Anvers, inspirante, cosmopolite et dynamique

le 09/10/2023

La ville flamande établie sur l’Escaut, centre mondial du diamant, épicentre de la mode et la ville où Rubens règne encore en maître n’est qu’à deux heures quinze de Paris. Elle se laisse découvrir facilement au gré de ses quartiers historiques, branchés ou plus secrets, à vélo, à pied, en tram ou en bus. Découverte…



Par Martine Delaloye


Un concentré de beauté et une ambiance irrésistible...


Elle est étonnante cette ville ni trop grande ni trop petite, juste idéale pour une visite sans stress. On ne résiste pas au charme époustouflant de ses quartiers tous différents, au foisonnement de ses monuments historiques et de ses musées, au dynamisme ambiant. Ville cosmopolite où se croisent 170 nationalités, c’est l’un des plus grands ports d’Europe, maritime et fluvial, assurant depuis des siècles la richesse économique de la cité.



Het Steen, une visite historique


Commencer la visite d’Anvers dans ce quartier, c’est remonté aux sources de son histoire. Le « Steen », c’est la porte d’entrée de la ville, le dernier témoin des fortifications de la ville. De bourg fortifié, Anvers est devenue une métropole internationale grâce à son port maritime et fluvial.



Aujourd’hui après restauration, il accueille l’office de tourisme et The Antwerp Story, un parcours didactique de onze salles où comprendre l’identité de la ville. Le tout nouveau Cruise Terminal avec son ponton flottant, lieu d’amarrage des bateaux de croisière maritime et fluviale a été aménagé ainsi qu’une terrasse panoramique d’où la vue sur la ville et l’Escaut est magnifique. A ne pas manquer.



A proximité, l’ancienne maison de guilde des bouchers, un bel édifice gothique, tout de briques datant des années 1500, après avoir servi d’entrepôt, de théâtre, d’atelier de peinture, de musée des antiquités est aujourd’hui le siège du Musée de la musique et des instruments.



La Gare Centrale, l’une des plus belles gares du monde


L'Eurostar qui propose de nombreux départs depuis Paris, reste la meilleure manière de rejoindre Anvers. Coup de cœur assuré dès l’arrivée en Gare Centrale, un magnifique monument historique Art Nouveau. Aussi appelée Middenstatie ou cathédrale ferroviaire par les habitants de la ville, elle en impose par son incroyable marquise de verre et de métal et l’architecture éclectique de son bâtiment historique. Dès la sortie de la gare, on comprend vite qu’il règne à Antwerpen - puisque c’est son nom flamand - une belle animation. Le ton est donné, ça circule en tous sens sur ce large boulevard où ne manquent ni terrasses ni boutiques. A proximité le quartier des diamantaires d’un côté et de l’autre le Chinatown local.

Antwerpen, un nom flamand né d’une légende


Celle d’un géant Druon Antigonus qui aurait coupé et jeté les mains des marins n’acquittant pas le péage de l’Escaut. Plus vraisemblablement, le nom d’Antwerpen viendrait de l’expression « Aen de Wepen », un tertre adapté à l’accostage des barques.



La Grand Place, cœur palpitant et centre historique de la ville


Toujours est-il que sur la Grand Place trône la Fontaine Brabo, monumentale sculpture de ce géant et l’un des lieux les plus photographiés de la ville. Les belles maisons cossues des guildes, construites au Moyen Âge et regroupant les marchands d’une même profession, reconstruites à la renaissance et remaniées au XIXe siècle, offrent avec la mairie du XVIe siècle un décor magnifique. De là, sillonne tout un lacis de petites rues pittoresques bordées de façades anciennes. Un quartier vivant, jalonné de terrasses accueillantes, de vieux bistrots où s’attabler devant une bière ou se régaler d’une gaufre, animé en journée comme en soirée.



La Grand Place est aussi le point de départ idéal pour visiter Diva, le musée du diamant, la cathédrale Notre-Dame dont la tour de 123 m qui surplombe le quartier historique, est un véritable point de repère, l’église Saint-Charles-Borromée, la Maison Snijders&Rockox, un temple de l’art, ou encore les nombreux musées d’Anvers, facilement accessibles par le tram ou le bus.



Le Diamand Square Mile, le quartier des diamantaires


Pénétrer dans ce quartier donne l’impression de rentrer dans un coffre-fort. On est au cœur de Fort Knox. Depuis le « casse du siècle » et 100 millions d’euros de diamants dérobés, de nombreux agents de sécurité et caméras veillent aux quatre coins de ce fabuleux « kilomètre carré » ou plus exactement 2,5 km2. Il n’est pas rare de croiser quelques juifs hassidiques aux chapeaux de feutre noir mais aussi des juifs orthodoxes modernes ainsi que des Indiens qui se partagent l’industrie diamantaire d’Anvers. Le quartier est en ébullition, les transactions commerciales se font en coulisse, mais à grande vitesse.



L’histoire du diamant à Anvers débute au XVe siècle, lorsque la ville est devenue un axe de transit commercial majeur reliant l’Europe à l’Inde, première source d’importations de diamants bruts. Depuis 1476, la réputation de la taille anversoise, du diamant à facette, n’est plus à faire. Quatre places boursières parmi les plus importantes du monde se situent dans ce quartier : la Bourse du commerce du diamant, la Beurs voor Diamanthandel, le Diamond Club van Antwerpen, le VrijeDiamanthandel et le Antwerpse Diamantkring. Des établissements sous haute surveillance. A Anvers s’échangent 84 % de diamants bruts et 50% de tous les diamants taillés du monde, rapportant 50 milliards de dollars par an. Ce petit district rutilant ne compte pas moins de 380 ateliers, et 1700 sociétés de coupe et de polissage et 1800 personnes y travaillent.

Ici se côtoient des centaines de boutiques où resplendissent mille feux de diamants. On en prend plein les yeux, on est totalement ébloui par tant de profusion. A se demander comment pouvoir faire un choix… La règle, ne se fier qu’aux bijoutiers affichant le label « Antwerp’s Most Brilliant » renouvelé tous les deux ans et respectant une charte très stricte.



Diva, le musée du diamant, à deux pas de la Grand Place


Une autre approche de l’univers du diamant, de son histoire, de son extraction, de son travail en ateliers aux outils séculaires témoignant du savoir-faire anversois, avant l’usage des ordinateurs, du laser et des imprimantes 3D permettant un travail de plus grande précision. On peut y voir aussi de belles pièces d’orfèvrerie, d’argenterie dans une ambiance élégante et cosy. Site web : www.divaantwerp.be



ModeNatie, le quartier de la mode et le MoMu


Sur la Nationalestraat, et alentour, sur Lombardenvest et Steenhouwersvest, s’étend le quartier de la mode, en bordure de L’Escaut. La réputation des créateurs anversois a conquis le monde de la mode depuis les années 1980, grâce au succès d’un groupe de créateurs avant-gardistes baptisé les Six d’Anvers. Les fashionitas connaissent les célèbres Walter Van Beirendonck, Dries Van Noten, Ann Demeulemeester , Martin Margiel, entre autres…



Aujourd’hui, grâce au département de mode de l’Académie royale des beaux-arts, la tradition ultra-créative se perpétue. Outre le MoMu qu’il faut visiter, on peut dénicher dans ce quartier quelques trouvailles exclusives de créateur, ou s’aventurer dans les très chics boutiques des grands noms de la mode.



Le MoMu, le temple de la mode, un lieu dynamique et fascinant


A cœur d’un édifice contemporain récemment rénové, le musée de la mode a trouvé sa juste place. Un univers passionnant pour tous les amoureux de la créativité, des belles matières, du savoir-faire des stylistes belges mais aussi internationaux, et des artisans de grand talent qui perpétuent leur art. Le musée, riche de 38 000 pièces renouvèle chaque année les modèles en exposition. 

La mode appartient à un mouvement perpétuel de la société et de jeunes stylistes apportent en permanence leurs dernières créations, leurs nouveaux regards sur un monde qui évolue sans cesse, utilisant de nouvelles matières, de nouvelles techniques, une nouvelle approche du vêtement… On peut ainsi voir de jeunes gens, armés de carnets et de stylos, déambuler dans les salles, peut-être en quête d’inspiration ou d’histoire. Entre collection permanente, expositions temporaires et animation vidéo, le musée est un lieu dynamique, à l’image de la mode, en perpétuelle évolution. Site web : www.Momu.be/fr

Les musées à Anvers, l’embarras du choix...


On n’oublie pas qu’Anvers est la ville de Pieter Paul Rubens, de Van Dyck et de Jacques Jordaens, plus méconnu, les maîtres de la peinture baroque. La maison Rubens est à visiter. Pour autant, il faudra attendre la fin des travaux de rénovation en 2027.



Le Musée Royal des Beaux-Arts, le KMSKA


Au cœur d’un beau quartier aux larges avenues aux allures parisiennes, bordées de bars et restaurants branchés et de maisons de maîtres imposantes, se trouvent de somptueux musées comme le KMSKA, le FOMU, le musée de la photographie ou encore M HKA, le musée d’art contemporain aménagé dans un ancien silo à grains.

Le KMSKA, totalement repensé et rénové après 10 ans de travaux est un lieu incontournable. Des primitifs flamands aux expressionnistes, 7 siècles d’art y ont trouvé leur marque dans une toute nouvelle scénographie. L’accrochage peut surprendre, et c’est sans doute le but. Le déroulé est thématique, non chronologique. Des œuvres plus récentes jouxtent des tableaux très anciens. Des sculptures rentrent dans le décor des salles. Bien sûr les œuvres de Rubens, Van Dyck et Van Eyck figurent en bonne place. On peut y admirer par exemple, la célèbre Madone de Fouquet mais aussi les œuvres de Rembrandt, Le Titien, Magritte, Modigliani, Kokoschka…



Le musée possède les plus grandes collections de James Ensor et Rik Wouters. Devant certaines œuvres sont installées des bornes interactives. Le dernier étage, très lumineux et minimaliste est consacré aux expositions plus contemporaines. Le Madonna Grand Café, restaurant-bar élégant, termine la visite. Site web : www.kmska.be/fr



Anvers, animée et gourmande...


Les amateurs de shopping pourront délier les cordons de leur bourse rue Meir dans les boutiques de grande marque ou chez des créateurs plus intimistes. Les gourmets se laisseront tenter par les spécialités anversoises : les Antwerpse Handjes, les petites mains, en référence aux mains jetées par le géant, à base de biscuit ou chocolat, parfois fourré au passepain. Le Mokatine, un bonbon dur au café. Le chocolat belge, bien sûr, dont on peut visiter le musée, Chocolate Nation, L’Elixir d’Anvers, une liqueur dorée initialement destinée à soigner les maux d’estomac, qui se boit pur ou dans des cocktails en apéritif. La bière « Bolleke », le café anversois Amberes bénéficiant d’une torréfaction typique. Et san oublier les célèbres frites faisant partie du patrimoine gastronomique belge.

D’autres quartiers méritent une visite : l’Eilandje et le quartier des marins. Les entrepôts de la partie la plus ancienne du Port d’Anvers, entièrement rénovés, accueillent lofts industriels, bars, restaurants et dance floors. C’est le quartier où sortir. Zurenborg, le quartier des hispsters et des jeunes familles.

Notre carnet d’adresses :


Hôtel Rubens-Grote Markt Anvers****



Au cœur du quartier historique, à deux pas de La Grand Place, ce 4 étoiles s’est installé dans une maison ancienne typique du quartier. Le décor est résolument contemporain, élégant. L’ambiance est calme et conviviale. Les chambres de belles dimensions sont très confortables, dotées de tout le confort actuel. De beaux matériaux aux couleurs harmonieuses offre le cadre idéal au repos. Un joli patio permet de s’attabler au calme. Actuellement l’hôtel s’agrandit au sein d’un bel espace arboré mais reste ouvert. Une belle adresse très bien située. Site web : www.hotelrubensantwerp.be/ en/


Restaurant Fiera, un lieu d’exception



Le décor est époustouflant. Cet univers anversois dû à la créatrice Ann Demeulemeester, pensé dans les moindres détails vaisselle, verrerie, couverts, velours vert des sièges - jusqu’aux uniformes des serveuses ne pouvait qu’être imposant sous la phénoménale voûte de cette ancienne bourse du commerce, Handelsbeurs, construite en 1531 et fermée en 1997. La première bourse aux marchandises au monde.



Le lieu vaut le déplacement. Ici, résonnaient les échanges des commerçants, aujourd’hui la cacophonie des clients. On peut cependant regretter un service peu attentif et le manque de raffinement des plats aux accents internationaux. On peut toujours s’attabler au bar, pour une collation sur le pousse ou boire un verre, un lieu contemporain, très convivial. Site web : www.fiera.be

Y aller :


L'Eurostar propose de nombreux départ depuis Paris Gare du Nord, reste la meilleure façon de rejoindre Anvers en 2h15. Site web : www.eurostar.com/fr

Pour se déplacer dans la ville :


L’Antwerp City Pass donne l’entrée gratuite dans 16 musées, 3 églises historiques et 3 attractions et permet de se déplacer gratuitement dans toute la ville en bus, tram et métro. Des réductions importantes sont également accordées sur certaines attractions, sites touristiques et location de vélos. Sites web : www.visitantwerpen.be/fr et visit.antwerpen.be/ fr/antwerpcitypass-fr

Une recommandation : Vérifier les jours et les heures d’ouverture des musées. Certains sont fermés le lundi, d’autres non.

Pour en savoir plus :


Consulter le site web : www.visitantwerpen.be/fr

(Photos : Martine Delaloye)


À lire aussi