Grâce de Capitani voyage avec poésie

le 31/08/2014

Révélée au cinéma dans le cèlèbre film "Les Ripoux", la comédienne Grâce de Capitani écrit également de la poésie et voyage. C'est pour elle une source d'inspiration. Découverte…


Quel est votre parcours ?


"j'ai retrouvé le réalisateur pour le film "Les Ripoux..."


Je suis née un 17 juin à Bruxelles de parents d'origine italienne. Dès l'adolescence, j'ai rêvé de devenir actrice, j'ai suivi des cours de comédie et décroché mon premier rôle au théâtre à l'âge de 17 ans. Au cinéma ce fut en 1982 dans la comédie de Claude Zidi, "Les sous-doués en vacances". J'ai retrouvé le réalisateur en 1984 pour le film "Les Ripoux" avec Thierry Lhermitte et le regretté Philippe Noiret. J'ai repris d'ailleurs mon rôle 6 ans plus tard dans la suite des aventures intitulée "Ripoux contre ripoux". J'ai fait de la télévision dont des épisodes de la série Nestor Burma et je me consacre maintenant de plus en plus à l'écriture.

Comment est née votre passion pour le voyage ?

"nous quittions Bruxelles pour rejoindre l'Italie…"


Mes parents étaient de grands voyageurs, et m'ont transmis cette passion. Nous quittions Bruxelles avec mes parents à Noël, à Pâques, en été pour rejoindre l'Italie et plus précisément la maison familiale située à Sordevono dans le Piémont. On adorait ça ! Mon père avait pour passion les voitures de prestige et la gastronomie, il a eu une Dino Ferrari, j'étais étonnée et fascinée par le tableau de bord…

Il faisait beaucoup de voiture et n'hésitait pas à faire quelques détours pour s'offrir de délicieux moments chez les chefs étoilés. Ma grand-mère m'a transmise son savoir faire en matière de cuisine, elle disait "l'important c'est de savoir ce qu'il y a dans un plat", on a donc ainsi appris à découvrir les fragrances d'un met. C'est de cette façon un peu innocente que je suis tombée dans les voyages… et j'ai eu le plaisir de participer il y a deux ans au Rallye des Gazelles et aborder un peu plus l'aventure.


Comment voyagez-vous ?

"j'ai un rêve…"


Par tous les moyens ? cela dit, l'avion est l'un de mon moyen de locomotion préféré.
Oui, j'apprécie l'avion parce que l'on se rend plus vite sur une destination et on peut y rester plus longtemps. Mais j'ai un rêve, je sais que la famille Zeppelin a le projet de concevoir un Zeppelin qui offrirait un certain luxe et notamment à travers une vaste salle à manger à bord d'un appareil. On pourrait rallier l'île Maurice en frôlant le Kilimandjaro, c'est une bonne idée n'est-ce pas ? Je donnerai beaucoup pour ce genre de voyage. J'aime aussi les paquebots pour leur luxe et confort. Récemment j'étais invitée en qualité de poétesse sur un navire, j'ai apprécié cette impression d'être bercée constamment. Mon bateau à moi, c'est le flamboyant et coïncidence à bord d'un paquebot j'ai trouvé une salle de restaurant portant ce nom qui est aussi celui de l'un de mes poèmes, étrange…

Est-ce qu'en voyageant on partage ses émotions ?

Les émotions ne sont heureuses que si on les partage...


Lorsque vous voyagez, accordez-vous une grande place aux rencontres ?

"les poèmes suscitent l'émotion..."


Elles sont essentielles ! J'ai fait des rencontres formidables notamment à Maurice, à bord de paquebots, au cours d'une escale dans un aéroport. Tous les gens qui sont passionnés de voyages sont très souvent ouverts aux autres, la rencontre s'en trouve facilitée. Récemment, j'ai rencontré à Maurice un chauffeur de taxi et quand je lui ai lu mon poème sur le Morne, il a fondu en larmes. Les poèmes suscitent l'émotion parfois. Les mauriciens sont des gens adorables, on m'a lancée une invitation à venir écrire sur l'île. J'y réfléchis…

Quels sont les endroits de la planète qui vous fascinent le plus et pourquoi ?

"le Maroc pour son désert qui n'est pas un désert…"

Je peux citer à titre d'exemples : l'Islande là où l'eau et le feu ensemble conspirent, la France parce qu'elle est belle tout simplement, l'Italie, parce qu'elle est magique, on la sent de partout, de tous les sens, elle nous parle de vin et la table est magnifique puis la gentillesse des gens est exceptionnelle. La Corse, pour sa poésie, les calanches de Piana, ceux sont des choses qui font écrire des auteurs. Les Seychelles pour l'envie de se jeter à l'eau, le Maroc pour son désert qui n'est pas un désert. Et Bali, c'est là que j'ai eu la révélation de l'écriture.

Quel regard portez-vous sur les différentes façons de voyager actuellement ?

"le train de nuit"

J'attends avec impatience le retour des zeppelins … comme vous le savez déjà… J'ai aussi un vieux fantasme "Le train de nuit", l'Orient-Express Paris-Istanbul, ville magique où les continents se rejoignent. J'ai écrit un poème intitulé "Train de nuit" dont voici un large extrait : Dans ce train de nuit,
Allongée sur la couchette alanguie,
Avec pour destination Stockholm,
Apparût dans ma cabine cet homme,
Demandant pardon s'il dérangeait...,
Il m'avait aidée sur le quai,
Nos regards s'étaient croisés,
Je l'avais remercié,
D'avoir bien voulu porter mes bagages,
Il tenait à savoir si tout irait bien pour le voyage,
Me disant que nous étions voisins,
je fus charmée par son parfum,
C'était celui que mon père portait,
Mais autre chose de plus me plaisait,
En dehors de ce corps parfaitement élancé,
C'était sa voix aux surprenantes tonalités,
Et lorsqu'il m'invita au restaurant,
C'est avec joie que j'acceptais naturellement,
Le dîner était délicieux,
Mon décolleté généreux attirait constamment son regard,
Qu'il en laissa la moitié du caviar,
Nous savions que la nuit était notre horizon…

Etes-vous plutôt mer ou montagne ?


J'aime les deux. J'adore le ski en tant que piémontaise car j'ai appris à marcher en même temps que skier. La montagne m'attire l'hiver et la mer plutôt en été pour le ski mais … nautique cette fois. Je me rends en Italie, à Bali ou même ailleurs.

Concevez-vous le fait de voyager comme un art de vivre et quelle est votre approche du voyage ?

"en arrivant dans un pays, on se met à table…"


Bien sûr, c'est la passion de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux goûts, d'autres horizons, d'autres tables, d'autres cultures... Mon approche se fait par la cuisine d'un pays, (je suis gourmande !!). Elle exprime et vous révèle les saveurs. Ma mère m'a transmise cette passion et moi à mon tour à mon fils qui fait l'école hôtelière de Lausanne. En arrivant dans un pays, on se met à table, si j'ose dire, on ressent les épices, les herbes. A ce propos, je considère que mon ami Marc Veyrat est l'un des plus grands chefs que l'on connaisse.

Quels sont vos projets ?


"j'ai très envie de repartir en croisière…"


J'ai sorti un nouveau recueil de poésie "Etats de Grâce" (Ed. AutresTemps), j'ai très envie de repartir en croisière parce que j'aime et ça me pousse à écrire. Achever mon premier roman qui aura pour titre "La Garce", la mise en musique d'une comédie musicale que j'ai écrite "Les sulfureuses". Elle révèle les rapports difficiles entre Mme de Montespan et La Voisin. Ca fait pas mal de choses !

POUR EN SAVOIR PLUS


Lire : "Etats de Grâce" Ed. AutresTemps, 72 pages, 18 euros.

(Photos : Collection Grâce de Capitani).

À lire aussi