Sandrine Mercier et « Ils sont partis vivre ailleurs »

le 10/10/2014

Qui n’a jamais songé à s’installer dans un autre pays ? Pour six mois, un an, toute une vie peut-être ? Sandrine Mercier et Michel Fonovich, journalistes, ont suivi le parcours d’hommes et de femmes qui ont osé franchir le pas. Découverte…



Comment avez-vous eu l'idée d'écrire un livre sur ce thème ?


« le partage d'expériences… »


Après la réussite de "Ils sont partis faire le tour du monde", nous avons proposé un autre livre dans la même veine de partages d'expériences avec une séries de portraits qui évoquent aussi le voyage. L'expatriation est un sujet dans l'air du temps qui fait rêver, alors on a foncé !


Comment avez-vous sélectionné les portraits d'expatriés ?


« ils partent par amour d'une personne… »


Nous avons choisi de mettre en avant des expatriés indépendants et non des expats envoyés par leur entreprise. Ils partent par amour d'une personne, par amour du pays, par volonté de créer une activité ou de s'engager dans une ONG. Il fallait aussi de belles images à publier car les portraits sont illustrés par leurs photos pour les voir vivre dans leur pays d'adoption.


Comment analysez-vous chez ces personnes le besoin de partir vers d'autres horizons ?


« de se frotter à une autre culture pour grandir… »



Ils ont envie de vivre une aventure, de se frotter à une autre culture pour grandir. Pour certains, ils veulent tenter leur chance ailleurs car la morosité ambiante en France n'est pas propice à la création mais la motivation financière arrive loin derrière.

Pensez-vous que davantage de français seront candidats à faire leur vie ailleurs ?


Il a 2,5 millions de Français à l'étranger et ça a doublé sur les 13 derrières années. Ce mouvement s'accélère car les jeunes font de plus en plus des études à l'étranger et des stages. Le monde est donc un village pour eux et vivre ailleurs ne leur fait pas peur.



Est-ce facile de s'expatrier en famille ?


« en famille, ça se prépare davantage…"


Les jeunes sont les plus nombreux car ils n'ont rien à perdre. En famille, ça se prépare davantage pour l'école, la résidence mais en même temps c'est un atout pour l'avenir des enfants.

Suivez-vous l'évolution des parcours présentés dans l'ouvrage ?


Pour l'instant, ils ne comptent pas rentrer en France, leur vie est à l'étranger tant leurs projets sont prenant. Mais nous restons en contact, ils sont devenus des copains pour certains !


Quel portrait vous a le plus touché ?


" j'ai un faible pour François Driard…"



J'ai un faible pour François Driard, qui est parti à Katmandou faire du fromage et des saucissons. Il est parti de rien et avec les paysans népalais il a monté une fromagerie et vend ses produits auprès des restaurants et sur des marchés locaux qu'il a créés. C'est ma fibre savoyarde qui vibre. Il arrive à faire de la charcuterie et des tommes de Savoie sur les pentes de l'Himalaya.

Quels sont les pays les plus "prometteurs" pour les expatriés ?


Singapour est le pays qui rend les expats le plus heureux d'après une enquête ; Sécurité, vie agréable, dynamisme, possibilité de week-ends dans les environs...


Quels sont vos projets ?


On a bien envie de faire un autre livre avec des expériences partagées. A nous de trouver un thème porteur. Sinon on continue la route avec le magazine A/R que nous avons créé il y a plus de 4 ans.




Pour en savoir plus :


Consulter le site web : www.ar-mag.fr



Lire :
"Ils sont partis vivre ailleurs" de Sandrine Mercier et Michel Fonovich - Editions de la Martinière format 193x 260-240 pages 29.90 €

À lire aussi