Panama : Le mythe du canal et l’écotourisme

le 12/04/2017

Célèbre pour son canal, le Panama, est aussi une destination rêvée pour les amoureux d’écotourisme. A deux pas de Panama City, rendez-vous dans les parcs et la forêt tropicale. Découverte…



La forêt tropicale du Panama a la particularité d’être restée intacte sur la majeure partie de son territoire car ici les cyclones dévastateurs sont rares. Si l’écotourisme est un motif de voyage, on vient aussi au Panama pour son mythique canal, long de 80 kilomètres - équipé à chaque extrémité -Pacifique et Atlantique- de deux ensembles géants d'écluses. Depuis le 26 juin 2016, après neuf ans de travaux pharaoniques, le Canal de Panama agrandi est en service. Le nouveau canal s'ajoute à celui par lequel transite déjà 5% de l'ensemble du commerce maritime mondial.

Un canal agrandi…


Le célèbre canal, construit par les Français et les Américains (inauguré en 1914), accueille 97 % à 98 % des porte-conteneurs dans le monde, des bateaux contenant jusqu’à 14 000 conteneurs, mesurant jusqu’à 49 mètres de large et 366 mètres de long, triplant ainsi sa capacité. Depuis 1914, les cargos sont construits aux dimensions des écluses du Canal de Panama (304,8m x 33,5m). Ce sont des Panamax et cela représente une capacité de 5000 conteneurs.

Il aura fallu neuf ans pour l'installation des nouvelles écluses (six chambres au total), l'élargissement des voies d'accès et l'approfondissement du lit du canal. Le nouveau système de 16 portes coulissantes, fermant et ouvrant les accès à chaque chambre d'écluse, a été fabriqué en Italie. On a utilisé l'équivalent en acier de 20 Tours Eiffel. Chaque porte pèse entre 2100 et 4200 tonnes pour plus de 57 mètres de haut. Avec la mise en service de la troisième voie parallèle, les navires dits Post-Panamax (427m x 55m) transitent par la région. Les cargos géants transportent jusqu'à 12 000 conteneurs.


Une histoire tumultueuse…


La première mention d’un projet de canal à travers l’isthme remonte à 1534, lorsque Charles Quint en suggéra la réalisation. Il y a eu aussi le projet Darién entrepris par le royaume d’Écosse en 1698 pour créer une route de commerce sur terre puis abandonné en raison des conditions inhospitalières. La Ruée vers l’Or marque le début de la construction du Chemin de Fer du Panama en 1848 puis son ouverture le 28 janvier 1855. On assiste alors à la naissance du premier chemin de fer transcontinental. Il facilite le départ des pionniers de la côte est des Etats Unis vers la Californie, où on avait découvert de l’or. Ultérieurement le développement du commerce constitua un élément important dans l’établissement du canal, pour le transport du matériel.

L’idée de construire un canal a été ravivée à plusieurs occasions ; un projet a été envisagé au Nicaragua à maintes reprises par les Etats-Unis. Suite au succès du Canal de Suez, les Français, sous la direction de Ferdinand de Lesseps lancent la construction d’un canal à niveau (sans écluses comme à Suez) au Panama en janvier 1881. En septembre 1882, un tremblement de terre -conjugué la recrudescence de la fièvre jaune et de la malaria- fait chuter le cours des actions de la Compagnie Universelle du Canal Interocéanique créée trois ans plus tôt.



Aussi, les Français ne parviennent pas à domestiquer le Rio Chagres régulièrement en crue... à cela s’ajoute des problèmes techniques pour le creusement de Corte Culebra (obstacle de 17 km culminant à 86m d’altitude)... le projet est mis à mal… La transformation du projet pour un canal à écluses est confiée trop tardivement à Gustave Eiffel. Ces graves difficultés débouchent sur une faillite de la compagnie en 1889.

Le Traité Hay-Bunau-Varilla du 18 novembre 1903 conclut la vente des droits d’exploitation et de construction du Canal de Panama aux Etats-Unis. La première année le médecin colonel Gorgas éradique les moustiques dans la zone du canal et des villes de Panama et de Colon. L’ingénieur en chef, Stevens convainc d’opter pour le plan d’un canal impliquant la construction de 3 ensembles d’écluses et la création d’un lac artificiel : le lac Gatun. Le 10 octobre 1913 le président Woodrow Wilson fait sauter depuis Washington, par câble télégraphique la digue de Culebra, achevant ainsi le Canal de Panama. Il est inauguré le 15 août 1914.

La zone du Canal reste sous administration américaine jusqu’au 31 décembre 1999 midi, date à laquelle elle est rétrocédée au Panama en vertu des Traités Torrijos-Carter de 1977. De nos jours, les Panaméens déclarent : « On ne connaît pas le Panama si on n’a pas visité le canal ».

Une visite passionnante…



Si la partie nouvelle des écluses ne se visite pas, on peut admirer les trois ensembles d’écluses de la zone du canal, dont les écluses « historiques » de Miraflores. Le Centre de visiteurs offre une vue plongeante et dégagée sur les opérations en cours. Des commentaires accompagnent le passage des navires en espagnol et en anglais. 15 minutes à peine suffisent pour élever les navires de 9 mètres. Plus de 100 000 tonnes d’eau douce, provenant du lac Gatún, sont nécessaires pour remplir les sas des écluses et assurer ainsi l’élévation des bateaux. Un spectacle inoubliable !

Par ailleurs, le Centre vous invite à parcourir un véritable musée permettant de comprendre les innovations technologiques ayant permis la réalisation du canal ; le rôle du bassin hydrographique et le fonctionnement de la voie d'eau.

Au départ du Gamboa Resort, optez pour une excursion en bateau sur le canal et le lac Gatún (425 km2), le second plus grand lac artificiel au monde sur lequel on pratique le kayak, l'observation d'une faune abondante de jour comme de nuit, la pêche... tout en profitant de la nature tropicale environnante. En réalisant, la balade en bateau d'une durée de 2 heures, on navigue,  accompagné d’un guide naturaliste, pour observer les toucans, crocodiles, singes, paresseux…, tout en approchant les porte-conteneurs traversant le Canal de Panama. www.gamboaresort.com


Les autres parcs naturels…


Autour du Canal de Panama, on compte de nombreux parcs naturels d’un grand intérêt. Par exemple, il y a le Parc Soberania composé de forêts tropicales humides, où se développent plus de 1300 espèces de plantes. Plus de 700 espèces de vertébrés vivent ici, ainsi que plus de 500 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles l’aigle harpie. Son sentier éducatif le plus connu, c’est le Chemin de l’Oléoduc, pour son aspect ornithologique. Le sentier d’interprétation El Charco débouche sur une lagune aux eaux cristallines.



Au milieu du canal de Panama, coeur du lac artificiel de Gatun, -créé au début du 20e siècle lors de la construction du canal- se trouve Barro Colorado, une île artificielle de 15 km2 devenue la Mecque de la biologie tropicale. Les scientifiques ont fait de ce petit paradis, un laboratoire à ciel ouvert pour analyser les effets du changement climatique.



Ne manquez pas le Parc Chagres avec ses forêts humides génèrant plus de 40 % de l’eau nécessaire au canal pour son fonctionnement normal. S’il est vrai que la construction du Canal de Panama aurait été impossible sans le fleuve Chagres, il est également évident que, sans le parc national du Chagres, le fleuve n’aurait pas existé.

La communauté Emberas, le train Trans-isthmique…


A quelques dizaines de kilomètres de Panama City et de ses gratte-ciels, sur les rives d’un affluent du Rio Chagres, se trouvent plusieurs communautés Emberas. Ces amérindiens, originaires de la région du Darien, se sont tournés vers le tourisme en s’installant dans cette région à la fois proche de la capitale et en pleine nature.

Le parc Camino de Cruces qui s’étend sur une surface de 4.950 hectares, en parallèle au Canal de Panama, présente un doux relief. Il est couvert de denses forêts tropicales humides abritant une riche faune et flore. Il est traversé par plusieurs cours d’eau qui débouchent directement dans le Canal. Un tronçon du Chemin de Cruces -sentier colonial espagnol- a été restauré avec son pavement caractéristique.

La ligne ferroviaire Trans-isthmique double le parcours du canal et permet de traverser l’isthme de Panama, d’écluse en écluse, de Panama City à la ville de Colón, sur la côte Atlantique. C’est aussi l’occasion de découvrir la forêt. Pendant des années, des Européens ont suivi cette ligne vers le Pacifique avec l’espoir de trouver de l’or en Californie.


Notre adresse :


Hôtel Bristol Panama

Situé dans le cœur du quartier financier de la capitale panaméenne, entre les deux grandes artères de Panama City -l'Avenue d'Espagne et la Calle 50- , l'Hôtel Bristol est un établissement de luxe disposant d'une piscine extérieure et d'un centre de bien être. Pour les moments de détente, le Bar Lounge de l'hôtel vous accueille dans un cadre agréable, sans oublier le restaurant "Salsipuedes" de renommée internationale.

L'Hôtel Bristol Panama dispose de 118 chambres climatisées avec vue sur la ville et partiellement sur l'océan. Elles possèdent un mini-bar, cafetière-bouilloire, TV HD de 42 pouces, IPod et coffre fort. La salle de bain est dotée d'une baignoire relaxante profonde et certaines chambres sont pourvues en plus d'une douche séparée. Site web : www.thebristol.com

Pratique


Décalage horaire : - 6 h hiver / - 7 h été.

Langue : L'Espagnol est la langue officielle mais l'anglais se parle partout.

Formalités : Passeport en cours de validité est nécessaire. A l'arrivée, il est demandé aux voyageurs de montrer leur billet de retour.

Monnaie : Le Panama a adopté le dollar américain comme monnaie nationale. Le balboa circule toujours mais la banque nationale n'imprime pas de billets (1 balboa = 1 USD).

Santé : pour les îles San Blas et dans la province de Darién, un traitement anti-paludéen est obligatoire. Il est également conseillé d'être vacciné contre la fièvre jaune et la typhoïde.

Electricité : 110 V. Prévoir un adaptateur.

Sécurité : Le vieux quartier de Panama City, le Casco Viejo, est à éviter à certaines heures de la nuit, tout comme les quartiers de El Chorillo, de Curundú, de Río Abajo et de San Miguelito.

Guide : Petit Futé Panama.

Pour en savoir plus :


Accès aérien :

Air France propose 6 vols hebdomadaires vers Panama City au départ de Paris-Charles de Gaulle. L'ensemble des vols est effectué en Boeing 777-200 équipés des toutes dernières cabines de voyage long-courriers de la Compagnie. Vols opérés sur B777 – 200 : 28 sièges en Business, 24 en Premium Economy & 260 en Economy et en alternance avec B 777-200 équipé de 280 sièges (40 en Business, 24 en Premium Economy et 216 en Economy). Vol AF effectif tous les jours sauf le mardi. Quelque soit la classe dans laquelle vous voyagez, retrouvez un personnel de bord disponible et à votre écoute.


Par ailleurs, grâce au hub des Amériques de Copa Airlines à l'aéroport de Panama City-Tocumen, les clients bénéficient d'un vaste choix de correspondances notamment vers les Caraïbes, la Colombie, le Costa Rica, l'Equateur... Site web : www.airfrance.fr

Office de tourisme : consulter le site web : fr.visitpanama.com

Voyagiste :

Equinoxiales propose plusieurs itinéraires au Panama, par exemple : Visages du Panama 9 jours / 7 nuits, circuit privé en demi-pension . Une immersion totale dans le Panama d'hier et d'aujourd'hui, avec pour finir un séjour aux belles San Blas.

Equinoxiales, le voyage sur mesure, tél. + 33 (0)1 77 48 81 00. Site web : www.equinoxiales.fr


(Photos : E. Scotto).


À lire aussi