Cheverny : une vie de château sur la Loire

le 08/01/2019

Situé sur la commune de Cheverny, dans le département du Loir-et-Cher et la région Centre-Val de Loire, le château est l’un des châteaux de la Loire parmi les plus réputés et les plus fréquentés. Découverte...

Par Marina Lempert

Classé aux Monuments historiques, élevé au XVII e siècle, dans un style très classique, le château de Cheverny fut dessiné par Jacques Bougier, architecte d'une partie du château de Blois, tout proche. Cheverny a vu son nom apparaître pour la première fois en 1315 dans les actes notariés du Blesois, région située autour de la ville de Blois, dans l’ancienne province de l’Orléanais. Dans la même famille depuis plus de six siècles, il accueille aujourd’hui 450 000 visiteurs par an. On peut sans équivoque, s’inscrire ici dans le patrimoine français, authentique et vivant, où la magie de l’histoire opère.




Au cœur de la Sologne : Une propriété seigneuriale...


Jean Hurault acquiert le lieu de Cheverny au milieu du XIVè siècle. Sa descendance immédiate contribue à donner à la terre de Cheverny tout son éclat. La famille est anoblie par Philippe VI de Valois au début du XIVe siècle. Puis, Louis XII autorise Raoul Hurault à édifier sur ses terres, un château fortifié. Cheverny fut ensuite vendu à l’aumônier d’Henri II qui le céda à son tour à Diane de Poitiers, maitresse d’Henri ΙΙ, qui y habita une dizaine d’années. Philippe Hurault, Comte de Cheverny et Chevalier de l’Ordre du Saint Esprit, Chancelier des rois Henri III et Henri IV, l’un des descendants de Jean, retrouve la terre familiale en 1565.

Son fils Henri et son épouse Marguerite se lancent vers 1625 dans la construction du château actuel. Les travaux sont d’une telle ampleur que c’est leur fille Elisabeth, Marquise de Montglas, qui en achève la décoration intérieure. Différents propriétaires se succèdent au cours des années jusqu’à ce qu’Anne Denis Hurault, Marquis de Vibraye, descendant de Raoul Hurault, en fasse l’acquisition en 1825. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Cheverny, réquisitionné par l’Etat, sert alors d’entrepôt au mobilier national. La légende murmure que le tableau de La Joconde y aurait été caché… Une allée majestueuse encadré de sapins, guide les visiteurs vers le château à l’élégante façade classique.


Appartements fastueux et décoration intérieure : une conservation remarquable...




Ayant toujours été habité, Cheverny est le château le mieux meublé du Val-de-Loire. Les pièces à la décoration raffinée et le mobilier de différentes époques invitent à un voyage dans le temps nostalgique. A ne pas rater dans cette visite si intéressante, évocatrice de l’art de vivre « à la Française » : les 34 panneaux de bois peints de la salle -à-manger qui retracent l’histoire de Don Quichotte, la salle d’armes, le salon des tapisseries, les bronzes, le lit à baldaquin recouvert de broderies persanes dans lequel a dormi Henri IV, les différentes collections d’objets ou d’armures, la chambre d’enfants…

Cheverny fut le premier château de la Loire à avoir ouvert ses portes au public en 1922. Aujourd’hui, le Marquis et la Marquise Charles-Antoine et Constance de Vibraye et leurs trois enfants l’occupent toute l’année en proposant visites et activités diverses.

Hergé s’en inspira pour dessiner les aventures de Tintin, ami du pittoresque capitaine Haddock, héritier de Moulinsart, que son ancêtre, le Chevalier Francois de Hadoque, commandant de La Licorne, vaisseau de la marine royale de Louis XIV, se vit offrir pour services rendus à la Couronne. Moulinsart est la réplique de Cheverny sans ses deux pavillons, mais les décors où évoluent les personnages de cette Bande Dessinée connue dans le monde entier, sont les mêmes.

Le Parc et les Jardins : essences rares et jardins à thème...




Les larges parterres de pelouses mettent en valeur des arbres d’essences rares plantées entre 1820 et 1860 et une allée de 500 mètres de cèdres. Une partie forestière sur plusieurs hectares, totalement dépaysante à la flore luxuriante et centenaire tels pins Laricio et Sylvestre, Cyprès ou Séquoias entre autres et à la faune nombreuse -chevreuils, lapins, écureuils, oiseaux…- s’offre également à pied ou en voitures électriques. Des bateaux électriques également permettent une échappée sur le canal et la rivière.



Les Chenils : classés au Code de l’Environnement du Code Rural et du Code de la Santé Publique...



Cheverny est aussi un haut lieu de Vénerie ou chasse à courre. L’équipage, fondé en 1850 est l’un des plus anciens de France. Les chenils datant également de 1850, abritent 130 chiens de race Anglo-Français tricolore, issus d’un croisement entre Fox Hound anglais et Poitevins français. 2/3 de mâles et 1/3 de femelles entrainés pour la chasse au cerf, chevreuil ou sanglier, répondent aux noms de Marmelade, Novembre, Messager, Napoléon, Joinville… Sur leur flanc droit est marqué aux ciseaux le V pour la famille de Vibraye. Selon la saison, chaque chien mange entre 400 g et 1kg de nourriture -granules et viande- par jour.



Les Ruches : 6 ruches sont installées au pied des acacias entre le château et le Labyrinthe. Chacune est peuplée d’environ 45000 abeilles d’espèce Buckfast ou Frère Adam.

Les vignes : Plantées sur 1,30 hectare en Sauvignon et en Chardonnay au printemps 2018, on attend dans 3 ans, une production de 6000 litres de vin environ donnant 10 000 bouteilles de vin blanc Bio AOC Cheverny.



Le Musée en 3D : L’exposition Tintin Les Secrets de Moulinsart...


Tout au long de ce parcours spectacle interactif de 700m2, en collaboration avec la Fondation Hergé, émaillé d’anecdotes et d’énigmes, on découvre grandeur nature l’univers de Tintin et de ses albums.



Les boutiques du château

Une boutique Tintin entièrement consacrée au petit reporter et à ses amis du professeur Tournesol à la Castafiore avec de nombreux objets collector. Une boutique souvenirs dont la vaisselle de Cheverny et le rosier « Château de Cheverny » dont la rose a été lauréate du Grand Prix de la Société Nationale d’Horticulture de France et un espace dédié aux enfants.

Se restaurer

Café de l’Orangerie : un bâtiment du XVIII e siècle. Ici on accueille séminaires ou soirées comme un café-salon de thé pour déguster tartes salées, pâtisseries, glaces et boissons.

La salle des Trophées : Autour d'une cheminée monumentale, une restauration légère y est proposée. Egalement lieu de congrès.

Les aires de pique-nique : au cœur du parc. On en profite à la belle saison pour une pause en famille

Y séjourner

Les Suites : classées 4 étoiles, elle se situent dans une ancienne dépendance du Château. Des suites tout confort et entièrement équipées. A proximité : baignade, golf, équitation, pêche, sentier de randonnée, tennis. Site web : www.suitesdecheverny.fr

Enquête à Cheverny : jusqu’au 31 décembre 2019...


Une plongée dans les plus grandes séries, romans et films policiers...à travers un million de briques Legor assemblées qui donnent vie à des tableaux, saynètes et sculptures à taille réelle. L’année sera aussi placée sous le signe de la renaissance de l’Élégance à la Française avec une nouvelle déclinaison du bandeau de tulipes et un tout nouveau Jardin « de l’Amour » avec huit sculptures monumentales de l’artiste Gudmar Olovson.

En mai : la deuxième édition du Festival du Chapeau réunira les créations des plus célèbres modistes françaises et les 22 et 23 juin, le Week-end Vénitien clôturera la saison avec un feu d’artifice.

Y aller


En train : Gare d’Austerlitz arrêt Blois-Chambord. Taxi ensuite ou navette depuis la gare. Possibilité de navettes depuis Paris avec Paris City Vision ou Flixbus.

Pour en savoir plus :


Château de Cheverny, avenue du Château 41700 Cheverny, tél : 33 (02) 54 79 96 29. Site web : www.chateau-cheverny.fr

(Crédits photos : Château de Cheverny, Constance de Vibraye, Chatenet, Digikode/ JN Thierry, Vincent Nicko-Valoire, Marina Lempert).

À lire aussi