Il fait bon flâner à Granville, station balnéaire de charme

le 19/07/2021

A Granville "la cité corsaire", il règne comme un air de vacances toute l'année. On y vient prendre un bain de mer, arpenter la haute-ville, visiter le port de pêche, admirer le plat-gousset, visiter la maison Dior, sans oublier son trésor : Chausey. Découverte…


Avec le bulot, la coquille Saint-Jacques, la praire, la seiche, l'amande et la dorade grise, Granville est le premier port coquillier de France. Ici, lors des grandes marées - les plus fortes d'Europe - les flots se retirent découvrant de vastes étendues de sable piquées de rochers. C'est alors l'époque de la pêche aux soles, aux coquillages, aux crabes, aux crevettes. Mais la cité avec sa haute ville, perchée sur son rocher avec ses maisons de granit, ceinturée de remparts, fait courir ses ruelles tortueuses qui aboutissent à des places étroites. Un vrai bonheur !

Granville, c'est aussi d'autres points d'intérêt : la Grand'Porte, la porte Saint-Jean, le phare du cap Lihou, et l'église Notre-Dame où a été baptisé Christian Dior. On compte des musées : le Musée d'Art Moderne Richard Anacréon, les jardins et le Musée Christian Dior (sa maison d'enfance), le Roc des Curiosités (aquarium)...



Un peu d'histoire...


Granville doit son nom à ses premiers occupants, après les Vikings. En effet, Guillaume le Conquérant demande son aide en 1066 à la famille Grant et, en récompense de sa fidélité pendant la conquête de l'Angleterre, lui attribue les terres situées sur ce promontoire granitique. Au XVe siècle, les Anglais conquièrent la Normandie, à l'exception du Mont-Saint-Michel. En 1439, l'officier anglais Sir Thomas Scales découvre la Roque de Lihou - le premier nom de Granville l'achète, et construit une enceinte fortifiée, ainsi que les fondations de l'église. En 1442, les défenseurs du Mont-Saint-Michel reprennent le bastion et chassent les Anglais. Charles VII, comprend l'intérêt stratégique de Granville, décide d'en faire une place forte et signe en 1445 une charte exemptant d'impôts les habitants qui s'y installeront. Dès 1520, les bateaux de Granville et des environs pêchent déjà la morue sur les bancs de Terre Neuve. Au fil des siècles, Granville devient un important port morutier. Sous Louis XIV, les bateaux ont également le droit de s'armer pour devenir corsaires. Granville en compte près de 300, et donne 15 amiraux à la France.


Ville de garnison, différentes casernes sont construites sur le Roc entre 1750 et la fin du XIXe siècle. A partir des années 1850, la mode des bains de mer attire des estivants toujours plus nombreux. Stendhal, Jules Michelet et Victor Hugo séjournent à Granville, appréciant le pittoresque de la ville et l'activité du port. En 1870, la ligne de chemin de fer Paris Granville est inaugurée. Durant la guerre, aux ouvrages militaires, les Allemands ajoutent des blockhaus du "Mur de l'Atlantique". La ville est libérée sans combat ni destructions le 30 juillet 1944 par l'armée américaine du général Patton.

Un environnement naturel de qualité...



A partir du formidable point d'observation que constitue la Haute-Ville, on découvre un panorama à 360°. Tout d'abord, à 17 km au large, on aperçoit l'archipel des îles Chausey, qui constitue le quartier maritime de Granville depuis 1802. 52 îles et îlots à marée haute, 365 à marée basse selon la légende. Accessible à partir de la gare maritime, ce haut lieu du patrimoine naturel, site classé est un espace protégé pour sa biodiversité : oiseaux, faune sous-marine, crustacés, coquillages, estran… Vers le nord, on distingue la côte des havres du Cotentin, et par temps clair, l'île de Jersey. Les îles Anglo-normandes sont reliées à Granville par bateau tout au long de la saison touristique. Vers le sud, s'ouvre la baie du Mont-Saint-Michel, avec notamment son secteur balnéaire de Saint-Pair et de Jullouville.

Dotée de trois plages -dont la fameuse plage du Plat Gousset- , du premier Centre Nautique de France, d'un centre de thalassothérapie, d'un casino, d'un centre de rééducation fonctionnelle ; Granville est reliée directement à Paris. Elle dispose aussi d'une salle de concerts et de spectacles : l’Archipel.


Granville, la balnéaire…


Depuis la fin du 19e siècle, Granville attire les visiteurs pour sa station balnéaire. Il fait bon y séjourner et se laisser bercer par l’atmosphère d’élégance véhiculée par les citadins en villégiature. Aujourd'hui, Granville continue d'afficher cette douceur de vivre.


Granville compte un important patrimoine maritime et notamment Le Marité, dernier terre-neuvier en bois. Ultime témoin de la grande pêche sur les bancs de Terre-Neuve, le Marité a trouvé en Granville son port d’attache. Après avoir servi de caboteur, de navire de plaisance et même de plateau de télévision itinérant pour l’émission Thalassa, le vieux gréement en bois a connu plusieurs années de restauration. Le chantier avait commencé à Cherbourg, s’est poursuivi à Saint-Vaast et s'est terminé dans la cité corsaire en juin 2012. Désormais, le voilier propose des sorties en mer à la journée et des mini-croisières. Site web : www.lemarite.com


Des animations populaires...



A Granville, l'agenda de chaque saison est rythmé par de très nombreuses manifestations culturelles, sportives, et touristiques. On notera, le célèbre Carnaval, inscrit au Patrimoine Immatériel de l'UNESCO, qui se déroule tous les ans durant 5 jours, le week-end précédent le Mardi-Gras. Il accueille plus de 130 000 carnavaliers, avec une parade de 47 chars confectionnés par les associations locales, et se termine par une bataille de 7 tonnes de confettis.

En été, place à l’incontournable festival Sorties de Bain, le festival des Arts de la rue organisé par l’équipe de la Scène conventionnée du Théâtre de l’Archipel , Secondée par une centaine de bénévoles, ce festival des arts de la rue est un savant mélange de théâtre, danse, musique, cirque, conte, mime, fanfare... Site web : www.sortiesdebain.com

En août, s’invite le Festival Voiles de travail. Il se veut le grand rendez-vous maritime et patrimonial. On y célèbre la mer, son histoire et ses hommes. Les vieux gréements du paysage local, joyaux du territoire, assurent le spectacle sur l'eau, avec des sorties dans la baie et des parades et baptêmes nautiques dans le port. Site web : www.festivaldesvoilesdetravail.com


Sur les pas de Christian Dior…


Devenue un musée, la maison d'enfance de Christian Dior accueille chaque année des expositions dédiées au couturier. Découvrez également son jardin, un lieu enchanteur où fleurs et senteurs éveilleront vos sens ! Adresse : Musée Christian Dior 1, Rue d'Estouteville, 50400 Granville, tél. + 33 (0)2 33 61 48 21 - www.musee-dior-granville.com




Histoire d'un carnaval classé à l'Unesco...


Depuis 2016, l'UNESCO a inscrit le Carnaval de Granville sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une reconnaissance pour cette fête populaire dont on ne peut dater le début tellement elle semble avoir toujours existé. Contrairement aux autres carnavals, celui de Granville a subsisté au cours des 19e et 20e siècles grâce aux marins qui lui ont donné de l’ampleur. Les départs pour les bancs de Terre-Neuve avaient lieu chaque année autour de Mardi gras. La traversée était longue, rude et les marins, avant de partir, voulaient profiter et s’amuser avant de braver les tempêtes et le dur labeur.

Les Granvillais ont perpétué la tradition et même si les pêcheurs ne partent plus à bord des Terre-Neuvas, toute la population profite de 5 jours de liesse, au cours desquels ont lieu intrigues, bataille de confettis, jugement du roi et sa crémation, bals, cavalcade... Lorsque l’on parle du Carnaval à Granville (13 000 habitants), c’est toute une ville que l’on évoque : 300 constructeurs de chars, 2000 carnavaliers, 120 000 visiteurs sur 5 jours, plusieurs fanfares et autres orchestres, 7 tonnes de confettis, des km de serpentins... Une quarantaine de chars qui déambulent tout au long d’une cavalcade de plus de 3 km de long, parmi les plus longues d’Europe. Site web : www.carnaval-de-granville.fr


Une pause en thalasso…



On vient ici également pour profiter des cures de thalasso. Situé à deux pas de Granville, à Donville les Bains, le centre Prévithal bénéficie, au pied des dunes, d’un milieu marin privilégié avec pour seul horizon la mer à 180°C. Intégré au centre de thalassothérapie, l’Hôtel de la Baie**** fait face à la plage. Directement relié à l’institut de thalassothérapie, l’hôtel propose 76 chambres, dont 40 avec vue mer, aux décors d’inspiration marine où bois et teintes naturelles s’harmonisent tout en douceur. Le site s’étend sur 4 500 m2, sur 4 niveaux, avec un restaurant de 130 couverts « Le sound », 24 cabines de thalassothérapie, 6 cabines esthétiques (avec PMR), une salle de musculation, 4 salles de séminaires. L’ établissement à travers son restaurant le Sound dispose d’un restaurant à la cuisine savoureuse. Adresse : Hôtel de la Baie Rue de l'Ermitage, 50350 Donville-les-Bains, tél. + 33 (0)2 33 90 31 10 Site web : www.previthal.com

Pour en savoir plus :


Consulter Destination Granville Terre et Mer 2, Rue Lecampion, 50400 Granville, tél. + 33 (0)2 33 91 30 03. Site web : www.tourisme-granville-terre-mer.com

(Photos : E.Scotto, Lapse Productions et Office de tourisme Granville Terre et Mer : Philippe Fauvel, Estelle Cohier et Thomas Jouanneau).







À lire aussi