Cracovie, la belle polonaise

le 01/06/2016

Elle a tout d’une grande, cette petite ville du sud de la Pologne qui rivalise avec les plus belles villes d’Europe centrale. D’une beauté romantique à faire pâlir Prague et Budapest, elle est l’âme de la Pologne On la parcourt à pieds le temps d’un week-end ou plus. Découverte…



Par Martine Delaloye


Ancienne ville royale et capitale de la Pologne jusqu’au XVIIe siècle, elle est rescapée de toutes les guerres et invasions. C’est peut-être sa beauté historique qui l’a préservée des  destructions barbares. Ville authentique donc, et ville mystique aux cent églises, ou les dômes baroques rivalisent avec les flèches dorées, elle est aussi la ville du Pape Jean-Paul II. Profondément catholique, elle accueille cette année les JMJ (les journées Mondiales de la Jeunesse) et se prépare activement à cet événement. On y va aussi pour son ambiance jeune -la ville compte 170 000 étudiants et sa population très attachante et accueillante qui malgré les déboires de son histoire a gardé toute sa fierté.

Une ville historique au cœur de la modernité…


Si la vieille ville tient une place primordiale au cœur des habitants très attachés à leur histoire, on est frappé par la vitalité qui émerge partout : centres commerciaux et leurs boutiques de chaîne, centre polyvalent contemporain Tauron, nouveau quartier en voie de construction du côté du musée d’art moderne, restauration des vieux immeubles des quais de la Vistule réinvestis par des hôtels, bars, boutiques qui affichent ouvertement leur modernité, parfois au détriment de l’harmonie et du charme des lieux.

La vieille ville, du romantisme à revendre…


C’est en sillonnant les rues encerclées dans les anciennes fortifications du XVe siècle dont il ne reste que peu de vestiges - la Barbacane, la Porte Saint-Florian, la statue équestre du roi Stanislas et qui constituent maintenant la ceinture verte, qu’il faut déambuler jusqu’à la Grand-Place.



Cette magnifique place médiévale aux proportions impressionnantes (200 m X 200 m) est le cœur de la ville et la plus grande place d’Europe. Un concentré d’édifices à l’harmonie très « grand siècle », particulièrement prisé des touristes, sous le charme des calèches aux allures monarchiques. L’ambiance est joyeuse sur cette place parcourue par une foule cosmopolite qui louvoie entre les différents monuments et les terrasses des cafés alentours. Toutes les heures, tout le monde se rassemble pour écouter la Fanfare de Sainte-Marie, jouée à la trompette par un héraut du haut de l’une des tours de la Basilique, depuis 600 ans.

Au centre, la Halle aux Draps, ce bâtiment renaissance revisité d’arcades du XIXe, a remplacé les baraques des marchands qui occupaient les lieux depuis le moyen-âge. Désormais dédiée aux marchants du temple, vendeurs de fleurs, d’ambre et de souvenirs en tous genres, elle est arpentée par les touristes en quête de babioles à rapporter dans leur pays.

La Basilique Sainte-Marie de Cracovie et ses deux tours de hauteur inégale, fondée au XIIIe siècle est l’une des plus belles églises gothiques du pays. On ne fait pas l’impasse car elle recèle un admirable retable en bois, un chef d’œuvre du moyen-âge, de 13 m sur 11 m.

C’est sous la statue d’Adam Mickiewicz, poète romantique et symbole de l’indépendance nationale qu’est organisé en décembre, un concours de crèches multicolores et fabuleuses. Un beau spectacle de Noël. Un petit détour rue Ste Anne, par l’Université Jagiellonski. Implantée en 1364 par Casimir le Grand sur le périmètre du quartier juif, elle regroupe les plus anciennes écoles de Pologne. Copernic y étudiât durant 3 ans et Jean-Paul II l’a fréquentée en 1938. C’est aujourd’hui une université très active où sont enseignées de nombreuses disciplines désormais disséminées dans différents lieux de la ville.

Le Wawel, le panthéon polonais…


On ne saurait négliger l’importance de Wawel dans le cœur des polonais. C’est sur cette colline du Wawel que se sont établis dès le Xe siècle la tribu des Piast et que le premier roi, Ladislas le Bref fut couronné en 1320. C’est ici que tous les rois de Pologne ont été sacrés et ont leurs sépultures royales. Même après le transfert de la Capitale en 1596 à Varsovie, les rois, les princes et les héros de la nation continuèrent à se faire enterrer dans la cathédrale du château, C’est le cœur historique de la Pologne. Le château, véritable joyau de l’art roman, gothique et renaissance, renferme de belles collections. La cathédrale gothique abrite les sépultures royales. Attention, entrée de la cathédrale jusqu’à 16 h seulement.



Le quartier Kazimierz…


Fondé en 1335 par le roi Kazimierz, c’était alors une ville indépendante jouissant de privilèges qui facilitèrent l’implantation d’une communauté juive importante. Vidé de la quasi-totalité de sa population juive par les nazis lors de la seconde guerre mondiale, soit 70 000 personnes, le quart de la population de Cracovie - dont faisait partie Roman Polanski et Helena Rubinstein - il resta à l’abandon jusqu’à la fin de l’ère communiste.

Aujourd’hui, il renaît, en partie grâce au film de Spielberg, La Liste de Schindler dont certaines scènes furent tournées sur des places et dans des cours de la rue Szeroka.  Lieu de mémoire, Il est sillonné par de nombreux pèlerins en quête de leur passé tragique qui visitent le cimetière juif du XVIe siècle et les 7 synagogues subsistant, dont une seule ouverte au culte (Remuh).

Longtemps lieu de vie pour les artistes et étudiants qui y trouvent un quartier bon marché, il y règne une ambiance jeune et festive Rendez vous le soir sur la place Nowy. La Okraglak Hala, le petit marché couvert en brique rouge du XIXe siècle où officiaient les bouchers casher, côtoie bars, restaurants pubs, boites de nuit qui ne désemplissent pas. C’est devenu le quartier à la mode.

Vous trouverez au café Les couleurs une ambiance très parisienne, qui invite à parler français avec le patron. On se croirait à St Germain, on y vient boire un café en lisant le journal !

Chaque année, le festival de la culture juive a lieu à Kazimierz, le plus grand événement de ce genre au monde, paradoxalement dans un lieu sans population juive locale. Actuellement, il reste moins de 200 juifs à Cracovie.



Le Ghetto de Podgorze…


En mars 1941, tous les juifs de Cracovie furent enfermés dans le ghetto de Podgorze. On leur fit passer le pont sur la Vistule sous bonne garde, depuis Kazimierz.  Délestés de leurs biens, ils furent envoyés dans des camps de travail ou d’exterminations.

Sur la place Bohaterow Getta, les chaises métalliques représentent le peu de mobilier que les juifs chassés de leur domicile emportaient. Vides, elles symbolisent leur absence et sont orientées dans le sens de leur départ.  A l’angle le commissariat de police daté « 1941-1943 » est en l’état. On le conserve pour ne pas oublier. De l’autre côté, se trouve la pharmacie de Tadeusza Pankiewicza, le pharmacien du Ghetto reconnu « juste parmi les nations » pour avoir apporté son aide aux juifs sous différentes formes, aide médicale, gardien des titres de propriété, des diplômes, des thoras…

La mine de sel de Wieliczka, une merveille…


Wieliczka, la petite ville à 12 km de Cracovie est surtout connue pour sa mine de sel, la plus ancienne mine d’Europe (XIIIe siècle) toujours en activité. Considérée comme une des merveilles du monde, elle est inscrite au Patrimoine Culturel de l’Unesco.

Le sel gemme qui améliorait le goût des mets et était l’unique moyen de conserver les aliments a fait la richesse des familles bourgeoises et des grandes familles de la noblesse. Cet or blanc a contribué à l’entretien des armées, le soutien des couvents et la construction des églises. Aujourd’hui, plus de 3 km de galeries et 20 chambres reliées par des couloirs sur 3 niveaux, à 135 m de profondeur sont ouverts au public. La mine compte au total 9 niveaux allant jusqu’à 327 m de profondeur.

Descendre dans une mine peut, ne pas paraître particulièrement séduisant, pour peu que l’on soit claustrophobe. Pas de problème, on parcourt de larges espaces bien aérés et il serait vraiment dommage de se priver du spectacle incroyable qui s’offre au visiteur. Des salles entièrement sculptées dans le sel, représentant pour l’une la légende de la découverte de la mine, pour d’autres des scènes de la vie du christ ou encore des personnages de Cracovie, comme Copernic.



A une centaine de mètres de profondeur, se trouve une immense salle de 36 m de haut, la chapelle de la bienheureuse Kinga de Pologne (Cunégonde). Tous les reliefs, statues, sculptures et même les lustres sont en sel. Une réalisation extraordinaire réalisée par les mineurs, représentant des scènes bibliques, la fuite en Egypte, les noces de Cana, la naissance du Christ, la Cène… une crèche de Noël avec tous ses personnages. On est au cœur d’un univers de grande croyance où chaque jour les mineurs assistaient à la messe au sein de la mine. Des mariages y sont célébrés et la salle peut accueillir jusqu’à 500 personnes.

Il y a même un sanatorium où sont soignés les affections respiratoires. Les patients y passent la nuit dans une ambiance saline et une température constante de 14° qui a des effets curatifs. www.kopalnia.pl


Autour de Cracovie…


Auschwitz-Birkenau

A seulement une cinquantaine de kilomètres de Cracovie, Le camp d’Auschwitz-Birkenau est à visiter pour mieux comprendre toute l’horreur du génocide et de la Shoah. Un pèlerinage des plus émouvants sur ce lieu de terreur établi par les Allemands sur un territoire occupé et vidé de ses villages et habitants, 1 100 000 personnes sont mortes, dont 90 % des victimes juives, mais aussi des polonais, des gypsies, des prisonniers de guerre russes… Beaucoup de jeunes étudiants, armés de leurs smartphones, visitent ces camps, pas toujours dans le respect qui convient.
www.auschwitz.org

La ville de Wadowice

Cette petite ville de la Petite-Pologne d’une vingtaine de milles habitants est le lieu de
Naissance de Karol Wojtyla, le 18 mai 1920, devenu le Pape Jean-Paul II, en 1978. On visite le petit appartement familial avant d’accéder à un musée contemporain interactif très bien conçu. La visite vaut vraiment la peine, pas seulement pour les croyants, aussi pour ses aspects historiques

Czestochowa, un lieu de pèlerinage très important

Chaque année près de 5 millions de pèlerins, venus de 80 pays du monde se rend dans la ville de Silésie sur la colline de Jasna Gora (la montagne de la lumière) au monastère de Saint-Paul, un monastère fortifié de la fin du XIVe siècle, où se trouve l’image miraculeuse de la Madone noire, une icône assombrit par le temps. Chaque matin et soir, a lieu un cérémonial de dévoilement de l’icône.

Notre carnet d’adresses :


Restaurant Pod Baranem

Au pied de la colline de Wawel, ce restaurant familial propose dans un cadre rustique de poutres, cheminées, tableaux de peintres locaux aux murs et photos de famille, une cuisine tpolonaise revisitée. Soupes de champignons, avec tranches de saucisse, blanc d’œuf, ou bortsch (soupe à la betterave rouge), ribs aux feuilles de choux, purée de pomme de terre et sauce morilles. A choisir aussi le bœuf parfait ou le gibier, une spécialité. Le propriétaire est charmant et l’ambiance sympathique. Site web : www.polbaranem.com

Restaurant Miodowa 8



Il est tout à fait étonnant de trouver dans la petite ville de Wadowice, juste sur la place en face à la maison de Jean-Paul II, un restaurant de cette ordre. Cadre contemporain, personnel jeune, très accueillant. Non seulement la présentation est soignée mais les plats sont excellents. Une très bonne adresse avec une belle carte. Site web : www.modiowa8.pl

Hotel Galaxy****

Cet hôtel contemporain à proximité du quartier Kazimierz et pas très loin de Podgorze présente tous les avantages d’un confort moderne, wifi, climatisation, piscine, spa, et centre de bien-être. Le petit déjeuner est un bon moment pour la variété et la fraîcheur des produits proposés. Site web : www.galaxyhotel.pl

A visiter également :

Le musée Schindler créé dans le bâtiment administratif de l’usine de céramique où Oskar Schindler a sauvé 1 100 juifs, un musée exceptionnel consacré à « Cracovie sous l’occupation nazie ». Reconstitution d’une grande puissance évocatrice avec abondance de documents, photos et témoignages.www.mhk.pl

Juste à côté, le musée d’art contemporain, le MOCAK. Il existe un billet jumelé pour la visite des 2 musées. www.mocak.com

Pratique :


Y aller : Lot Polish Airlines assure 3 vols quotidiens Paris CDG/Cracovie via Varsovie. 3 classes Affaires, Premium Economique et Economique. Site web : www.lot.com

Monnaie : Le Zloty : 1 euro = 4,4 Zloty à changer sur place.

Guide : le routard

Pour en savoir plus :


Consulter le site web : www.pologne.travel

(Photos : Martine Delaloye et Office du Tourisme).



À lire aussi