Escapade iodée à Chausey à bord du Marité

le 31/07/2019

Au départ de Granville Manche-, le dernier terre-neuvas français, le Marité organise des croisières à la journée sur l’archipel de Chausey. Embarquement immédiat et dépaysement garanti. Découverte…



Portant le diminutif de Marie-Thérèse Le Borgne, fille de l'armateur et marraine du bateau, le Marité, trois-mâts goélette est lancé le 24 juin 1923, à Fécamp. En 1930, il passe aux mains des danois. Equipé d’un moteur, il repart pêcher le cabillaud dans l’archipel des Féroé, en Islande et au Groenland.

La vie tumultueuse du Marité…

La belle histoire s'arrête... de jeunes Suédois retrouvent en 1976 le Marité abandonné dans une île des Féroé. Ils décident de le restaurer et pour le transformer en navire-école et voilier océanographique. En 1999, ils se séparent du voilier. Une association est créée en France pour tenter de faire revenir dans son pays le dernier témoin de la pêche à Terre-Neuve. Un Groupement d’intérêt public (GIP) achète le bateau en mai 2004. L’été suivant, il fait un tour des côtes françaises pour les besoins de l’émission de télévision Thalassa. Le voilier reçoit à chaque escale un accueil extrêmement chaleureux. Toutefois, chacun constate qu'il est en très mauvais état.  En 2006, le Marité est confié à un chantier naval pour une longue restauration. Sa coque est reconstruite à 90 % et les travaux engloutissent 450 m3 de chêne et autant d’iroko... ainsi que 20 000 clous !



Depuis 2012, le Marité vogue à nouveau. Avec pour port d’attache Granville, il embarque des passagers pour des navigations touristiques et participatives dans la baie du Mont-Saint-Michel et dans l'archipel des îles Chausey.

Embarquez pour Chausey…

Il est 10h30, comme chaque week-end à la belle saison, de petits groupes de 74 personnes se pressent au village du Marité au coeur du port de Granville. Le capitaine Matthieu Alluin invite les candidats « à l’aventure » des familles, des couples, des passionnés de voile… - à embarquer. Le temps de s’installer et sur le pont un briefing est donné avant le grand départ. Le capitaine, jovial et souriant, présente l'équipage et détaille les spécificités du dernier voilier terre-neuvas français : « 44,90 m de long pour 8 m de large », hauteur de « 29 m pour le grand mât », poids « 250 tonnes ». Le trois-mâts est équipé de 16 voiles pour une superficie déployée de 650 m2.


Le voilier quitte lentement le port, avec le moteur, puis le public est mis à contribution pour hisser les voiles, aidé par les six membres de l'équipage. Le vent souffle de nord-est, l'opération se fait en parfaite synchronisation. Droit devant, on aperçoit l'archipel de Chausey, la destination de la journée !

Ilots en vue…

Cette navigation à la journée est sans doute la meilleure formule pour profiter pleinement des plaisirs de la navigation à l’ancienne. Les uns et les autres bavardent avec le gabier, le mécanicien, le second-capitaine afin de mieux comprendre les motivations de tous ces jeunes marins issus d'horizons différents.



Après 2 heures de navigation, animée par le passage de quelques dauphins, le Marité arrive aux portes de Chausey. Le capitaine, à la barre indique : « ici, le danger se sont les cailloux qu'on ne voit pas ». Le bateau entre dans l'archipel par les Carniquets. Le spectacle est saisissant. On observe des pêcheurs et des éleveurs de palourdes qui s'activent sur leur tracteur. Après quelques bords le long des îlots, il est temps de mouiller l’ancre dans un endroit sûr. Quand vient l'heure déjeuner, chacun prend place avec son pique-nique autour de tables que l’équipage vient d’installer sur le pont.


Le capitaine lance : « Vous allez manger sur la plus belle terrasse de France ». Et c’est vrai, au fil des minutes, le paysage évolue en fonction de la marée et les îlots se découvrent comme par magie.  En début d’après-midi, les passagers embarquent sur l'annexe pneumatique, pour rejoindre un banc de sable fin, digne des plus belles plages des Caraïbes. Certains se lancent dans la pêche à pied, d’autres vont se baigner ou observer les oiseaux sur l'estran. Et les plus "pêcheurs" grattent le sable à la recherche de coques, de palourdes, d'amandes... Vers 18h, tous remontent à bord du Marité. Un sympathique goûter - à base de produits du terroir - donne des forces à tous. Puis vient le temps de remettre les voiles… direction Granville !



A savoir :

- Durée approximative de la sortie : 10h.

- Pour votre confort : pensez à vous équiper de vêtements chauds (pull ou polaire),  d'une veste de ciré ou un coupe-vent, des chaussures confortables (chaussures de pont, bottes pour débarquer les pieds au sec), d'une casquette ou d'un chapeau, de lunettes de soleil et de crème solaire.

- Pour le loisir : maillot et serviette de bain ou votre matériel pour la pêche à pied ou la ligne (pratique réglementée).

- Apportez votre pique-nique.

Le village du Marité

Avant d’embarquer, pensez à visiter Le village du Marité conçu à partir de conteneurs maritimes recyclés et aménagés. Il abrite la boutique, un espace vidéo (projection d'un film sur la restauration du navire) et une exposition permanente.

Notre adresse :

Si vous souhaitez séjourner à Granville, l’Hôtel Ibis Le Hérel*** situé face au port de plaisance… Idéalement situé à 200m du départ des ferries, l'hôtel dispose de chambres climatisées et d’un restaurant avec terrasse. Une agréable halte ! Adresse : rue des Isles, port de plaisance 50400 Granville, tél. + 33 (0)2 33 90 48 08. Site web: www.accorhotels.com

Pour en savoir plus :

Village du Marité, Quai Pleville, 50400 Granville, tél. + 33 (0)2 33 50 17 03. Site web : www.lemarite.com

(Photos : E.Scotto et GIP Marité).

À lire aussi