Chenonceau, un château si romantique !

le 22/06/2018

Chevauchant avec une rare élégance le Cher, le Château de Chenonceau est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2017. On y vient pour son architecture Renaissance et ses jardins remarquables. Découverte…



Le Château de Chenonceau, aussi appelé, le château des Dames était autrefois un château fort. Détruit, il a cédé sa place à un chef d’œuvre architectural, celui que l’on admire aujourd’hui encore. Le château incarne le raffinement…

Une grande histoire…

Tout débute en 1547 avec Diane de Poitiers. La favorite du roi Henri II, est à l’origine de l’architecture, ou du moins de la partie chevauchant le Cher. Diane de Poitiers fait créer de grandioses jardins. A la mort d’Henri II, Catherine de Médicis occupe le château de Chenonceau. Elle s’attache aux jardins et poursuit l’agrandissement de l’édifice en ajoutant un étage à la grande galerie. C’est de Chenonceau qu’elle dirige la France, elle est fait un lieu de fastes italiens. 
Puis, le château tombe peu à peu dans l’oubli lorsque son habitante Louise de Lorraine décide d’y rester pour faire son deuil.


A son arrivée, Louise Dupin relance la vie à Chenonceau… Elle organise des rencontres autour d’écrivains, de poètes, de scientifiques et de philosophes tels que Voltaire et Rousseau. Lors de la Révolution elle sauvegarde le château. Puis, il sombre à nouveau. Marguerite Pelouze fait restaurer le château avant qu’il ne passe entre les mains de nombreux acheteurs. Lors de la première guerre mondiale, les galeries sont transformées en hôpital. De nombreux blessés y sont soignés loin des tranchés.

Harmonie entre nature et architecture…

Aujourd’hui, le château de Chenonceau, c’est le raffinement à tous les étages. Il reçoit des milliers de visiteurs qui admirent les différentes chambres comme celle de Diane de Poitiers ou encore de Catherine de Médicis, les galeries, les cuisines, le célèbre cabinet vert d’où Catherine de Médicis gouverna le pays à la mort de son mari. Sans oublier, les nombreuses compositions florales qui embellissent les pièces du château. De nombreux vitraux et fenêtres offrent une vue sur le Cher mais aussi sur les jardins.


Un nouveau jardin hommage à Russell Page…


En juin dernier, un nouveau jardin, -clos, contemporain- directement inspiré par les croquis de Russell Page a vu le jour. Il fut inspiré par les esquisses de l’un des plus grands paysagistes contemporains anglais. Ce projet n’aura pas vu le jour de son vivant, mais les plans et croquis qu’il avait réalisé à l’époque pour la famille Menier, propriétaires du château, ont permis cette création. Pour aller vers le "Jardin idéal" d’après Russell Page. Prenez le temps de vous perdre dans le parc, retrouvez votre âme d’enfant, faites une halte à la ferme et admirez la galerie des attelages.

Le Jardin de Diane de Poitiers permet de retrouver un parterre quasi identique à celui du temps de Diane de Poitiers ; le Jardin de Catherine de Médicis offre cinq panneaux engazonnés et très fleuris encerclant un bassin. Il ouvre une belle perspective sur le Jardin Vert et l’Orangerie.

Ne manquez pas le Labyrinthe italien lové dans une clairière d’un hectare. Il est constitué de 2000 ifs et l’on peut y observer une statue de Vénus ainsi qu’une nymphe portant Bacchus enfant. Et puis, le Potager des fleurs vous permet d’arpenter des carrés bordés de rosiers et de pommiers. On y admire aussi les fleurs qui servent décorer le château.

Christophe Canati régale les visiteurs…

Chenonceau, c’est aussi une table gastronomique orchestrée par le Chef, Christophe Canati au restaurant de l’Orangerie. Ici, place à un décor majestueux dans la grande salle ou dans la pergola, face au parc et à ses arbres séculaires. Christophe Canati, qui a fait un parcours remarqué chez les plus grands chefs, -Jean-Michel Lorain à Joigny, Georges Blanc à Vonnas, Bernard Loiseau à Saulieu, Éric Briffard au Plaza-Athénée, il fut même désigné jeune chef de l'année par le guide Pudlo en 2002. Au château de Marçay, à Chinon, il avait obtenu l'étoile Michelin, il a décroché des étoiles à l'Hostellerie de Plaisance à Saint-Émilion puis à l'Hostellerie du Cèdre, à Beaune. Christophe Canati est accompagné, à Chenonceau, par le pâtissier, Sébastien Leroy, formé à l'école Pierre Hermé. A la carte, des produits locaux et de saison, à commencer par ceux que lui offre le potager du château, légumes, fleurs, agrumes et aromates. Une table de grande qualité !

Le restaurant est ouvert tous les jours de début mars à mi-novembre.

Pour en savoir plus :

Château de Chenonceau 37150 Chenonceau, tél. 0820 20 90 90. Site web : www.chenonceau.com

(Photos : D.Krauskopf et Château de Chenonceau).

À lire aussi