Cuba, l’ile des caraïbes unique et fascinante

le 24/10/2018

Au cœur des Antilles, cette île étonne, surprend, envoûte, enchante, agace parfois mais toujours attache. Découverte…



Par Martine Delaloye

Des plages paradisiaques de sable immaculé, des paysages sauvages de montagne à couper le souffle, La Havane, une capitale envoûtante, des villes provinciales au charme inouï, une architecture coloniale superbe et un peuple qui puise sa force dans ses racines espagnoles et africaines, Cuba l’authentique mérite son titre de Perle des Caraïbes. Aller à Cuba, c’est l’assurance de vouloir y retourner un jour. Comme si elle laissait une sorte mélancolie de ne pas avoir tout vu, tout ressenti, tout compris. Une île complexe, belle à damner, un peuple attachant, virtuose de la survie, amoureux de soleil, de mojitos, de cigares et de salsa… Une destination unique au monde !



La Havane, la Habana, la capitale envoûtante...


La Habana, c’est un poème du temps passé qui rime avec le temps présent. La capitale cubaine s’étend face au golfe du Mexique, bordé par le Malecon, une longue promenade fouettée par les vents et les vagues de 8 km de long. C’est au coucher du soleil que les cubains s’y retrouvent pour échanger, débattre, boire des cocktails et flirter…

 

Une grande partie des belles maisons coloniales du boulevard, fanées par les années ou par Irma, le dernier ouragan de 2017, attend une rénovation alors que de nouveaux hôtels y rivalisent de modernité, des boutiques hôtels de charme et de nouveaux restaurants ouvrent. C’est l’avenue où défilent les belles américaines décapotables aux couleurs improbables. Sauf que ces belles des années 50 survivent à coup de réparation de fortune, de débrouille, d’invention et sont d’une utilité vitale. Et pourtant, dominant le Malecon, le National, hôtel emblématique de la Havane, mythique, à l’architecture des années1930, tient sa place avec fierté, empreint de son passé qui en a vu de belles, de ces personnages qui ont défilé dans ses murs. Aujourd’hui, il est classé à l’héritage culturel du monde par l’Unesco.



Du Malecon part le Prado, de son nom officiel le Paseo de Marti, les Champs Elysées locaux, une belle avenue de 2 km grimpant jusqu’au Parc Central et au Capitole. Havanais et des touristes déambulent avec bonheur dans les allées majestueuses bordées d’arbres vénérables et de maisons bourgeoises, plus ou moins délabrées vers le Malecon, plus chics en allant vers le Capitole et le Grand Théâtre. L’Hôtel Parque Central et l’hôtel Inglaterra, deux fleurons de l’hôtellerie de la Havane y ont pignon sur rue.






- La Habana Vieja, le centre historique

C’est le cœur battant de la ville, un périmètre qui s’étend entre quatre places proches. La Plaza de la catedral, où trône la cathédrale San Cristobal, la plaza de Armas ombragée dominée par l’emblématique Museo de la Ciudad et le Castillo de la Real Fuerza, forteresse militaire du XVIe siècle, la Plaza de San Francisco de Asis, face au port où accostent les paquebots déversant leur flot de croisiéristes pressés. Les meilleurs bars de la ville bordent la Plaza Vieja, place à l’architecture éclectique, rencontre du baroque cubain et de l’art nouveau, lieu de rendez-vous où débattre et boire des mojitos.



Dans la Calle Oficios, la Calle Mercaderes, a Calle Obispo, rue étroite jalonnée de galeries d’art, de boutiques, de bars animés déambule une foule colorée de badauds, de cubains, de coco taxis jaunes, de charrettes à bras chargées de légumes, déambule dans un joyeux capharnaüm.



La pharmacie Johnson et ses longs rayons de pots de faïence, figée dans le temps attire l’attention parmi les maisons coloniales colorées, aux balcons de fer forgé, ayant perdues un peu de leur superbe, mais au combien charmantes. En s’écartant des rues les plus fréquentées, dans les ruelles délaissées, on retrouve toute l’âme cubaine…

- Le Café Floridita, le fief d’Hemingway



A quelques pas, on joue toujours des coudes pour boire un de ces fameux cocktails cubains (il en existe une centaine) au Floridita où le buste d’Hemingway dans son coin du bar immortalise à jamais l’écrivain, client fervent du lieu. Et même, parfois son sosie s’attable à son coté pour rivaliser à coup de daïquiri ou de cuba libre.

- Et partout, et toujours, un orchestre embarque dans sa musique les femmes fessues et les hommes « caliente » dans les rythmes addictifs de la salsa, de la rumba, de la habanera, du mambo, de la trova… La fiesta a toujours fait partie de la vie des cubains, même aux heures sombres. Elle rassemble, elle unit, elle rend heureux. Car les cubains ont peu mais sont souriants, accueillants, naturellement gentils et toujours épris de liberté, de nouveauté, d’avenir. A Cuba, on est au cœur de tous les possibles.



Le 1er mai à la Havane, un moment particulier...


Si les cubains ont la révolution chevillée au corps, vénérant à tous les carrefours le Che et Fidel Castro, il souffle un petit air d’ouverture qui promet… Le 1er mai, à la Havane, la journée internationale des travailleurs est un jour particulier de fête nationale. La ville se vide de bon matin. Une foule compacte défile jusqu’à l’immense place de la Révolution, pouvant accueillir jusqu’à un million de personnes. Sacrée entre toutes avec le mémorial phénoménal de Jose Marti dominant à 109 m de haut et le portrait géant du Che sur le ministère de l’intérieur, c’est le lieu des discours interminables de Fidel Castro et des grandes célébrations. Un événement impressionnant pour le visiteur étranger.


Notre carnet d’adresses :




- Hotel Iberostar Riviera à La Havane



Situé sur le Malecon, dans le quartier de Vedado, le quartier des grands hôtels de chaîne, cet hôtel confortable dans le style des années 50 propose de grandes chambres bien équipées et une piscine extérieure. C’est aussi le point de départ d’une belle balade en front de mer jusqu’au Castillo San Salvador de la Punta. Que de la satisfaction côté cuisine, concoctée avec des produits frais, la cuisine offre un bel exemple de la gastronomie locale. Le wifi, ne fonctionne pas très bien dans les chambres. Mieux vaut descendre dans le lobby pour mieux capter. Mais c’est en voie d’amélioration rapide, comme un peu partout à Cuba. Site web : www.hotelhavanariviera.com/fr/


- Boutique Hôtel Malecon 663



Un tout petit hôtel, entre la maison particulière et le boutique-hôtel de charme, situé au cœur du Malecon, comme son nom l’indique, où une française, Sandra Exposito et son mari, un célèbre percussionniste cubain ont mis tout leur amour de la musique et leur sens des relations humaines à créer une ambiance intimiste. Un décor stylisé, coloré où mobilier et objets vintage sont réutilisés avec humour. 4 chambres seulement, à choisir selon ses affinités, dont la suite Gozando en la Habana, de 41 m2 d’où l’on veut voir la mer du lit king size. Salle de bain avec douche et baignoire. Air conditionné, téléviseur, coffre-fort et sèche-cheveux. Réservez à l’avance. Site web : www.malecon663.com


- Restaurant Paladar 5 Sentidos


C’est la bonne adresse de la Habana Vieja. Un restaurant au décor contemporain. Le service attentionné est assuré par une équipe de jeunes sympathiques et dynamiques. Une cuisine qui utilise les produits locaux avec une touche épicée et une recherche des saveurs. Tout est très frais et goûteux. Un régal des papilles et un bon moment. Site web : www.paladar5sentidos.com/en

Le Habana Café


Sur le Paseo, accolé à l’hôtel Melia Cohiba, c’est le rendez-vous incontournable des stars de la scène musicale, Azur Negro, NG La Banda, et Los VanVan… Dans un style rock des années 50, le lieu entre un avion suspendu et de vieilles américaines qui ont marqué leur époque, n’a rien de bien authentique, mais les spectacles de musique endiablée et de danse sont un bon prélude à toute soirée cubaine digne de ce nom. Et si vous avez de la chance, un de ces stars des années 1950/60, comme Roldan R. Carballoso, viendra s’y produire dans un « bœuf » de délire, jouant de la guitare dans son dos. Concert à partir de 22 h mais il est conseillé de s’y rendre de bonne heure pour avoir une bonne table. On y prend un verre, on peut aussi y manger, mais ce n’est pas donné. Site web : www.lahabana.com tél. + 53 7 333 636.

Pratique :


Visa : se procurer la Carte touristique avant de partir. Indispensable pour entrer sur le territoire cubain.

Décalage horaire : - 6 h.

Électricité : 110V - prise à fiches plates (prévoir un adaptateur).

Devise : deux monnaies circulent à Cuba. Le CUC, la devise des étrangers, Un euro = 1,16 CUC. Le peso cubain n’est utilisé que par les cubains.

Climat : Tropical toute l'année avec une saison sèche de novembre à avril.

Guides : Routard et Lonely Planet.

A lire : Electre à la Havane de Leonardo Padura. Existe en poche chez Points.



Pour en savoir plus :


Y aller : Air France assure une fréquence par jour Paris CDG/La Havane.

La classe Premium Economy propose un voyage confortable. Des sièges plus larges, une inclinaison du dossier importante, un repose jambes réglable en hauteur. A disposition prise électrique et large tablette ainsi qu’un casque audio réducteur de bruit. Sans compter, une restauration de qualité. Les plus, comptoirs d’enregistrement, sortie de l’avion et livraison des bagages prioritaires, ainsi qu’une franchise bagages avantageuses. Site web : www.airfrance.fr

Se renseigner :

Consulter le site web de l' Office de tourisme de Cuba www.autenticacuba.com et www.cubatravel.cu

(Photos : Martine Delaloye).




À lire aussi