel Belles Rives. A mille lieues de la Côte d’Azur, Boma Estène rompt avec sa Russie natale et part à la découverte de la France. En 1929, elle acquiert la Villa Saint-Louis avec son épouse Simone issue d’une dynastie d’hôteliers, propriétaires de l’Hôtel Splendide à Antibes. En 1930-31, une aile et deux étages sont ajoutés à l’établissement qui compte alors une quarantaine de chambres. On assiste à la naissance d’une grande demeure en villégiature les pieds dans l’eau. Aujourd’hui, Marianne Estène-Chauvin appartient à la troisième génération de la famille et veille à préserver avec ferveur le patrimoine familial. Elle appartient au cercle très restreint des femmes propriétaire d’hôtels de prestige.

“Jadis ce fut une pension de premier ordre” déclare-t-elle. “…et Juan-les-Pins devient un endroit festif… historiquement notre établissement fut le premier les pieds dans l’eau de la Côte d’Azur”, Madame Estène-Chauvin ajoute “cet hôtel c’est un peu un voyage, c’est un paquebot ancré dans la baie”. Classé patrimoine du 20e siècle et inscrit à l’Inventaire des Monuments Historiques, l’établissement posé à l’entrée du Cap d’Antibes décline harmonieusement charme et élégance dans un décor années 30 authentique mais doté d’un grand confort. Sous l’impulsion de la propriétaire et du décorateur Olivier Antoine, le grand hall a été redécoré et a ainsi retrouvé ses couleurs d’origine, rehaussées de filets à la feuille d’or et d’argent. Eclairé de trois grands plafonniers en bronze et albâtre, le plafond met en valeur une corniche d’époque des sources lumineuses invisibles pour mettre en scène les nouvelles fresques murales. Le sol dévoile un procédé très ancien, le “Terrazzo à la vénitienne”, autour de la pièce court une frise en mosaïques inspirée des garde-corps de la façade au motif de vagues, ceinturée de larges plaques de marbre.


Des chambres grand style…

Les couloirs menant aux chambres ont des airs de bastingage. Lambris acajou et tapisseries reflètent le style “bateau” dans des tons de bleu et de blanc. La moquette bleue a été conçue en exclusivité pour le palace par la manufacture Jules Flippo. Elle est ornée de motifs marins inspirés du paquebot “Normandie” et d’une note de musique. Toutes différentes, les 42 chambres disposent pour certaines d’un balcon et ont été décorées dans le plus pur style art déco : lignes droites 1930, façon Ruhlmann et fantaisies des années 50 style Madeleine Castaing. Aménagées de fauteuils en bois de loupe et de “bridge”, ils sont mis en valeur par des velours façonnés de chintz et d’indiennes signés Pierre Frey. En toute harmonie avec les chambres, les salles de bains à l’atmosphère chaude et raffinée font la part belle au marbre. Marbre de Carrare “Cuisse de nymphe émue” ou marbre de couleur vert fougère, pourpre ou jaune d’or. Une belle prouesse.

Le Piano Bar Fitzgerald…

Bar mythique, le Fitzgerald fait partie du cercle fermé des “Cafés historiques et patrimoniaux d’Europe”. Convivial, chaleureux, raffiné, il est animé par un pianiste tous les soirs en saison et chaque samedi et dimanche pour des “tea-time” en musique. Des hôtes préfèrent déguster un cocktail dans les fauteuils Club originaux de ce bar très “cosy” ou sur sa terrasse romantique face aux îles de Lérins. On oubliera pas de s’arrêter par le salon signé pur 1930 et décoré de tableaux d’époque ou par le fumoir, un espace confidentiel réservé aux amateurs de bons cigares.

La plage, une légende…

La plage privée du Belles Rives est très prisée. Elle se veut un complexe balnéaire à part entière. Equipée d’un embarcadère aménagé pour les activités nautiques et l’accostage des bateaux. Les fans de la série télévisée “Amicalement Vôtre” reconnaîtront le ponton immortalisé dans le générique. Les restaurants “Plage Belles Rives” et “Les Cabines” offrent une restauration à la carte à la belle saison. Ne sommes-nous pas dans ce que l’on appelle aujourd’hui un “resort” inventé bien avant l’heure ? lance la maîtresse des lieux.

“La Passagère”, une escale gastronomique…

Le restaurant gastronomique La Passagère, placé sous la houlette du chef Pascal Bardet vous invite à déguster des mets savoureux et goûteux aux parfums méditerranéens. Déjeuner ou dîner dans la grande salle à manger de La Passagère reste un moment inoubliable. L’atmosphère de la salle invite réellement à la décontraction. D’une part, parce que le cadre raffiné et authentique au style art-déco est éclairé par de grande baies vitrées donnant sur la mer dans un décor 1930. Et aussi grâce aux fresques mêlés à une harmonie d’orangés et de gris mis en valeur par des motifs en arabesques et l’emploi de la feuille d’or. On prendra place sur de précieux fauteuils “cabriolets” peints à la main, sur la table la porcelaine Bernardaud reprend le symbole d’une goélette, emblème de l’établissement depuis 1929. Chaque assiette de présentation est une œuvre unique décoré par Emmanuel Bailet.

Coquillages et crustacés, poissons fraîchement pêchés donnent le ton de la cuisine, avec le respect sine qua non de leur saisonnalité. Travailler le bon produit au bon moment pour vous faire profiter de la richesse des marchés, des plus beaux fruits et légumes de Provence… en toute simplicité. Sur la carte : Ris de veau en sauté gourmand – pointes d’asperges et macaroni poudrés de parmesan, Filet mignon de cochon fermier clouté de truffes – tendres légumes au sautoir, jus goûteux, Agneau de lait des Pyrénées rôti – coeur de fenouil fondant, condiment “Alla Romana”, Saint Pierre en filet au naturel – garniture et fumet de poissons de roche safranné, Bar en pavé épais piqué de poivre noir – marinade croquante au thym citronné… Issu du jardin et la basse cour : Fines feuilles de pâtes – primeurs de Provence liées de basilic pilé au mortier , Délicat velouté de petits pois – oeufs de caille pochés, Foie gras de canard des Landes cuit longuement avec agrumes de pays confit dattes et figues séchées… Côté Menu dégustation : Délicat velouté de petits pois oeufs de caille pochés, Asperges vertes de la Durance et fins poireaux, Saint Pierre en filet au naturel garniture et fumet de poissons de roche safranés, Filet de boeuf à la plancha carottes et jeunes oignons en beaux quartiers – marmelade d’échalotes acidulées… En guise de dessert choix entre : Croustillant barre chocolat – sorbet poivre de Sichuan, Forêt noire revisitée, Pomme Granny dans tous ses états, réduction de pomme verte… D’autre part, l’inventivité est bien présente dans l’assiette. Les meilleurs produits de la région sont servis. Côté vins, le chef sommelier veille sur votre choix et propose notamment une sélection d’appellations régionales ou de grands crus de Bordeaux, Val de Loire ou Bourgogne.

En séjournant au Belles Rives, on retrouve l’intimité d’un vrai palace Belle Epoque. On dirait que tout est resté figé et pourtant rien n’est désuet bien au contraire. La maison est mythique et le temps n’a effacé aucun souvenir de cette “affaire” de famille où l’on se sent vraiment bien.

Pour en savoir plus : 

Hôtel Belles Rives, 33, bd Edouard Baudouin -06160 Juan-les-Pins, tél. 33 (0) 4 93 61 02 79. Site web : www.bellesrives.com

(Photos : Hôtel Belles Rives et N.Prévost).

 

À lire aussi

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

StoneHaven, la renaissance d’un manoir au coeur des Laurentides

A Sainte-Agathe-des-Monts, au coeur des Laurentides et surplombant le lac des Sables,...

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

St. Regis Hotel, moderne et élégant au coeur de Vancouver

Niché au coeur de Vancouver, juste à côté du célèbre restaurant Gotham,...

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

Lightwater Cove, une adresse presque secrète !

Sur l’île de Saltspring, près de Vancouver au Canada, ressourcez-vous à Lightwater...

Adresses de charme et d'exceptionHôtellerie

Wickaninnish Inn, au plus près de l’océan Pacifique !

En Colombie-Britannique à l’ouest de l’île de Vancouver,  près du village de...