Le Château de la Treyne, un balcon romantique sur la Dordogne

le 10/08/2016

Perché sur un rocher à fleur de Dordogne, le château de la Treyne, avec ses jardins à la française, est une sublime étape gastronomique et une invitation la quiétude. Découverte…



Depuis 1342, la blanche silhouette de la demeure de la Treyne, une exceptionnelle bâtisse des 15e et 17e siècles surplombe la Dordogne avec sa haute tour. Détruit dans un incendie au 16e siècle, le Château de la Treyne a été reconstruit au 17e siècle et racheté en 1910 par l'industriel Auguste-Gabriel Savard. Il a fait dessiner le parc et le jardin à la française par l'un des plus grands paysagistes de l'époque, Edouard André.


L’arrivée de la famille Gombert…


En 1982, Michèle Gombert, esthète et amoureuse des beaux lieux, acquiert la propriété. Son fils Philippe, devenu avocat parisien, reconvertit la demeure en un hôtel de luxe. L’établissement séduit d’emblée les voyageurs en quête de nature et d’authenticité.



En 1992, après dix ans de travaux considérables, la Treyne rejoint la prestigieuse association Relais & Châteaux, une collection exclusive des meilleurs hôtels de charme et restaurant gastronomiques présents dans plus de 56 pays.

Au fil de la Dordogne…



Le château bénéficiant d’une situation exceptionnelle sur la Dordogne, attire également les hôtes pour son délicieux parc, ponctué de vases Médicis, d’une belle roseraie sans oublier les arbres aux essences rares et les cèdres centenaires.  Et ce n’est pas tout, le Château de la Treyne est entouré d’une forêt de 120 hectares, aux essences de chênes pubescents -typiques des causses du Quercy- , de chênes truffiers, de charmes et de buis. La Treyne, c’est aujourd’hui 17 chambres... des nids douillets avec lits à baldaquin, répondant aux noms prestigieux : Henri IV, Soleil Levant, La Favorite…



Cet établissement au luxe discret et son restaurant étoilé font rêver une large clientèle française et étrangère en quête de romantisme (anglaise, suisse, belge, américaine, brésilienne et japonaise). Les hôtes sont choyés par dynamique Stéphanie Gombert, la maîtresse des lieux et épouse de Philippe.

Le matin, il est agréable de prendre un excellent petit-déjeuner à l'ombre de cèdres centenaires, avant de prendre la direction de la grande piscine chauffée à débordement, du court de tennis ou des merveilles du Lot. A deux pas, découvrez les grottes de Lacave, le gouffre de Padirac, le site de Rocamadour et les jolis villages d’Autoire et Carennac.

Place au bonheur…



On fait également étape au château de La Treyne pour sa gastronomie. Depuis près de 20 ans, le Chef Stéphane Andrieux met en valeur, avec talent, les richesses quercynoises dans une cuisine à base de produits nobles et du terroir. Ses mets raffinés intègrent les fondamentaux hérités du Périgord et du Quercy. Sa carte inventive est terriblement alléchante !

Le Chef, Stéphane Andrieux, une étoile au guide Michelin est un passionné de football. Il connaît bien la région… ses parents étaient boucher charcutier en Périgord. Son parcours professionnel débute par le Lycée hôtelier d’Angoulême, puis il part à Dinan, en Grande Bretagne, avant de revenir au pays pour faire une saison aux Eyzies. Ensuite, il cuisine pour les Jeux Olympiques d’Alberville avant de rejoindre le Grand Hôtel du Lion d’Or à Romorantin.



C’est là que Stéphane décide de se mettre au service des étoiles dans les Relais Châteaux. Ce sera d’abord, Le Moulin de la Gorce près de Limoges, puis aux côtés de Marc Meneau à l’Espérance à Saint-Père sous Vézelay.  A 27 ans, il entre chez Pic à Valence -véritable institution- en qualité de second. Il apprend que les propriétaires du Château de la Treyne cherchent un chef. Il arrive dans la maison en 1998 et en 2001 son travail est récompensé par une étoile au Michelin.

Entre tradition et modernité…



Stéphane Andrieux qui cuisine « entre tradition et modernité », selon ses propres termes, précise : « les clients me donnent souvent carte blanche… de mon côté, je suis attentif à mon équipe qui m’apporte des idées pour faire évoluer la carte…, j’aime le partage ».

De nombreux plats sont devenus des grands classiques… par exemple, les asperges vertes du pays de Mallemort crues et cuites, sur leur pulpe au jus de truffes ; le balluchon d’œuf poché légèrement truffé, tout comme sa déclinaison de foie gras ou son homard bleu rôti aux pommes de terre Grenaille de Noirmoutier à l’ail, jus de viande au beurre de corail ; les langoustines aux ravioles de champignons et crème de petits pois ou le turbot sous un damier de pistache et wasabi.

Côté viande, les côtelettes d’agneau sont le plus bel hommage aux brebis des causses du Quercy, au même titre que le bœuf fermier de l’Aubrac ou le veau de Corrèze. Stéphane Andrieux s’est entouré d’un excellent Chef-pâtissier, Marc Jean pour le plus grand plaisir des amateurs de douceurs.

Le restaurant est ouvert tous les soirs. A l’heure du déjeuner : samedi, dimanche, lundi et jours fériés.




Pas de doute, ici, tout est mis en œuvre pour bien recevoir. On y vit d’intenses émotions qui restent gravées à jamais dans la mémoire !


Pour en savoir plus :


Château de La Treyne****, 46200 Lacave, tél. + 33 (0)5 65 27 60 60. Site web : www.chateaudelatreyne.com

(Photos : Château de La Treyne et D.Krauskopf).

À lire aussi