Gdynia, Sopot, Malbork, trois escales pour un été sur la Baltique

le 21/03/2019

A la porte de Gdansk, la ravissante capitale incontournable de la Poméranie, trois petites villes à la personnalité bien marquée enchantent, surtout à la belle saison. La Pologne n’a pas fini de nous éblouir. Découverte…



Par Martine Delaloye

Les petites sœurs de Gdansk…

Après la visite de Gdansk, il serait dommage de faire l’impasse sur ces trois villes toute proches.  Gdynia, petite ville portuaire et porte de l’émigration polonaise et Sopot, la Deauville polonaise sont reliées administrativement à Gdansk, dans ce que l’on appelle la « Tri-cité ». A quelques encablures dans les terres, Malbork et son imposante forteresse teutonique est une curiosité incontournable.


Gdynia, un port mais aussi une ville très animée…


Changement de décor. Dans la baie de Gdansk, Gdynia était un petit village de pêcheurs avant la création d’un port dans les années 1920. Se développent alors des activités maritimes plutôt traditionnelles comme l’exportation de charbon, de bois vers les pays nordiques. Au début du 20e siècle, alors que la pauvreté sévit dans le pays, le port devient la porte de l’émigration polonaise. Aujourd’hui, il a retrouvé toute l’importance d’un grand port et c’est le second port à conteneurs de la Baltique.

Si l’on peut considérer qu’un port de commerce n’est pas particulièrement romantique, la ville n’en mérite pas moins une visite, pour son architecture moderniste, inspirée de l’école allemande du Bauhaus et surtout pour son remarquable musée de l’émigration. Par ailleurs, elle fait preuve d’une grande vitalité culturelle. Le Festival Open’Er accueille chaque année les stars du rock et de la pop et déplace les foules. A voir cette année du 3 au 6 juillet 2019.


Le musée de l’émigration…


La Pologne a connu plusieurs vagues d’émigration. En 1831, suite au soulèvement contre la domination russe, puis au début du XXème siècle, où la pauvreté propulse les familles polonaises vers l’Amérique du Sud, les Etats-Unis, Israël, le Brésil, l’Australie et aussi vers la France.



Un long bâtiment construit en 1933 s’avance en front de mer. C’est le terminal d’embarquement et ces vastes salles, où des milliers d’émigrés attendaient pleins d’angoisse et d’espoir. Là accostaient les navires en partance pour l’Europe et les transatlantiques vers les Amériques. Il paraît normal qu’aujourd’hui le Musée de l’Emigration y ait élu domicile, en hommage aux 12 millions de polonais qui ont dû quitter leur pays. Beaucoup partaient pour les Etats-Unis et principalement à Chicago, y créant une très importante communauté polonaise de près de 1,2 millions de personnes. Le musée retrace l’histoire de cette diaspora à travers le monde. On suit le parcours chaotique d’une famille d’émigrés, les formalités, les valises, le voyage difficile, l’arrivée en terre inconnue. Des objets, des films poignants, de belles photos des anonymes mais aussi de tous ceux qui ont connu la célébrité, Frédéric Chopin, Arthur Rubinstein, Marie Sklodowska-Curie, Andrezj Wajda… A voir absolument.



Sopot, l’élégante de la riviera polonaise…


A une douzaine de kilomètres de Gdansk, miraculeusement préservée des bombardements de la Seconde Guerre Mondiale, la petite station balnéaire affiche ses pimpants bâtiments du centre de thalassothérapie, ses villas et manoirs cossus. On la nomme la Deauville polonaise, tant le chic de ses demeures enjolivées de tours et de dômes, abritant hôtels, restaurants et terrasses animées, sa longue plage de sable blond des plus courues et sa magnifique jetée de bois fendant la mer rappellent la cité normande. Pour autant, elle ne manque pas de personnalité !



C’est à un médecin de l’armée française le Dr Jean Georges Haffner, alsacien d’origine, que l’on doit la célébrité de cette station balnéaire de l’Europe de l’Est. En 1823, voyant les effets des bains de mer sur ses soldats, il a l’idée de créer un établissement de cure, plus particulièrement destiné à la clientèle de Gdansk.



Aujourd’hui, Sopot resplendit de vitalité. La grande jetée qui s’avance sur la mer sur 512 m, la plus longue d’Europe, est devenue le symbole très graphique, très photogénique de la ville. C’est la promenade incontournable sur les planches. Mais il vous faudra débourser quelques zlotis (2 €) pour y accéder. Au bout du ponton, un restaurant remarquablement situé offre ses terrasses accueillantes pour une halte contemplative. Mais c’est du roof-top que l’on succombe au charme du petit port de plaisance à ses pieds et de la vue sur la ville.

Les petites rues animées réservent aussi de jolies surprises, comme la Maison tordue dans la rue Monte Cassino qui ne manque pas d’intriguer. Elle a un penchant très net à se gondoler avec humour, comme une maison de dessins animés pour enfant. Dans un autre style, le Grand Hôtel se cache dans son l’abri de verdure. C’est l’adresse chic de Sopot. Comme toute cité balnéaire, Sopot s’anime à la tombée de la nuit aux terrasses ou sur les dance-floors. C’est le spot balnéaire privilégié des polonais en été.


Malbork, phénoménale forteresse teutonique, classée au patrimoine de l’Unesco…


A une soixantaine de kilomètres de Gdansk, la ville de Malbork est surtout connue un incroyable site fortifié, bastion des chevaliers teutoniques. Malbork, (Marienburg en allemand, le château fort de Marie), en impose par sa taille - deux fois la cité de Carcassonne - ses bâtiments massifs tout de briques rouges aux longs toits pentus, ses multiples tours et pont-levis, ses lourdes portes, ses épaisses murailles (jusqu’à 3,5 m à la base) dominant de profonds fossés et la rivière Nogat, un bras de la Vistule. La visite n’en finit pas, l’étonnement non plus.



A voir cette magistrale fortification, on comprend toute la puissance de ces chevaliers Teutoniques rassemblés dans un grand ordre de chevalerie religieux et militaire, un des ordres les plus puissants par sa richesse et son influence sur les mondes germanique, balte et slave. Fondé après la 3ème croisade, ces moines soldats qui voulaient christianiser les peuples proches, instaurèrent quasiment un état dans l’état.

Depuis 1280 date du début de la construction de ce fief monastique, trois châteaux se sont accolés au cours des siècles, complétant cet ensemble hors-norme, abritant des zones de villégiature, des zones militaires où était stocké l’arsenal, où les canons étaient même fabriqués, mais aussi des édifices religieux, l’église de Notre-Dame, la chapelle Sainte-Anne, un monastère…



La salle du Chapitre tout particulièrement est remarquable par ses dimensions. A la fois salle de réception et salle de banquets, elle pouvait accueillir jusqu’à trois cents convives. Les cuisines aussi sont impressionnantes. Il en existe quatre pour nourrir les cinq cents personnes, dont de nombreux domestiques, vivants dans ce palais gothique.



Partout, le regard accroche des fresques délicates, des sculptures religieuses émouvantes. Il faut emprunter les multiples couloirs, escaliers, débusquer les points de vue imprenables par de petites lucarnes. Un labyrinthe historique et réjouissant !

Ces trois cités sont une belle alternative aux villes les plus visitées de la Pologne, comme Varsovie, Cracovie, Wroclaw. Une jolie destination, idéale aux beaux jours.

Notre carnet d’adresses :



A Gdynia, le restaurant Sztuczka



Les délices sont au rendez-vous dans ce restaurant gastronomique où officie un jeune chef, Rafat Watesa, qui allie la qualité et la fraîcheur des produits à une cuisine innovante et juste. Les produits de la Baltique sont à l’honneur, les fruits et les herbes sont de la partie. L’assiette est colorée. Les papilles sont en joie dans un cadre contemporain simple et agréable. Située d’une façon surprenante dans un quartier plutôt populaire, cette table mérite qu’on s’y attarde. Site web : www.sztuczka.com


A Sopot, le bar et restaurant Projekt 36


Dans une villa cossue entourée d’un jardin fleuri, le restaurant Projekt 36 a trouvé ses marques au sein de l’hôtel Antonia. Le cadre est charmant, léché, le contemporain rejoint le baroque. Un petit coin de villégiature où l’on passerait bien du temps. La cuisine joue aussi la modernité et le raffinement des saveurs et satisfait agréablement le palais. Site web : www.projekt36.pl



A Malbork, le restaurant Le Gothic



Pas besoin de quitter la forteresse pour vivre une expérience de vie de château, dans un cadre moyenâgeux situé dans l’aile où le Grand Maître de l’Ordre Teutonique accueillait ses hôtes. Sous les voûtes basses, la table est rustique. Les casseroles de cuivre sont de sortie et les corbeilles aux pains multiples rappellent les bases de l’alimentation. Pas de fioritures ici, de bons produits, soupe, viande, poisson, qui rassasient. C’est simple, copieux et bon. Le Gault&Millau apprécie tout particulièrement les cocktails et le confort du bar. Site web : www.gothic.com.pl


Pour en savoir plus :


Consulter le site web de l’Office de tourisme de Pologne : www.pologne.travel.com

(Photos : Martine Delaloye et OT Pologne).

À lire aussi