Sur les traces d’un fabuleux visionnaire : Léonard de Vinci

le 11/06/2018

A Amboise, en Val de Loire, l’esprit de Léonard de Vinci souffle sur le domaine du Clos Lucé et pénètre d’emblée le visiteur. Découverte…



Au Clos Lucé, on est sensibilisé aux multiples visions du créateur toscan Léonard de Vinci. On revit le parcours de l’ingénieur civil et militaire, du botaniste, en passant par celui de l’architecte et de l’artiste qui était aussi premier ingénieur du roi (François Ier) et premier architecte. L’ensemble des intuitions de Léonard de Vinci prennent ici vie sous le regard du visiteur.

Une visite passionnante…


Le premier contact avec le maître, c’est le jardin Renaissance à l’italienne. Disposés autour d’un bassin bordé de pins centenaires, de cyprès d’Italie et d’ifs... les parterres géométriques font resplendir les roses rouges baptisées bien sûr… Mona Lisa.



Le visiteur entre par la tour de guet et longe la galerie, les deux derniers éléments qui rappellent son passé de demeure fortifiée. Puis, il pénètre dans l’intimité de la maison de Léonard … Là où le génial ingénieur a dressé les plans du palais grandiose de Romorantin, a établi le projet d’assèchement de la Sologne, a imaginé les automates qui enchantaient les fêtes données par François Ier... La grande salle Renaissance ou salle du Conseil est la pièce de réception, celle dans laquelle Léonard de Vinci accueillait de nombreux visiteurs de renom dont le roi François Ier bien sûr, mais aussi les grands du royaume, des ambassadeurs et ses amis artistes. Parmi eux, le secrétaire du Cardinal d’Aragon, Antonio de Béatis, témoigne de ce qu’il voit : « il y avait là le tableau d’une dame de Florence, peinte au naturel, sur l’ordre de feu Julien de Médicis », la fameuse Mona Lisa.



La chambre de Léonard, donne sur le Château royal d’Amboise. C’est dans ses murs qu’il rédige son testament, léguant ses manuscrits, carnets de dessins et croquis à son disciple bien aimé, Francesco Melzi. Il s’éteint dans sa chambre le 2 mai 1519. La chambre de Marguerite de Navarre, soeur ainée de François Ier a été entièrement restaurée et meublée dans le goût du XV Ième siècle. Son portrait par François Clouet, peintre officiel du Roi, est exposé dans l’une des vitrines. On peut reconnaître sa devise «Je ne suivrai rien d’inférieur» et au sol, son chiffre, entouré de fines mouchetures, que l’on retrouve dans la reliure de l’original de son recueil de nouvelles, l’Heptaméron. L’oratoire d’Anne de Bretagne, épouse de Charles VIII, est orné de fresques dont une Annonciation, réalisées par les disciples de Léonard. Au-dessus de la porte, la Vierge de lumière, Virgo Lucis, aurait donné son nom au château : le Clos Lucé.

La cuisine de Mathurine, la fidèle servante et cuisinière de Léonard, présente une haute cheminée en pierre, au pied de laquelle le maître se réchauffait les soirs d’hiver. Au sous-sol, quatre salles permettent de comprendre les multiples savoirs de Léonard de Vinci ingénieur. Grâce à des animations 3D et 40 maquettes qui illustrent la diversité de ses inventions : aéroplane, automobile, hélicoptère, char d’assaut… Ces maquettes historiques, réalisées par IBM d’après les dessins originaux de Léonard de Vinci, et construites avec les matériaux de l’époque, révèlent son génie visionnaire.

Autre  curiosité, le souterrain secret dont la tradition rapporte qu’il reliait le Château royal d’Amboise au manoir du Cloux. François Ier l’empruntait souvent pour rendre visite à Léonard de Vinci. Les premiers mètres de galerie sont encore visibles…


Un parc paysagé…

Dans le parc, un sentier paysagé nous entraîne à la rencontre du célèbre inventeur. Au fil du parcours, on actionne des machines géantes (hélicoptère, roue écureuil, char d'assaut), on observe d’étonnantes toiles translucides, rendant hommage au génie artistique de Léonard de Vinci. Des stations sonores émaillent le parcours, livrant des pensées et des idées de Vinci. On se retrouve aussi dans une Halle pour approcher une machine volante grandeur nature.

Se poser à l’Auberge du Prieuré…


A l'heure du déjeuner, on se donne rendez-vous à l’Auberge du Prieuré installée dans le parc du château. On y déguste une excellente cuisine médiévale revisitée. Oeuvre de Sieur Sausin, chef émérite et conseiller en cuisine historique vous invite à un voyage dans le temps et à redécouvrir les saveurs d'antan.



Tout commence par le décor authentique de ce Prieuré du XVe siècle où l’équipe vous accueille en tenue d’époque et en vieux français. Après avoir siroté un vin d’hypocras parfumé au gingembre et aux clous de girofle, choisissez parmi les plats inspirés d’anciennes recettes, léguées par les cuisiniers médiévaux comme le grand Taillevent. La mise en scène se poursuit dans l’assiette qui conjugue à merveille les épices pour des saveurs aigres-douces. Une véritable expérience culinaire !

Pour en savoir plus :


Le Clos Lucé 2, rue du Clos Lucé, 37400 Amboise, tél. + 33 (0)2 47 57 00 73. Site web : www.vinci-closluce.com

(Photos : Gillard et Vincent, Léonard de Serres et David Darrault).


À lire aussi