Brno, une petite ville pleine de surprises

le 19/01/2022

En République Tchèque, Brno, la deuxième ville du pays, déborde de charme et d’attraits inattendus. A quelques kilomètres seulement, où Napoléon a laissé un souvenir impérissable, le site de la bataille d’Austerlitz mérite le détour. Découverte…



Par Martine Delaloye

En Moravie du Sud, au cœur de l’Europe Centrale, cette région voisine de l’Autriche et de la Slovaquie est reconnue pour ses vins, son folklore bien vivant, ses villages traditionnels et Brno, une ville vibrante où il fait bon se poser le temps d’un week-end ou plus…



Brno, le charme d’une cité historique bien dans son époque…


Moins réputée que Prague, la ville séduit pourtant d’emblée. Un je ne sais quoi auquel on ne résiste pas. La bonne humeur de ses habitants qui déambulent dans les petites rues du centre historique aux belles églises baroques, belles demeures bourgeoises aux élégantes façades colorées – ocre, vert olive, rose, terre brûlée-, places aux terrasses animées, jardins fréquentés, ou encore ses villas classées à l’UNESCO. Une population universitaire jeune vagabonde entre boutiques de mode, de déco, bars et restos design. Le contemporain apporte une touche très actuelle sans pour autant faire de l’ombre à l’architecture du passé. Rien n’est jamais bien loin et visiter à pied Brno, c’est profiter au mieux de son architecture et de son ambiance conviviale.



La tradition de Noël invite à une convivialité chaleureuse


C’est à la période de Noël, que la ville se pare de tous les attraits de la tradition, sapins enluminés, crèche géante taillée dans le bois sur une place, marchés de Noël aux stands débordants de scintillantes décorations artisanales ou de victuailles fumantes -saucisses, jambons-. Des effluves de vin chaud de Moravie et de turbomost (la spécialité locale de jus de pomme aux épices alcoolisée ou non) s’échappent des terrasses envahies par une foule joyeuse.



Aux abords du 2 décembre, date de la victoire d’Austerlitz, il n’est pas rare de croiser dans les rues des soldats en costumes des armées belligérantes commémorant l’évènement sans rancune.



Au pied de l’Hôtel de Ville s’étale Brno


Prenez de la hauteur, passez sous le passage où le dragon (en vérité un crocodile) est suspendu et à côté d’une roue de bois, objet d’une légende où le diable s’est joué pour l’éternité du savoir-faire et la bonne volonté de son artisan. Brno aime tout particulièrement les légendes qui embellissent son histoire. Du haut de la Tour ornée d’un dôme de 63 m de l’ancien hôtel de ville, la plus ancienne construction de Brno, la vue s’étend sur les toits de la ville, ses églises et ses places tandis que les trams parcourent le centre inlassablement dans une sorte de joyeux ballet. Tentez l’ascension, cela vaut la peine



Des places et des curiosités


Sur la place Namesti Svobody, la place de Moravie, face à l’église St Thomas, une grande statue d’un cheval plus haut sur pattes que nature, sur jambes doit-on dire, interpelle. C’est la statue du Courage, en bronze de l’artiste Jaroslav Rona, érigée en 2015, de huit mètres de haut, saluant le courage de Jobst de Moravie, margrave de 1375 à 1411 et considéré comme le sauveur de Brno. Une statue qui a soulevé quelques contestations sur la hauteur démesurée des jambes, sur le fait que Jobst faisait plus preuve de force que de diplomatie. Pourtant on ne peut que constater l’intérêt des touristes, surtout ceux qui se placent sous les jambes avant et lèvent les yeux vers les naseaux du cheval. On comprend pourquoi !



Sur la place Namesti Svobody, la place de la Liberté, s’élève sur 6 m de haut un drôle de bloc en granit noir, sensé évoquer un projectible utilisé contre les troupes suédoises lors de la guerre de Trente Ans. Ce bel objet est en fait une machine à mesurer le temps, une horloge qui sonne midi à 11 h, œuvre de Oldrich Rujbr et Petr Kamenik érigée en 2010. La légende raconte qu’en 1645 l’armée suédoise prévoyait de lever le siège si elle n’avait pas progressé avant midi. Les habitants de Brno firent sonner les cloches, une heure à l’avance. Difficile toutefois d’y lire l’heure et d’en comprendre le fonctionnement. Pour autant, l’objet retient l’attention et on peut qu’admirer le design, d’autant que la construction a duré trois ans et a couté 476 000 euros.



Sur la place du Marché aux choux, une des places les plus animées de la ville, anciennement marché de légumes, s’élève la fontaine Parnas, témoignage de la présence des soldats français en ce lieu. Les plus beaux bâtiments baroques entourent la place, le Palais Dietrichstein, la maison des abbés, le palais Hauspersky von Fanal, actuellement un théâtre et Reduta théâtre, un des plus anciens théâtres d’Europe, où Mozart a joué à onze ans.



Les souterrains de Brno réservent bien des surprises


Sous la place, les souterrains de Brno et quelques 3 000 couloirs cachent une cave viticole historique, un atelier d’alchimistes, des instruments de torture. Sous la place des Dominicains, et sous l’église Saint-Jacques, on peut voir l’un des plus grands ossuaires d’Europe et aussi le tombeau de Raduit de Souches, le défenseur de Brno contre les Suédois, durant la guerre de Trente Ans. Ames sensibles ou claustrophobes, s’abstenir !


Le Château de Spilberk, une prison de légendes avec vue sur Brno


Cette forteresse du XIIIe siècle, transformée au XVIIe et XVIIIe siècle qui aujourd’hui abrite le musée de la ville a laissé dans l’histoire le souvenir funeste d’une prison où étaient enfermés les criminels, assassins, brigands de tous poils ou encore les prisonniers politiques, tels des patriotes italiens ou les ennemis au régime des Habsbourg. Le poète italien Silvio Pellico y a passé huit ans pendant lesquelles il a écrit « Mes prisons » une œuvre qui a rendu Spilberk célèbre dans le monde entier. Une exposition à donner des frissons retrace cette période. Site web : www.spilberk.cz

Des villas remarquables entrées dans l’histoire de l’architecture moderne…




La Villa Tugendhat, célèbre dans le monde entier, classée au patrimoine de l’UNESCO, un trésor du fonctionnalisme


Cette villa, c’est avant tout l’histoire d’une famille, la famille Tugendhat, industriels du textile juifs et de Greta et Fritz pour laquelle elle a été construite en 1929-1930 par l’architecte Mies van der Rohe. C’est une des œuvres les plus importantes de l’architecture du XXe siècle, un avant-goût de l’habitat moderne, répondant aux nouveaux besoins de la vie moderne et des possibilités de la production industrielle.

Edifiée sur un terrain en pente, elle domine Brno et le centre historique et s’intègre au paysage. La structure de la maison repose sur des dalles de béton armé soutenues par des poutres d’acier. Elle est tout à fait remarquable par ses espaces très ouverts sur le jardin par de grandes baies vitrées. Les espaces de vie sont largement ouverts, seulement délimités par des cloisons de bois exotique - ébène, palissandre – un rideau de velours coulissant ou encore une paroi d’onyx laissant passer la lumière. La lumière, le jardin, les meubles se reflètent aussi sur les fines colonnes chromées en forme de croix qui est reprise comme logo de la villa. L’architecte a dessiné et tout prévu dans le détail, jusqu’à l’emplacement du mobilier. L’aménagement rationnel de la cuisine totalement recouverte de carrelage brillant préfigure les futures cuisines actuelles.



Pendant la seconde guerre mondiale, la villa fut occupée tour à tour par les allemands qui y avaient installé un bureau d’études des usines Messerschmitt, puis par les russes. Après la guerre, l’état tchécoslovaque s’en est emparée. Au cours de ces différentes occupations la villa fut pillée et subit de nombreuses dégradations. Des travaux de restauration remarquables ont été mené entre 2010 et 2012 dans le respect des critères internationaux de conservation les plus stricts. Greta et Fritz n’ont occupé la villa que durant huit ans, contraints de quitter la Tchécoslovaquie pour fuir la menace nazie et n’y sont jamais revenu. Plus tard, la famille a manifesté sa satisfaction que l’édifice soit mis à la disposition du public « car les Tugendhat ont construit quelque chose de spécial ». La villa Tugendhat a inspiré le roman Le Palais de verre (2012) de Simon Mawer et l’astéroïde 8343 a été nommé Tugendhat en honneur à l’édifice. Un conseil, réservez la visite guidée de la Villa à l’avance, le nombre des visiteurs par jour est limité. Site web : www.tugenhat.eu



La Villa Löw-Beer, une villa Art Nouveau


Cette belle Villa Art Nouveau fut construite en 1903-1904 pour un entrepreneur tchèque de Brno. A sa mort en 1913, la villa est achetée par un riche industriel du textile Alfred Löw-Beer qui l’occupa avec sa famille. En 1929, il fait cadeau d’un terrain jouxtant cette maison à sa fille Greta et à son mari Fritz Tugendhat pour leur permettre la construction de leur propre maison. Ils construisent plus tard la célèbre Villa Tugendhat. La Villa Löw-Beer, représente un chapitre important de l’histoire de l’architecture et de l’art de vivre du début du XXe siècle. Aujourd’hui, c’est centre de conférence et d’événements culturels. Site web : www.vilalowbeer.cz/en

Deux autres villas, la villa Stiassni et la villa Jurdkovic méritent également une visite pour leur architecture innovante. Site web : www.gotobrno.cz/akce/vyhlidkove-jizdy-brnem-21/




La bataille d’Austerlitz, un théâtre en plein air…



Chaque année, la bataille d’Austerlitz se rejoue le 2 décembre aux abords de la colline de Pratzen. Avec la même ferveur, plus de 1000 hommes passionnés en uniforme des plus conformes et en provenance de 15 pays d’Europe, convergent vers le site de la « Bataille des trois empereurs », l’Empereur d’Autriche François 1er, l’Empereur de Russie Alexandre. Une soixantaine de chevaux et quinzaine de canon les accompagnent lors d’un programme de 4 jours du 1er au 5 décembre. C’est l’occasion de se rendre sur les lieux de cette fameuse bataille, chef-d’œuvre tactique de Napoléon sur un territoire de huit kilomètres sur douze.



En 2021, date du 216e anniversaire de la bataille, le Covid sévissant encore, la reconstitution n’a eu pas lieu. Malgré tout, de nombreux figurants ont tenu à faire le déplacement vers la colline et le Monument de la Paix, élevé en 1910 à la mémoire des victimes. Il représente un tumulus slave en forme de pyramide et commémore les 20 000 morts des différents camps. A l’intérieur, la chapelle Art Nouveau offre une particularité acoustique. En chuchotant dans un angle, on peut entendre ce qui est dit dans l’autre angle en diagonale.



A Sokolnice, à la Vieille Poste où se trouvait l’état-major de l’armée Française, aujourd’hui un restaurant, quelques figurants, fidèles de cette célébration offrent un spectacle de tir et de musique. Le Maréchal, bel homme à la stature prestigieuse convenant parfaitement à son rôle, habitant à quelques kilomètres seulement, parle avec enthousiasme de cette reconstitution à laquelle il participe tous les ans depuis une vingtaine d’année, comme beaucoup d’autres participants d’ailleurs.



A proximité, le musée ouvert en 1925 propose une reconstitution audiovisuelle très inclusive de la bataille où les soldats semblent combattre sous nos yeux. On y trouve également des figurines de soldats, des armes et objets de la bataille, des vidéos et une belle bibliographie. Une jolie étape.



Le château baroque de Slavkov (Austerlitz) où fut signé l’armistice entre la France et l’Autriche


A 20 km de Brno, dans un magnifique parc orné de statues, cette résidence de la famille de Kounic propose dix-sept pièces ouvertes à la visite dont de luxueuses salles et une extraordinaire galerie de peintures baroques. Dans la salle ovale, aux sculptures en trompe l’œil, l’acoustique particulière permet les discussions les plus secrètes à l’abri des oreilles indiscrètes. Dans cette salle, le 6 décembre 1805 a été signée l’armistice entre la France et l’Autriche, qui aura un impact majeur sur l’Europe. Du balcon donnant sur le parc, Napoléon prononça un discours mémorable remerciant ses troupes pour la victoire. Dans une chambre on peut voir un lit où Napoléon aurait dormi, mais ce n’est pas exact, il a dormi comme à son habitude dans sa tente et sur son lit de camp.


A visiter aussi :




Exposition « L’Epopée Slave » du peintre, affichiste, illustrateur, graphiste Alfons Mucha (1860 – 1939)

Plus connu pour ses affiches « Art Nouveau » de théâtre et de publicité aux motifs floraux et lignes courbes, Mucha est aussi l’auteur d’une fresque exceptionnelle à voir au château de Moravsky Krumlov, situé entre Brno et Vienne (en Autriche). L’Epopée Slave retrace en 20 tableaux monumentaux l’histoire des Slaves. Une œuvre étonnante et émouvante.


Notre carnet d’adresses


Brno compte de nombreuses bonnes adresses où sortir le soir à retrouver sur le guide Gourmet Brno 202.  Quelques adresses : Whiskey Bar, Ktery neesistjue, le whisky Bar qui n’existe pas, Slast, Jouissance en français, La Pipe à eau, Vycep Na Stojaka Jakukbak, une brasserie au comptoir debout, Pub U Dvou Pratel, brasserie punk ou encore JustWine Bar & Shopt, un bar dynamique.




Hôtel Le Passage, un boutique-hôtel à Brno



Au coeur de la ville, ce palais de 1928 a été entièrement renové. On doit son architecture résolument contemporaine à l’architecte Bohuslav Fuchs. Une centaine de chambres de belle taille et au design différent offre un confort élégant où rivalisent la qualité des matériaux et les couleurs douces. La vaste salle de congrès à l’ossature métallique est dotée des équipements techniques les plus performants. Le restaurant élégant ouvert sur le hall propose une belle gastronomie. Site web : www.hotelpassage.eu

Hôtel Barcelo, un boutique-hôtel***** au cœur de Brno



A deux pas de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul, de la place du Marché aux choux, cet hôtel à l’architecture baroque conçue par Franz Fröhlich offre le luxe d’un design contemporain bien intégré dans un décor palatin et romantique. Dans les chambres au confort technologique très actuel, la qualité des matériaux et l’agencement très confortable assurent un bon moment de bien-être. La cour intérieure est tout à fait remarquable. Une très belle adresse. Site web : www.barcelo.com/barcelo/brno-palace


La Brasserie Stopkova Pivnice



Cette grande brasserie s’étend sur de nombreuses petites salles à l’ambiance chaleureuse où coule la bière locale, la Pilsner et à la cuisine traditionnelle (soupe, escalope viennoise, poisson ou porc rôti). Un lieu de rendez-vous des plus conviviale.

Y aller :

Transavia assure de nombreux vols Paris/Prague ou Paris/Vienne. Site web : www.transavia.com

Pour en savoir plus :

Consulter les sites web : www.czechtourism.cz - www.south-moravi.com et www.gotobrno.cz


(Photos : Martine Delaloye et OT Brno, Horloge et château Slavkov : Gabzdyl – Brno Noël : Jiri Kruzik - Marché : Daniel Berta - Villa Tugenhadt : David Zidlicky – Villa Löw-Beer : C. Schmerko).


À lire aussi