La trajectoire culturelle de Lausanne

le 06/02/2023

Au bord du lac Léman, la cité vaudoise se réinvente au gré d’innovations culturelles de belle envergure. Dernier ouvrage architectural et culturel, Plateforme 10, complexe contemporain réunissant trois musées redynamise le quartier de la gare. Découverte…



Par Martine Delaloye

Pas si tranquille que ça la capitale du canton de Vaud. Ville universitaire, capitale olympique, cité d’affaires, entre lac et vignobles, entre vieille ville pittoresque et palaces, Lausanne fait preuve d’une belle énergie. D’autres musées, le Musée Olympique, le Musée d’Art Brut, Aquatis complètent l’élan culturel de la ville.


Plateforme 10 dans le quartier de la gare, le nouveau quartier des arts...


Le dernier défit culturel de Lausanne, Plateforme 10, qui instaure le dialogue entre 3 musées auparavant éparpillés dans la ville Beaux-Arts (MCBA), Arts Contemporains (MUDAC) et Photographie (Photo Elysee) - a investi le quartier jouxtant la gare, en bordure de la voie 10 qui lui donne son nom. Un nouveau quartier des arts mais aussi un nouveau quartier de vie dédié au public. Un espace qui va s’enrichir de lieux de convivialité, espaces verts, boutiques, galeries d’art tout autour d’une esplanade ouverte aux skates, vélos, trottinettes ou à pied, un lieu de partage et de loisirs.



Désormais ce sont deux superbes édifices aux lignes épurées dus aux architectes Barozzi Veiga pour le MCBA et Aires Mateus pour le Mudac et Photo Elysée qui ont pris possession de ce lieu atypique. Site web : www.plateforme10.ch


Photo Elysée, le dernier musée à rejoindre Plateforme 10...


Transféré depuis la villa du XVIIIe siècle, baptisée Maison de l’Elysées, qu’il occupait à Ouchy depuis 1985 et inauguré en juin 2022, Photo Elysée occupe désormais un espace immense jouissant d’une belle hauteur sous plafond où la lumière transcende l’image. Il propose une collection fabuleuse. Plus d’un million de tirages, négatifs, planches de contacts, livres, magazines et documents, relatant au plus près le domaine photographique depuis les années 1840, et les premiers procédés, jusqu’au numérique actuel.



Des fonds et archives enrichissent une surface modulable dédiée aux collections du musée où sont représentés les grands noms de la photographie, Sabine Weiss, Jan Groover, René Burri, Ella Maillart, Nicolas Bouvier, Charlie Chaplin, Gertrude Ferhr, Hans Steiner et oliviers Föllmi… Une belle surface de 850 m2 est consacrée aux expositions temporaires et LabElysée, occupe un espace de 110 m2 dédié à la création numérique. Deux espaces éducatifs, Le Studio, où se prendre en photo, la numériser et l’obtenir immédiatement et l’Atelier complètent le site. « L’appareil photo est un outil qui enseigne aux gens à voir sans appareil photo » disait Dorothea Lange, photographe américaine. Actuellement photo Elysée est fermé pendant le montage de prochaines collections et rouvrira le 3 mars 2022. Site web : www.elysee.ch



Le Musée Olympique, le TOM, The Olympic Museum...


Ne pas s’y tromper, ce n’est pas parce qu’il borde tranquillement la rive du lac Léman, face au fantastique panorama des Alpes, à Ouchy, que le Musée Olympique s’assoupit dans son architecture moderne.  Bien au contraire, ce musée dédié à l’olympisme est un lieu vivant, interactif, vibrant, un centre d’information captivant du monde des jeux sportifs. Ouvert en 1993 à l’initiative de Juan Antonio Samaranch, alors à la tête du Comité International Olympique (CIO), reprenant l’idée de Pierre de Coubertin, père des Jeux Olympiques modernes, il est en constante évolution. Rénové en 2013, il fait revivre l’esprit de l’athlétisme sur trois niveaux.
 


Il regorge d’écrans, de vidéos, d’installations, de collections uniques - les premiers drapeaux olympiques, les coupes et trophées, les torches, les médailles, les costumes et autres affiches et mascottes, qui traduisent tant l’évolution du design que celle des matériaux. Un lieu coloré, joyeux pour les petits et les grands. Et pourquoi pas se confronter au record d’Usain Bolt sur la piste aménagée dans le parc ? Là aussi, dans ce bel espace de verdure, l’esprit muséal s’exprime à travers 43 œuvres d’art contemporain de Niki de Saint-Phalle, Botero, Tapies, Calder… Le TOM Café, offre dans un cadre coloré et lumineux, une pause gustative où profiter le week-end d’un brunch en famille ou entre amis, où les produits frais de saison sont à l’honneur. Site web : www.olympics.com



Aquatis, le plus grand aquarium d’eau douce d’Europe...


Aquatis a pris ses marques dans un superbe édifice contemporain de forme circulaire, rutilant des 100 000 disques d’aluminium évoquant les reflets de l’eau ou les écailles de poisson, particulièrement remarquable au coucher du soleil, auquel s’adjoint un hôtel de 143 chambres. Habitués que nous sommes aux nuances des bleus et des verts les plus intenses, ceux des mers et océans, il ne faudrait pas croire qu’un aquarium d’eau douce est dépourvu de couleurs. Au cœur de cet aquarium-vivarium, à la scénographie très réussie, le visiteur évolue au cœur des écosystèmes des cinq continents.



Une rencontre avec 10 000 poissons, une centaine de reptiles et amphibiens dans une bulle de 3500 m2. Pas de requins, pas de baleines non plus, mais un labyrinthe qui nous conduit dans les eaux du Rhône, des Alpes à la Camargue, en Afrique dans les eaux du Congo et du Niger, au cœur du Mékong, de la grande barrière de corail, de l’Amazonie et de l’Océanie. Quelques espèces font froid dans le dos. Le Taïpan du désert, le serpent le plus venimeux du monde. Une seule dose de son venin peut tuer jusqu’à 125 hommes adultes. On espère qu’il ne s’évadera pas de son espace bien protégé. Autre curiosité à ne pas manquer, le Varan de Komodo, espèce endémique des îles indonésiennes. Ici, il est de taille modeste mais son allure de reptile de la préhistoire n’encourage pas à faire ami-ami avec ce carnivore qui se nourrit de charognes. Par ailleurs Aquatis s’engage activement dans un programme de conservation des espèces. Site web : www.aquatis.ch



L’Art Brut au château Beaulieu, la plus belle collection d’Art Brut au monde...


Dans cette belle demeure du XVIIIe siècle, est présentée une collection hors norme, ne répondant à aucun critère classique. Une collection unique qui ne laisse pas indifférent. Des œuvres d’une grande richesse et d’une grande diversité de forme d’expression - peintures, dessins, collages, objets - des œuvres étranges, surprenantes, colorées et souvent émouvantes à découvrir avec l’humilité d’une âme d’enfant. C’est au peintre français Jean Dubuffet, que l’on doit le concept d’Art Brut qu’il définit ainsi : « L’art ne vient pas coucher dans les lits qu’on a fait pour lui, il se sauve aussitôt qu’on prononce son nom : ce qu’il aime c’est l’incognito ». Dubuffet, à la recherche d’un art affranchi du conditionnement culturel et social, est convaincu de la fertilité créatrice de la folie. Dès 1945, il constitue une collection d’objets créés par des pensionnaires d’hôpitaux psychiatriques, de détenus, d’originaux, de marginaux, dont il fait don à la ville en 1971. Aujourd’hui, le musée compte 70 000 œuvres de 1 000 auteurs, dont 700 sont présentées sur 4 étages dans les salles du château de Beaulieu. Autant que les œuvres, les vies souvent cahotiques des auteurs interpellent et émeuvent.



A découvrir les œuvres grand formats, de Darger Henry, orphelin de mère, placé dans une institution pour handicapés mentaux. Des compositions mettant en scènes les « Vivian Girls, aux dessins empruntés à la littérature enfantine. Il laisse un ouvrage colossal, dont de quinze mille pages dactylographiées « dans les royaumes de l’irréel » découvert après sa mort. Les étranges poupées modelées de Morton Bartlett, orphelin à l’âge de 8 ans et adopté par un couple aisé, ce qui lui permettra d’obtenir une formation et de s’intégrer plus ou moins dans la société. ARL Antonio Roseno de Lima, est né au Brésil. Diagnostiqué schizophrène, il s’aménage une cabane dans une favela où il produit une œuvre consacrée aux animaux, aux portraits d’anonymes ou de personnalités, pour laquelle il utilise toutes sortes de techniques.



Les gratte-ciels de Chicago de Wesley Willis, aussi schizophrène, réalisés au feutre et stylo-bille sont dénués de personnages. Actuellement, les œuvres photographiques d’Aloïse Corbaz valent très cher.



Croisière sur le lac Léman au départ du port à Ouchy...


Mais s’il est un plaisir dont il ne faudrait pas se priver, c’est bien d’embarquer à bord d’un bateau à aube pour une balade sur le lac Léman. Un moment de total romantisme au cœur de la Belle Epoque. D’un côté les quais fleuris bordés de belles maisons cossues, qui peu à peu cèdent la place aux côteaux du Lavaux, ce magnifique vignoble en terrasse classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO piqué de jolis villages. En face, sur le rivage côté français, se dressent les sommets des Alpes enneigés. Un spectacle en soi, porteur de beauté et de sérénité.



Lausanne, de la vieille ville au quartier du Flon...


On ne quitte pas Lausanne sans une escapade au cœur de la vieille ville et de ses rues pavées, bordées de boutiques attrayantes. Ça monte et ça descend à Lausanne. Il faut s’armer d’un peu de courage mais le déplacement vaut la peine. La cathédrale du VIe siècle, édifice gothique consacré en 1275, est désormais vouée au culte protestant depuis 1536 domine la ville.



De là, on descend jusqu’à la Place de la Palud par les escaliers du marché, un site des plus pittoresques, existant déjà au XIIIe siècle, des escaliers couverts d’un auvent en bois et doublés d’une rue pavée très raide, datant de 1717.



Cette place, à la croisée des petites rues est un peu le rendez-vous incontournable des touristes autour de la fontaine ornée d’une statue de la justice et de l’horloge murale où des automates sortent toutes les heures. Le quartier de la rue du bourg qui descend jusqu’à Saint-François, ancienne artère du trafic au XIXe siècle, est aujourd’hui le quartier par excellence du shopping et des boutiques chics et chères de mode branchée, de joaillerie, d’art de la table.



Mais c’est dans le quartier du Flon, le quartier alternatif, trendy et très animé, le quartier des boutiques, cafés, et adresses branchées qui sont venues réhabiliter une zone aux accents sulfureux qu’il faut se rendre en soirée. Une sorte de festival de couleurs, de non-conformisme, de Street Art, une galerie d’art en plein air où ateliers, studios d’art, cabinets d’architectes ont investis d’anciens entrepôts. Le soir une faune trépidante et joyeuse prend possession des terrasses des cafés et restaurants et des dancefloors.

Notre carnet d’adresses :


Hôtel Continental****

Situé face à la gare de Lausanne, il jouit d’une situation stratégique pour visiter la ville, à deux pas du métro et à quelques minutes du lac Léman. Une décoration contemporaine aux tons sablés, des chambres climatisées munies d’écran plat et le wifi gratuit assurent un confort actuel et efficace. Le plus, la Lausanne Transport Card offrant la gratuité des transports publics vous sera remise lors de votre séjour (voir conditions). Site web : www.hotelcontinental.ch

Brasserie de Montbenon



Cette brasserie emblématique de Lausanne a élu domicile au cœur de la rotonde du Casino dans une magnifique édifice de 1908 au charme Belle Epoque. Dans un grand parc avec vue sur les Alpes et le lac Léman, c’est le rendez-vous des familles, des amis et des artistes. La proposition culinaire est largement au niveau du cadre exceptionnel. Un beau choix de plats et des produits de qualité assurent la réussite d’un repas sans fausse note. Les amateurs de produits régionaux s’orienteront vers la salade de féra fumée de la Pêcherie d’Ouchy en entrée ou encore les filets de perches du Léman en plat. Pour plus de fantaisie, le risotto Carnaroli aux crevettes sauvages d’Argentine ne manque ni de saveurs, ni de créativité. La carte des vins suisses, français ou espagnols relève le défit gustatif. Site web : www.brasseriedemontbenon.ch


A faire aussi :



Les amateurs de bons vins ne manqueront de faire une visite dans un vignoble pour une dégustation. Dans le village de Grandvaux, Maude Vogel accueille le visiteur dans son domaine de la Croix-Duplex. Site web : www.croix-duplex.ch


Y aller :

TGV Lyria en 3 h 40. Site web : www.tgv-lyria.fr

Pour en savoir plus :

Consulter le site web : www.lausanne-tourisme.ch


(Photos : Martine Delaloye).

À lire aussi